Menu du site

Nature Humaine
Méhari>Entretien>Carrosserie>Chassis plateforme+structure tubulaire

Première version: 2003-09-10
Dernière version: 2005-09-10

Chassis plateforme+structure tubulaire

Sommaire de la page

1) Vérification des points classiques de rouille
2) Entretien
3) Réparations
4) Changer son châssis
5) Sortir le tubulaire
Pour en savoir plus...


Préambule

Ces éléments de structure sont réalisés en tôles de récupération, sont mal préparés en traitement anti-corrosion, et sont donc sujet à la rouille. Les châssis des 2 cv après 1985 sont connus pour être encore plus sensibles à ce phénomène (Usine de Mangualde au Portugal, où les soudures n'étaient pas protégées), et il n'était pas rare d'acheter la 2cv neuve avec de nombreuses amorces sévères de corrosion (même sur les éléments visibles comme le pare-choc) et de voir ces châssis plier en moins de 2 ans (auquel cas ils étaient remplacés au cas par cas jusqu'en 98).
Le principal risque sur le châssis est de plier au niveau des fixations de la traverse avant. Nous allons voir les différents points à surveiller, la manière de les protéger et le cas échéant, la manière d'y réparer.

1) Vérification des points classiques de rouille

Dérouillage

Dérouillage chimique

Une page très utile sur le dérouillage chimique des pièces métalliques, c'est sur bidouille.com que ça se passe.
Le dérouillage chimique permet de gagner du temps, de dérouiller plusieurs pièces d'un coup, d'accéder à des endroits nécessitant un démontage si on dérouille de façon mécanique, d'accéder dans les petits recoins difficiles.
Mode opératoire :  on trempe les pièces dans un bain d'acide chlorhydrique, pendant 10 mn dépendant de l'épaisseur de la rouille. Avec l'acide, la rouille dissoute dans le liquide. Si on ne neutralise pas la pièce, le moindre contact avec l'air va couvrir sa surface de rouille, l'acide favorisant l'oxydation par l'oxygène. c'est pourquoi on la trempera 5 minutes dans une solution de lessive de soude. Sécher à l'air comprimer puis protéger avec de l'apprêt genre Rustol puis peinture antirouille.
Précautions d'emploi : Se munir d'acide et de soude (débouche évier ou lessive de soude), les 2 pris séparément étant très dangereux, mais se neutralisant mis en présence. Se protéger avec des gants, des lunettes de protection, des vêtements en coton protégeant la peau des projections, un masque avec cartouche, et en cas de contact avec la peau, mettre de la soude avant de rincer abondamment à l'eau.
Travailler dans un endroit aéré, sans sources d'incendie, des vapeurs nocives et de l'hydrogène se dégagent.
Une fois qu'on n'a plus besoin du bain d'acide, on rajoute de la soude (une base) afin de le neutraliser (l'acide et la soude se transforment en eau salée que l'on peut vider dans els égoûts). Rajouter de la soude jusqu'à ce que le papier tournesol (papier qui change de couleur en fonction du pH de la solution) indique un pH neutre de 7.

 


2) Entretien

Tous les ans, se coucher sous la voiture et gratter la peinture boursoufflée, signe de rouille, puis remettre un apprêt antirouille, peinture fer, anti-gravillon (pas d'isolant genre blacson, mais je pense pas qu'on en trouve encore). 


3) Réparation

 On peut utiliser la soudure. L'arc va bien pour les tôles épaisses, de plus de 1,5 mm d'épaisseur. Donc pour  ressouder les pots de suspension, etc.

Pour ressouder des planchers de 2cv, etc, avec de la tôle de 0,8 mm pour les anciennes à 0,6 mm pour les modernes, l'arc ne va pas du tout (il faire un gros trou avant même de s'être amorcé, à moins que vous trouviez des électrodes enrobées de 0,6 mm et un poste à l'arc descendant à 20 A, sachant qu'on trouve pas à moins de 1,6 mm les électrodes et que les postes au mini tombent à 35 A, sachant que plus l'intensité est basse et plus c'est difficile à amorcer.

C'est pourquoi pour tout ce qui est tôles fines on utilise soit le chalumeau, soit la soudure au MIG (je ne parlerais que des solutions économiquement accessibles à un particulier, sachant que le MIG reste quand même un investissement important).

Le Chalumeau, il est assez économique, le problème en carrosserie esthétique, il déforme un peu les tôles, et question solidité, comme il chauffe sur une vaste surface, il fragilise d'autant le métal en le recuisant sans le tremper derrière.
Les matières premières peuvent être chères au final, il vaut mieux prendre la solution Oxy Acéthylène, qui monte plus haut en température que l'Oxy Gaz.

Le Mig est intéressant au niveau soudure, bien que le gaz ATAL reste un consommable onéreux, mieux vaut le prendre en grosse bouteille avec contrat de rechargement.
Il faut un poste MIG (encore appelé semi auto) acceptant les fils aciers de 0,6 mm. Il acceptera les fils fourrés de 0,8.Ne pas se rabattre sur un poste qui ne peut prendre que les fils fourrés, la différence de prix ne justifie pas de se priver du principal avantage du Mig, à savoir la soudure de tôles jusqu'à 0,6 mm.
40 A max, il faut un potentiomètre de réglage d'intensité.
Les BIMAX sont intéressant, le BIMAX 4.165 + kit gaz étant à 300 environ.
EN accessoire, on pourra prendre une cagoule LCD à 90 €.

 

 


4) Changer le châssis

Les signes d'un châssis en train de plier sont nombreux: la direction qui devient dure, les portes qui ferment mal, ... Le mieux est de se pencher dessous et de regarder si le chassis est vraiment attaqué.

Sur une 2cv et dérivée, la plate-forme est une pièce de rechange au même titre que les plaquettes de frein. Il n'y a donc pas modification de la carte grise et passage aux mines à réaliser. D'ailleurs, au titre de pièce détachée, souvent le nouveau châssis n'est pas refrappé. Mais il faut être sur que le travail est bien fait. Se renseigner au préalable auprès de son assurance.

Remplacer son châssis est un travail de longue haleine sur une 2cv (un jour pour un homme seul pour tomber la caisse, en enlevant le moins de choses possibles donc la caisse sera lourde), d'autant plus qu'il vaut mieux en profiter pour protéger de la corrosion.
Sur une méhari, cela peut nécessiter une semaine, la structure tubulaire non protégée vous posera problème boulons par boulons (tous plus ou moins grippés).

Pas de problèmes particuliers, juste à savoir que le bocal plastique vert de frein s'enlève en déclipsant vers le haut (tirer fort), de même pour les raccords de frein une fois dévissé la vis de 8.
Pour la colonne de direction, on dévisse au niveau du support sur caisse et en bas sur la crémaillère à l'aide du collier maintenu par la vis de 11. Pareil, tirer fort vers le haut, au marteau si besoin est.


5) Sortir le tubulaire

Commençons par le plus dur, sortir le support de pare-brise.

Dégager le pare-brise en le faisant coulisser sur la charnière yoder (voir descriptif complet ici).

Enlever les 2 vis Parker sur le dessus, autour du milieu de la traverse du support, et qui la fixent sur le haut du tableau de bord ABS.
Enlever les 2 boulons de 14 avec une douille et une rallonge qui sont en dessous du tableau de bord, dans le prolongement des 2 montants latéraux, à droite et à gauche.

Ensuite, sortir le support... C'est simple en fait!
Sauf que si à droite ça vient bien, à gauche c'est complètement soudé (un profilé alu coulissant dans un tube carré d'acier, ça fait de la corrosion galvanique et ça se soude).

Injecter moult dégrippant, taper par le dessous en remettant bien le boulon pour ne pas écraser le début du filetage (au pire les tiges filetées se changent au diamètre supérieur).

On peut mettre les 2 boulons qui tiennent la bâche arrière dans les trous des rétros et tapoter dessus gentiment.

Si ça ne vient toujours pas, enlever les 2 cotés pour avoir plus de place pour travailler.

Il est aussi possible d'enlever les 2 tiges filetés et mettre 2 vis BTR qui une fois serrées viennent plaquer sur le bout du carré en alu. On peut se servir du centre de la vis pour mettre le bout d'un marteau perforateur équipé d'un vieux foret. Cela permet de travailler au choc tout en étant centré par rapport au carré sans devoir taper comme un bourrin ni devoir retarauder (plusieurs petit chocs répétés sont plus efficaces et font moins de dégâts qu'un gros choc mal placé qui peut faire plus de casse).

Dégrippant pendant au moins trois jours en tapotant sur les tiges filetées, chez certains il n'a bougé que le quatrième jour.

Si ça ne vient pas, meuler le tubulaire en acier qui entoure le profilé alu que l'on ressoudera ensuite.


Pour en savoir plus...

Manière pour ressouder son châssis : http://www.2cvsrus.com/index2.htm

Pour sortir son support de pare-brise, voir le site de Speedy qui décrit le tout en images.

à suivre...


Retour menu sup