Menu du site

Nature Humaine
Faits "inexpliqués">Vie après la mort>Réincarnation

Première version: 2016-02-27
Dernière version: 2018-02-11

Réincarnation

Sommaire de la page


Préambule

Il y a aussi le terme de métempsychose, mais je ne suis pas fan de ce mot (j'aime bien faire simple et compéhensible et ne pas utiliser des mots pédants)!

La réincarnation, c'est la théorie qui dit qu'après la mort, et un temps plus ou moins long dans l'au-delà, nous retournons sur Terre pour continuer à apprendre et redensifier notre âme qui s'étiole (pour les âmes jeunes) si elle absente trop longtemps de la matière.

Certains enfants disent se rappeler de leur vie antérieure. Ils citent des faits qui n'étaient connus que du défunt ou qu'eux n'avaient pas la possibilité de connaître, ou alors ont des tâches de naissance qui correspondent aux grosses cicatrices de leurs précédents corps.

Ces enfants apparaissent dans tous les milieux, toutes les époques et toutes les cultures, même en Occident où la réincarnation est rejettée (les parents d'ailleurs rejettent les propos de l'enfant les premiers temps). Des chercheurs comme Ian Stevenson depuis les années 1950, ou Tucker dans les années 2000, ont analysés et documenté des milliers de cas qui ne posent aucun doute sur la survie de quelque chose après la mort.

Par rapport à la transmigration (les enfants ou adultes meurent, ou frôlent la mort, puis s'en sortent, mais avec une autre personnalité / souvenirs, correspondants à quelqu'un de décédé), la réincarnation semble une possession assez tôt du corps, voir dans le cas des tâches de naissance être lié à l'incarnation de ce corps.

Quelle que soit l'explication, ces cas confirment la survivance d'une conscience, de compétences et de souvenirs après la mort du corps physique.

Le tronc commun des cas étudiés

Plusieurs milliers de cas d'enfants se souvenant de leur ancienne vie, qui affirmaient des choses vérifiées par la suite sans qu'ils aient eu les moyens de de le savoir.

Dès les premiers mots ils racontent

Il racontent leur ancienne vie dès qu'ils commencent à parler. Cette histoire reste constante aux fils des années (alors qu'à cette âge les histoires inventées se développent avec l'évolution de l'enfant, gagnent de nouveaux détails, etc.). Les souvenirs commençant à disparaitre vers 6 - 8 ans (une fois la nouvelle vie ancrée et l'ancienne mort acceptée). Vers 20 ans, ces enfants disent ne plus se souvenir de ce qu'ils racontaient à cette époque pour la plupart.

Marques physiques, compétences et savoirs survivent

Souvent ils savent des choses que seule la personne décédée savait. Les blessures de l'ancienne vie se retrouvent souvent dans des marques de naissances.

Ces enfants retrouvent tout seul, ou très rapidement lors de l'apprentissage, les compétences qu'ils avaient lors de leur vie d'avant.

Pourquoi les enfants se souviennent ?

Jim Tucker, qui a repris les études de Ian Stevenson, précise que 70% des enfants qui se souviennent (et dont on a pu contrôler comme exacts leurs dires) ont les souvenirs de quelqu'un décédé trop tôt (accident, meurtre, suicide, mort jeune). Une émotion reste quand ces enfants repensent à leur mort, c'est une tristesse, un sentiment de perte, surement d'inachevé.
Beaucoup disent que ces gens, pas assez détachés de la vie terrestre, restent sur notre plan et prennent possession d'un corps sans âme préétablie.

Jésus et la réincarnation

Dans l'évangile, quand on demande à Jésus combien de vie il faudrait pour avoir cette sagesse, il répond des millions de vie.

Il est désormais de notoriété plublique que les évangiles romains ont subis une compilation et un nettoyage lors du concile de Nicée en 300 après JC.

Les premiers chrétiens, ceux le plus proche du vrai message de Jésus, prônaient la réincarnation, comme le montre les apocryphes. Au concile de Constantinople de 600 après JC, il est bien spécifié qu'il est désormais interdit de prôner le fait que Jésus parlait de réincarnation, comme les faisaient tous les chrétiens du Moyen-Orient (il serait plus juste de dire que seuls les évangiles romains avaient été expurgés de cette doctrine...).

Les morts trop tôt

James Leininger

Ce cas est décrit ici sous format texte et ici sous forme d'un reportage télé (par Stéphane Alix).

A partir de 2 ans, le petit James fait un cauchemar récurrent : il est un pilote de l'US Air Force pendant la seconde guerre mondiale (le 3 mars 1945), son avion est touché au moteur par des avions japonais et tombe à l'eau, et le petit garçon se débat frénétiquement dans son lit, poussant des mains et des pieds un cockpit imaginaire dont il essye sans succès de s'extraire. Tout comme sa brusque obsession pour les avions, et des détails techniques qu'un enfant de son âge n'est pas censé connaître. Comme différencier au premier coup d'oeil un réservoir auxiliaire d'une bombe sous les ailes, d'apparences similaires. Lors d'une visite d'aéroport, James se met à inspecter un avion de la même manière qu'un professionnel.

Quand ses parents lui demandent plus de détails, ces derniers reviennent par à-coups, sans prévenir. Il dit que son avion décollait d'un bateau. Quand on lui demande, il dit un nom. Son père file vérifier sur internet, en effet, il y a bien eu un porte-avion de ce nom là qui a servi dans le Pacifique pendant la seconde guerre mondiale. Lorsqu'ils feuillettent un livre sur cette période, James reconnais une île, disant que c'est là qu'il est mort. Il se rappelle aussi le nom d'un camarade, Jack Larsen. Après plusieurs mois de recherche, il s'avère que ce vétéran est toujours vivant. Les parents de James, chrétiens convaincus et anti-réincarnation, commencent à douter. Autant dire que ce qui va suivre va les faire devenir des convaincus...

A 5 ans, l'enfant, de manière anodine, dit à son père qu'il savait, quand Jame l'a choisi, qu'il ferait un bon père. Abasourdi, le père lui demande des détails. James lui dit qu'il l'avait rencontré la première fois à Hawaï, dans l'hotel Big Pink, alors que ses parents dinaient ensemble. Et que James les avaient choisi à ce moment-là. Les parents, en effet, étaient allés à Hawaï dans cet hôtel, pour leur 5 ans de mariage, et c'était au cours de ce restaurant qu'ils avaient décidé d'avoir un enfant... Il sera conçu 7 semaines après.

Sur ses dessins d'enfants, qui montrent tous des batailles d'avions dans le ciel et des avions en flamme, l'enfant signe James 3. Quand on lui demande pourquoi, il dit que c'est parce qu'il est le 3ème James. Quand on lui offre des Gi Joe, il nomme le brun Billie (normal pour un soldat américain), le blond Léon (prénom complètement atypique) et le roux Walter. L'enfant dit que ce sont ses copains d'escadron qui l'ont accueillis au paradis.

Dans une une réunion des vétérans de l’USS Natoma Bay, le père s'aperçoit que tout ce que son fils a donné comme détails sur la vie sur ce porte-avion sont vrais. Les avions utilisés étaient bien surnommés les Corsair comme le disait James. Il n'y a qu'un seul pilote mort au combat sur l'île désignée, il s'agit de James Junior Houston (donc le 2ème du nom). Jack Larsen, le vétéran cité par James, était l'ailier de James ce jour-là et confirme qu'il a bien été abattu comme le petit garçon le décrit (3 autres témoins confirment sa version). Les 3 "Gi-Joe" sont des prénoms qui étaient bien présent dans l'escadron (donc des amis de James), tous les 3 de la même couleur de cheveux que ceux des GI-Joe et tous morts avant James 2 Houston. Les statisticiens pourront s'amuser à calculer la probabilité d'avoir un Leon blond dans la population américaine, il est statistiquement impossible de trouver ça au hasard ! Et vu la difficulté du père pour retrouver ces infos dans des austères dossiers déclassifiés, des réunions sans fin avec les vétérans, ils comprendront qu'il était impossible à un petit garçon de retrouver ces 3 noms dans un livre quelconque.

L'enfant à 6 ans, et fait l'objet d'un reportage télévisé. Des contacts sont pris avec Anne Baron, la soeur du pilote décédé en 1945. Le petit James lui demande de retrouver une aquarelle faite de James 2 par sa mère, 90 ans auparavant. Anne est sur le moment la seule personne vivante à avoir connaissance de l'existence de cette aquarelle. Les comparaisons de photographies, à 6 ans et 15 ans, montrent à quel point le James des années 1920-1930 et le James des années 2000-2010 semblent exactement la même personne, à 70 ans d'écart...

Les cauchemars violent du petit James (car c'était avant tout le problème qu'il fallait régler et qui lui pourrissaient la vie) se sont terminés le jour où la famille s'est rendue à l'endroit où l'avion s'était écrasé. Très ému, le petit garçon jette une gerbe de fleur dans la mer, puis pleure pendant 20 minutes. Ensuite, il redevient joyeux et cette ancienne vie s'efface au profit de la nouvelle. Même si à 15 ans, il lui arrive de temps à autre d'avoir des résurgences d'images des années 1940.

Chanai Choomalaiwong

Chanai est un garçon thaïlandais qui, à l’âge de trois ans, a commencé à dire qu’il avait été un enseignant du nom de Bua Kai, il avait été tué par balle alors qu’il se rendait à l’école à vélo. Il implora et supplia d’être emmené chez les parents de Bua Kai, qu’il considérait comme ses propres parents. Il connaissait le village où ils vivaient et finit par convaincre sa grand-mère de l’y emmener.

Sa grand-mère a rapporté qu’après être descendu du bus, Chanai l’a conduite dans une maison où vivait un couple plus âgé. Chanai a semblé reconnaître le couple, qui étaient les parents de Bua Kai Lawnak, un enseignant qui avait été tué par balle sur le chemin de l’école cinq ans avant la naissance de Chanai.

Kai et Chanai avaient quelque chose en commun. Kai, qui a reçu une balle par derrière, avait de petites blessures rondes à l’arrière de sa tête, typiques d’une blessure par balle, et de plus grosses blessures à la sortie sur son front ; Chanai est né avec deux taches de naissance, une petite tache de naissance ronde à l’arrière de sa tête et une plus grosse, irrégulièrement formée vers l’avant.

Guerre de sécession

Autres indices en faveur de la réincarnation, cet américain qui semblent se rappeler d'une bataille de la guerre de sécession, sous hypnose il prononce les derniers mots d'un général mort là-bas, qui sont notés dans un livre d'histoire qu'il n'avait jamais lu avant, qui présente des marques de naissance similaires aux blessures de guerre de ce général, de même que son visage est une copie conforme de celle de ce général (distance nez bouche, largeur de nez, etc. d'après un spécialiste de la morphologie).

L'esprit de famille

Dans cette page vous trouverez les cas de réincarnations au sein de la même famille, dans le sens naturel (un ancêtre revient dans un nouveau né, nous verrons plus bas les enfants morts en bas-âges qui revienntne dans la même fratrie..

Sam Taylor

Etudié par Tucker. Né 18 mois après la mort de son grand-père paternel, il a commencé à se remémorer les détails d’une vie antérieure à l’âge d’un peu plus d’un an. Alors que son père changeait sa couche, Sam a levé les yeux et a dit à son père : “Quand j’avais ton âge, je changeais tes couches.” Il a commencé à parler davantage d’avoir été son grand-père. Il a fini par raconter des détails de la vie de son grand-père dont ses parents sont certains qu’il n’aurait pas pu apprendre par des moyens normaux, comme le fait que la sœur de son grand-père avait été assassinée et que sa grand-mère avait utilisé un robot de cuisine pour préparer des milk-shakes pour son grand-père tous les jours à la fin de sa vie.

Faux départ

Dans le cas des enfants morts en bas-âge, il peut arriver que l'âme réessaye l'incarnation dans la même fratrie.

P.M

P.M était un garçon dont le demi-frère est mort d’un neuroblastome 12 ans avant sa naissance. Le demi-frère a été diagnostiqué après avoir commencé à boiter, puis a subi une fracture pathologique sur son tibia gauche. Il a subi une biopsie d’un nodule sur son cuir chevelu, juste au-dessus de l’oreille droite, et a reçu une chimiothérapie par voie centrale dans sa veine jugulaire externe droite. Au moment de sa mort, il avait deux ans et était aveugle de l’œil gauche.

P.M est né avec trois taches de naissance qui correspondent aux lésions de son demi-frère, ainsi qu’un gonflement de 1 cm de diamètre au-dessus de l’oreille droite et une tache sombre et oblique sur la partie antérieure inférieure droite de son cou. Il souffrait également d’un leucome cornéen, ce qui l’a rendu pratiquement aveugle de l’œil gauche. Dès que P.M a commencé à marcher, il l’a fait en boitant, épargnant son côté gauche, et vers l’âge de 4 ans et demi, il a parlé à sa mère de vouloir retourner à la maison précédente de la famille, la décrivant avec beaucoup d’exactitude. Il a également parlé de la chirurgie du cuir chevelu de son frère, même s’il n’en avait jamais entendu parler auparavant.

les jumelles du docteur Samona

C'est Carmelo Samona, de Palerme, docteur en droit et en médecine, qui raconte l'histoire de ses 2 filles.

Le 13 mars de l'année 1910, après une maladie très grave (méningite), sa fille Alexandrine, âgée de presque cinq ans, meurt.

Trois jours après la mort de l'enfant, sa femme Adèle, inconsolable, la vit en songe, telle qu'elle était en vie. Alexandrine lui disait :

- Maman, ne pleure pas, je ne t'ai pas quittée, je ne me suis pas éloignée de toi ; vois-tu, maintenant je vais devenir petite comme cela.

Et ce disant elle lui montrait comme un petit embryon complet, ajoutant :

- Tu devras commencer à présent à souffrir une autre fois pour moi.

Après trois autres jours, le rêve se répéta presque identique.

La pauvre mère demeura incrédule à la possibilité de ce retour, d'autant plus qu'ayant eu un avortement récent avec opération (21 novembre 1909) et de fréquentes hémorragies, elle était sûre de ne pouvoir plus être enceinte.

Un jour que Mme Samona exprimait à son mari tout son désespoir, trois coups secs et forts, ressemblant à ceux que frappe une personne avant d'entrer, se firent entendre à la porte de la chambre où ils se trouvaient. Sauf qu'il n'y avait personne. Ça les encourage à aller voir un médium, qui leur fait passer plusieurs messages d'Alexandrine, dont l'un ou elle annonce son retour avant Noël. Réponde au message 2 entités, la petite alexandrine et son langage enfantin, et son guide, une soeur de la mère, cette soeur étant décédée depuis longtemps.

Dès le début de ces messages, elles avaient annoncé qu'elle ne pourrait communiquer que pendant 3 mois, puis qu'ensuite, davantage attachée à la matière, elle serait endormie complètement.

Le 10 avril, la mère eut un premier soupçon d'être enceinte. Le 4 mai, la petite entité annonçait :

- Maman, il y en a une autre dans toi.

Comme ceux présents à la séance ne comprennent pas, le guide / tante précise les propos de l'enfant :

- L'enfant ne se trompe pas mais elle ne sait pas bien s'exprimer ; un autre être voltige autour de toi, qui veut aussi revenir sur cette terre.

Les messages qui suivent confirment qu'Alexandrine est contente d'avoir une petite soeur. Mais la mère doute toujours, rien n'indiquant qu'elle soit enceinte, et persuadée si c'était le cas qu'elle ferait une fausse couche de nouveau. l'idée de jumeau semble le dernier des scénarios possibles (qui plus est, chose jamais arrivé dans sa famille). Elle déprime tellement qu'Alexandrine lui dit :

- Prends garde, maman, que si tu continues à être si triste, tu finiras par nous donner une constitution peu solide.

Lors d'une des dernières séances, alors qu'Adèle doute que sa petite fille puisse revenir avec la même apparence, le guide répond :

- Cela aussi, Adèle, te sera concédé ; elle renaîtra parfaitement semblable, peut-être un peu plus belle.

Au cinquième mois de grossesse, le docteur peut enfin confirmer les dires des entités, ce qui réconforte Adèle. A la fin des 7 mois, de fortes douleurs font craindre le pire, mais contre toute attente rien ne se passe.

A la naissance, les deux enfants sont fortement dissemblables de corps, de teint et de forme ; la plus petite semble une copie fidèle de la petite Alexandrine lorsqu'elle naquit, et, chose étrange, cette dernière reproduisit dans sa naissance trois particularités physiques, à savoir : hypérémie de l'œil gauche, séborrhée de l'oreille droite, et une légère asymétrie dit visage, exactement identiques à celles avec lesquelles était née la petite Alexandrine.

Plusieurs témoins, mis au courant avant la naissance des révélations médiumniques, confirment l'exactitude de ce que les âmes ont révélées précédemment.

La dissemblance entre les 2 soeurs fausses jumelles enlève l'idée que l'éducation reçue aurait amené à recréer une 2 ème Alexandrine.

Comme la première fois, Alexandrine 2 est une petite fille tranquille, tout le contraire de sa soeur. Elle est gauchère, et reproduira aux mêmes âges les mêmes comportements que précédemment.

Tenter de reprendre son ancienne vie

Dans plusieurs réincarnations, l'entité nait assez loin de son ancienne vie pour être dissuadée d'y retourner. Certains, comme Manika, ont malgré tout réussi à rejoindre ceux qui occupaient toute leurs pensées au moment de leur mort. D'autres semblent à dessein se réincarner proche de leur ancienne famille pour finir quelque chose.

Kendra Carter

Quand Kendra a commencé ses cours de natation à l’âge de 4 ans, elle a immédiatement développé un attachement émotionnel envers son entraîneur. Peu après le début de ses cours, elle a commencé à dire que le bébé de l’entraîneur était mort et que l’entraîneur avait été malade et avait rejeté la responsabilité de son enfant. La mère de Kendra était toujours à ses leçons, et quand elle a demandé à Kendra comment elle savait ces choses, elle a répondu : “Je suis le bébé qui était dans son ventre.” Kendra a ensuite décrit un avortement, et sa mère a découvert par la suite que l’entraîneur avait effectivement avorté 9 ans avant même la naissance de Kendra. Kendra était heureuse et pétillante quand elle était avec l’entraîneur, mais calme autrement, et sa mère l’ a laissée passer de plus en plus de temps avec l’entraîneur jusqu’ à ce qu’elle reste avec elle trois nuits par semaine. Finalement, l’entraîneur a eu une dispute avec la mère de Kendra et a coupé le contact avec la famille. Kendra a ensuite fait une dépression et n’a pas parlé pendant 4 mois et demi. L’entraîneur a rétabli un contact plus limité à ce moment-là, et Kendra a lentement recommencé à parler et à participer aux activités.

Manika, une vie plus tard…

L'histoire de Manika a donné lieu à un film de François Villiers, Manika, une vie plus tard, en 1989. Présenté comme une histoire vraie mais je n'ai pas trouvé sur internet le livre qui en parle, cette histoire non garantie pour le moment, est donnée à titre informationnel.

En gros, une petite indienne se rappelle être morte en couche à 16 ans, et avoir promis à son mari qu'elle reviendrait. Il lui avait promis de l'attendre. Quand après une fugue elle réussit à rejoindre son ancien mari, il l'a reconnait comme telle et accepte de la reprendre comme épouse, 12 ans après. Sauf qu'entretemps il s'ets remarié, et la cohabitation se passe mal avec la nouvelle femme. Manika prfère abandonner et vivre pleinement sa nouvelle vie, sans être perturbée par les douleurs de la mort de l'ancienne.

Les "célébrités"

Les cas de gens moyennement "célèbres" sont connus tout simplement parce qu'il est facile ensuite de se renseigner sur sa précédente incarnation, et de vérifier ainsi les dires de l'enfant. Si la personne était trop célèbre, comme Claude François, les dires de l'enfant ne seront pas pris en compte car il aurait pu voir un film consacré au chanteur, et si la vie antérieure est celle d'un employé de ferme qui a eu une vie banale loin des archives, il sera impossible de confirmer les dires, les souvenirs de l'incarnation précédente sont là aussi rejetés par la Sciences.

Ryan (Midwest)

A 4 ans, Ryan fait des cauchemars fréquents et horribles. À ses 5 ans, il dit à sa mère Cyndi : “J’étais quelqu’un d’autre.”

Il parlait souvent de “rentrer chez lui” à Hollywood et suppliait sa mère de l’y emmener. Il lui a raconté des histoires détaillées sur la rencontre avec des vedettes comme Rita Hayworth, la danse dans des productions de Broadway et le travail pour une agence où les gens changeaient souvent de nom. Il se souvenait même que le nom de la rue sur laquelle il vivait avait le mot “rox”.

Les histoires étaient si détaillées et si volumineuses qu’un enfant si jeune ne pourrait pas imaginer un tel scénario, dit sa mère.

Dans les livres sur Hollywood de sa bibliothèque locale, Ryan montre du doigt une photo, et celui qu'il incarnait précédemment. Tucker se charge de l'enquête. Après deux semaines, un archiviste du cinéma hollywoodien a pu confirmer l’identité de l’homme sur la photo, Marty Martyn. Il était devenu un puissant agent d’Hollywood avant de mourir en 1964. Pas connu du grand public, sa fréquentations de personnes célèbres permet de retrouver des caractéristiques le concernant pour valider les détails donnés par Ryan.

Martyn avait en fait dansé sur Broadway, travaillé dans une agence où les noms de scène étaient souvent créés pour de nouveaux clients, s’était rendu à Paris et vivait au 825 North Roxbury Drive à Beverly Hills. Il s’agissait de tous ces détails que Ryan a pu communiquer à Tucker avant qu’ils n’apprennent l’identité de la personne qu’il a décrite ; par exemple, Ryan savait que l’adresse contenait “Rox”. Ryan a également été en mesure de se rappeler combien d’enfants Martyn a eu et combien de fois il a été marié. Plus remarquable encore, le fait que Ryan savait que Martyn avait deux sœurs, mais pas sa propre fille. Ryan se souvient également d’une femme de chambre afro-américaine ; Marty et sa femme employaient plusieurs personnes. Ce ne sont là que quelques-uns des 55 faits incroyables dont Ryan se souvient de sa vie antérieure comme Marty Martyn. A mesure que Ryan vieillit, ses souvenirs deviennent de plus en plus flous.

Les souvenirs flous ou mélangés

Il arrive que dans les dires des enfants, se cotoient des choses très précises puis des noms ou des situations semblants appartenir à une autre vie. Il est aussi possible que le nom décrit ne soit pas retrouvé lors des recherches (les archives humaines ont du mal à dépasser 20 ans sans subir de grosses pertes), mais dans beaucoup de cas des expériences de vie différentes semblent se mélanger.

Cameron Macauley

Voir le documentaire "Maman, j'ai déjà vécu", suite à une recherche de Jim Tucker.

Comme ce petit garçon qui se souvenait avoir vécu sur l'île Ecossaise de Barra, à 400 kms de sa nouvelle vie à Glasgow. Il a décrit une maison où il a vécu, son nom de famille dans cette ancienne vie, des avions qui atterrissent sur le sable, pleins de détails qui se sont révélés exacts une fois sur place. De même que le nom de son père, mort avant sa dernière mort. Sa famille qui possédait la maison de Barra habitait en fait à Glasgow, lieu de réincarnation de Cameron. Cette maison servait aux vacances d'été.

Par contre, aucun des enfants ayant vécus à l'époque précisée n'était mort de la façon dont il l'affirmait,et son père ne s'était pas fait renversé par une voiture mais était mort d'une cirrhose.

Pour décrire le passage d'une vie à l'autre, il disait qu'il jouait avec d'autres enfants, était tombé dans une sorte de trou, passé à travers un hublot (le tunnel?) et était arrivé dans les bras de sa nouvelle mère. Comme il le dit, on ne sait pas s'il est tombé physiquement dans un trou ou s'il jouait avec des enfants à l'état d'esprit, il n'y a pas de notion de mort physique.

Il disait qu'on lui avait donné une carte pour retourner sur terre.

Ce reportage montre bien le visage refermé de l'enfant une fois sur place, confronté aux choses qui ont changées, à la vie dans laquelle il ne peut plus retourner. Cette expression sombre se retrouve sur le visage de nombreux enfants confrontés aux lieux de leur passé : ils ne parlent plus, ne sourient ou ne jouent plus, deviennent indéchiffrables. Ils se disent heureux et triste à la fois. A comparer par exemple avec celui de James Leininger dans le reportage qui lui est consacré par Stéphane Alix (au moment ou James retourne à l'endroit ou son avion s'est écrasé 70 ans plus tôt).

Autre étrangeté, quand sa mère prends contact avec un membre de l'ancienne famille de son fils, ce dernier devient comme possédé, énervé, pleurant et demandant de ne pas les contacter ni y aller. Le lendemain matin, ilest calmé et pose des questions sur ces personnes.

Pour en savoir plus...

Les études Tucker sur des cas flagrants de réincarnation. Ici le rapport Tucker (en anglais).

Les livre de Ian Stevenson.

Reportage sur 3 cas récents de réincarnation.

Explication

Dans la page sur le qi, j'essaye d'expliquer ce que j'ai compris sur le sujet, ou en compilant les explications des esprits ou des contactés ET.

Page suivante : transmigration

La réincarnation, c'est une âme qui prends place dans le corps d'un foetus. Mais il peut arriver qu'un corps qui vient de décéder dans un accident revienne "miraculeusement" à la vie, avec une autre âme à l'intérieur, en général quelqu'un de récemment décédé. C'est ce qu'il se passe dans les cas où la personne parle brutalement une langue étrangère (la langue, pas juste l'accent hein ! ).


Retours aux menus supérieurs