Menu du site

Nature Humaine
Méhari>Entretien>Généralités>Utilisation d'une méhari

Première version: 2003-02-14
Dernière version: 2007-05-15

Utilisation de la voiture

Avant d'aborder l'entretien de la voiture, nous allons voir comment bien conduire pour justement avoir le minimum d'entretien à faire par la suite...

Sommaire de la page

1) Démarrage de la voiture
2) Conduite et entretien
3) Choses à ne pas faire

4) L'esprit deuche

Pour en savoir plus ...


1) Démarrage de la voiture

Faciliter le démarrage

Lors du démarrage, la batterie va fournir un très violent effort : en effet, ce n'est pas moins de 300 A qui vont partir de cette dernière pour faire démarrer le démarreur électrique. C'est un courant énorme! Alors de grâce pour elle, ne lui demandez pas en plus de supporter les phares allumés et les 500 W de l'ampli d'auto-radio...

Par temps très froid, la batterie est un peu faiblarde et l'huile moteur est très visqueuse, de même que l'huile de boîte ... Débrayer supprime déjà pas mal de frottements dus aux engrenages de la boîte.

Démarrer à la manivelle

Si vous avez passer outre ce conseil et que la batterie se venge en se mettant à plat, il vous reste la solution de démarrer à la manivelle.

Conditions pour démarrer à la manivelle :
- Avoir un allumage bien réglé, voir même avec un peu de retard.
- Plus les compressions seront faibles, plus ça sera facile!
- Les moteurs petites cylindrées (sous le 602) sont aussi plus facile. Avec un Visa ça devient difficile sans avoir du retard d'allumage.
- Avoir au moins la moitié de la tension dans la batterie pour l'allumage.
- Avoir bien remis le ventilateur au remontage, c'est à dire avec la dent de loup positionnée de telle façon qu'au point mort haut du piston (compression maxi dans le cyclindre, c'est à dire quand ça force le plus quand on tourne la manivelle) la manivelle soit dirigée vers la droite quand on est face à la voiture, et horizontale (bras de le vier maxi), de telle façon que c'est le poids du corps qui appuie sur la manivelle à ce moment critique.

On peut donner quelques coups comme ça pour s'entrainer, contact coupé et starter retiré, afin de faire circuler l'huile dans le haut moteur, ce qui a pour effet de faciliter la rotation du moteur par la suite et de diminuer l'usure moteur.
Mettre le contact, tirer le starter à fond sur simples corps, juste un chouille sur double, histoire d'augmenter le ralenti (sinon au bout de plusieurs tours l'essence en excès coule sous le carbu), engager la manivelle dans la dent de loup (le truc bizarre au milieu du ventilateur), tourner doucement dans le sens horaire (de toute façon dans l'autre sens la manivelle ne s'engage pas) jusqu'à sentir une résistance, indiquant qu'un des pistons entame sa phase de compression. A ce moment donner un grand coup sec et ferme (c'est vous qui donnez le sens de rotation, pas le moteur!, et c'est à ce moment qu'il faut donner le plus de vitesse au moteur pour qu'il francchisse le cap où le mélange explose mais que le piston doit encore remonter de quelques millimètres), et avec l'habitude ça part à chaque coup.
Dès que le moteur se met à tourner par lui-même, la manivelle n'est pas entraînée et sort automatiquement de son logement, donc aucun risque.
Attention, s'il y a trop d'avance à l'allumage, il peut se produire un retour de manivelle. Ce n'est pas très violent (le moteur n'est pas puissant), mais il vaut mieux le savoir et prendre une posture qui permette de rester souple de l'épaule, de même qu'on laisse le pouce sur la manivelle, pas de l'autre côté, pour permettre à la main de glisser. Pour éviter le retour de manivelle, il faut être ferme et rapide au moment crucial de la compression et montrer qui c'est le maître. Non mais !
On pourra prendre un gant ou un chiffon si on a les mains sensibles au frottement, surtout s'il faut plusieurs essais sur une voiture mal réglée.
Dans ces cas-là, il faut conserver l'élan pour arriver à faire plus d'un tour complet soit 2 explosions.

Un bon allumage

Pour faire en sorte qu'elle démarre au quart de tour à tous les coups (ce qui facilitera le travail de la batterie ou le votre si vous démarrez à la manivelle), une seule solution : un allumage bien réglé, un rupteur en bon état, ... et un allumage électronique ou transistoré, c'est quand même bien mieux (meilleure étincelle). Voir pour cela les pages sur le réglage de l'allumage.

Si le moteur fonctionne mal, pète, broute, manque de puissance, chauffe, idem : regarder en premier du côté de l'allumage.

 

2) Conduite et entretien

Essence

La 2cv accepte sans problème le sans plomb, SP95 ou SP98, sans additif ni catalyseur. Le SP98 cliquette moins, on peut donc augmenter l'avance à l'allumage donc améliorer un peu le rendement, à condition de toujours mettre du SP98 à ce moment là.

Le SP95-E10 marche un peu moins bien, mettre la moitié du plein en SP95, l'autre moitié en E10.

Inutile d'utiliser du super au potassium, des additifs ou des fuel-machin à catalyses, des aimants et autres poudres de perlinpinpin, car avec sa culasse en aluminium la deuche à des sièges de soupapes en acier.

En cas de cliquetis (en côte et par temps chaud, pied ai plancher, surtout sur les moteurs à haut taux de compression comme les dyanes) on diminue un peu l'avance (d'une demie dent de volant moteur), ou on prend du 98 à la place du 95.

Pour les voitures qui cliquettent malgré une diminution de l'avance et un air d'admission suffisamment froid grâce à l'adoption d'une soufflante, monter des bougies plus froides (NGK B9 HS) pour l'été.

Les durits caouctchouc noires de carburant d'origine sont à changer impérativement suite aux nouveaux carburants plus agressifs et ces durits qui en 2011 ont bien 30 à 60 ans.

Huile

De l'huile minérale (pas synthétique, considérée comme néfaste pour le moteur) 15W40 premier prix de supermarché est largement suffisante.

Bougies

NGK BP6HS, ou un peu plus froide BP9HS si le moteur à haut taux de compression (dyane) cliquette.

A changer tous les 30 000 kms, avec un nettoyage tous les 5000 à 10 000 kms.

Rupteur condensateur

N'importe quelle marque, on ne trouve plus que du Valéo. Attention aux condensateurs neufs, toujours conserver l'ancien qui marche dans le coffre, le nouveau pouvant créer des cafouillages moteur au bout de 3 km seulement, il faudra remettre l'ancien et jeter le neuf mort. A vérifier tous les 20 000 kms ou dès que le moteur perd de la puissance.

Allumage électronique

Remplace les rupteurs -condensateurs - masselotte d'origine, meilleur rendement moteur.

1 seul fait vraiment la différence, le DG - Nition.

3) Choses à ne pas faire

Il y a deux-trois fautes du débutant classiques pour celui qui découvre la deuche (ou une voiture en général). Elles sont listées ci-dessous, cela vous évitera de faire une connerie qui peut vous coûter le remplacement d'une pièce, ou pire ...

3.1) Moteur

3.2) Carrosserie

3.3) Freins

3.4) Boîte de vitesses

3.5) Suspensions

 

4) L'esprit deuche

Juste un petit mot pour vous parler de l'esprit qui a prévalu lors de la construction de la deuche.
Il s'agissait alors de limiter au maximum le poids, la vitesse et le cout de la voiture, tout en mettant le point fort sur la tenue de route et le confort. Pour cela, il a fallu repenser entièrement tous les éléments de la voiture, je dirais même la notion de voiture même, car les ingénieurs et techniciens sont partis d'une feuille blanche, il s'agissait de transporter 4 personnes protégées de la pluie, pas de faire une nouvelle voiture. Il en est sorti une voiture simple mais efficace, tellement simple parfois que c'est miracle si ça marche aussi bien (par exemple pour les sièges, un simple drap suspendu par des élastiques, ça prêterait à sourire si ce siège n'était pas le meilleur du monde!).
Pour le poids, la structure de la caisse et du châssis consiste en une fine peau de métal (ou de plastique pour la méhari) soutenue par un treillis métallique qui lui donne sa rigidité, uniquement là où il le faut. Du coup, on se retrouve avec une voiture poids plume, qui résiste au désert là où des voitures 3 fois plus lourdes mais moins résistantes se cassent en deux.
La suspension, et sa souplesse légendaire : ce que ne ressentent pas vos vertèbres, le châssis ne le ressent pas non plus, ce qui a permis de l'alléger encore. Léger tu passes, lourd tu casses.
Une suspension souple, jusqu'à présent tout le monde croyait que la tenue de route en était très dégradée (même encore maintenant, quand une allemande se met sur le toit, pour solutionner le problème on remplace l'amortisseur par une barre et on enlève le ressort, bonjour les nids de poule...) alors qu'en fait la 2 cv tient la route mieux que personne. Le secret à des roues très légères grâce au rapatriement des freins sur la boite de vitesse, ces roues pouvant suivre les cahots de la route très rapidement grâce à leur faible inertie. De plus, une partie de la force centrifuge est absorbée par les amortisseurs lors de ces mouvements de balan, c'est ça de moins à transmettre aux roues!
Encore une bonne idée ces freins sur boite, en effet la boite de vitesse encaisse les efforts de motricité, elle est dimensionnée pour ça, alors autant lui faire subir les efforts de freinage, c'est les mêmes efforts mais dans l'autre sens. Alors que sur une bagnole classique, on double les renforts, la boite d'une part, et sur les triangles de suspension pour le freinage. Sur la deuche, le bras ne gère plus que les efforts horizontaux et de trottoir, il peut donc être allégé et simplifié! Toujours pour une meilleure tenue de route.
Une voiture légère, c'est la possibilité d'utiliser des roulements à bille, les meilleurs question rendement. Plus lourde, la voiture aurait utilisée des roulements à rouleaux, moins performant mais qui portent plus de poids.
Légère, toutes les pièces d'usure s'usent moins.
Légère, la voiture à moins d'inertie pour le freinage, pas besoin de systèmes de freins lourds, de servo frein alourdissant encore plus la voiture et prélevant de l'énergie au moteur. Elle a moins d'inertie dans les virages, tient mieux la route, moins de poids c'est une voiture plus dynamique qui accélère mieux, freine mieux, tourne mieux.
Avec des roues qui collent au sol, on a besoin de moins de surface de contact. Pas besoin de gros gommards pour assoir la voiture, qui alourdissent les roues et les font décoller en permanence, obligeant à remettre encore plus de surface pour que ça accroche mieux les rares instants où le pneu est en contact avec la route, etc.
Alors que sur la deuche, le cycle vertueux de la légèreté joue à fond : moins de poids, c'est moins de force centrifuge dans les virages, moins de force de freinage et d'accélération, permettant moins de surface en contact avec le sol.
Quand il pleut ou qu'il neige ou qu'il gèle, les gros gommards avec leur grosse surface de contact se transforment en ski ou en savonnette. Les petits pneus tiennent toujours aussi bien le pavé!

Comme vous le voyez, la 2cv est une suite d'inventions et de trouvailles qui sont étroitement liées, chacune concourant à faciliter sa fonction première mais aussi à assurer une dynamique générale améliorée. Alors, réfléchissez un peu aux diverses utilités d'une pièce avant d'essayer de l'améliorer!

Pour en savoir plus

On trouve sur internet de nombreuses reproductions informatiques des notices d'utilisation d'époque, ce qui est précieux lorsque on a perdu le mode d'emploi de sa voiture (après 50 ans et quelques dizaines de propriétaires, c'est des choses qui risquent d'arriver...).
Voici quelques adresses où se trouvent ces perles rares :

à suivre...


Retour menu sup