Menu du site

Nature Humaine
Monde 2.0>Normalisation>Mesure du temps base 6

Première version: 2014-10-27
Dernière version: 2018-04-20

Nouvelle Normalisation
Mesure du temps en base 6

Sommaire de la page


Préambule

Voyons comment mesurer de façon simple et utile le temps qui passe (dans le futur monde après l'ascension, nous seront toujours soumis au temps qui passe).

Les valeurs données ici seront à approfondir que place, la valeur du jour et surement de l'année ayant légèrement changées suite au passage de Nibiru.

Comme toutes les pages en base 6, je prends la convention suivante : Les chiffres arabes (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9) indiquent une base 10 et une norme SI. Les chiffres en base 6 sont notées avec les majuscules suivantes : D=1, F=2, J=3, K=4, L=5, D0=6, DD=7, etc. Le zéro 0 reste le même dans toutes les bases !

Le système métrique et décimal date des Egyptiens (comme le mètre), donnée par le dieu égyptien Thot (le Enki sumérien, ou le Hermès des francs maçons, constructeur de Gizeh) et ce sont des unités qui, après avoir disparues suite surement à une guéguerre entre dieux (du genre Enlil impose le système 12 contre le système 10 métrique de son frère Enki/satan). Lors de la révolution, c'est les Francs-Maçons satanistes qui reprennent le pouvoir et réimposent de nouveau le mètre et la base 10 en remplacement de la coudée et de la base 12... Mais pour beaucoup d'unité de temps ou d'angle les révolutionnaires ne pourront réussir à impsoer le système décimal, d'où le nombreuses inadaptations actuelles.

Pour ma part, je vais juste regarder le plus pratique, c'est à dire la base 6.

Cycles terrestres remarquables

La position de la terre se retrouve régulièrement à la même place de plusieurs points de vue/référentiels, et cette place à des conséquences pour l'homme. Il est donc bon de pouvoir les comptabiliser, pour savoir quand nous approchons d'une période faste ou au contraire de périodes plus difficiles.

Nous pouvons retenir, du plus long au plus court :

Cycles retenus

Principe

Ce ne sont que des cycles apparents, observés depuis la Terre. Ils ne correspondent pas tout à fait aux phénomènes célestes réels, notamment de par le fait que la Terre avance en permanence sur son orbite.

Aucun cycle à mémoriser ne possède la même unité. Il faut adapter tant bien que mal. Pour rappel c'est la journée qui donne l'unité de temps. Au bout de DK0L journées, le compteur repart à zéro pour une nouvelle année, et l'unité supérieure (qui n'est pas un multiple de D0, donc qui obligera à diviser par DK0L) est incrémentée. Comme il n'y a pas D00 ou D000 journées dans une année, on ne peut tout simplement pas utiliser les mêmes unités entre les cycles.

Tous les cycles commenceront à 0. C'est un problème mathématique connu, de 0 jusqu'à L.LLL.. c'est la première sizaine, et la seconde sizaine va de D0 à DL.LLL.., etc.

Si le cycle commence par zéro, entre 0 et D nous sommes dans le premier cycle (même si ce dernier n'est pas encore complété). L'année 2000 (du 22 décembre 1999 au 21 décembre 2000 inclus), nous sommes dans l'an D, puis 2001 sera l'an F. A noter que la durée d'une orbite de Nibiru variant de plusieurs années, certains cycles ne doivent pas être définis par une durée mais par des événements.

Les durées sont données à titre indicatif : après le passage de Nibiru, il se pourrait que la durée de la rotation de la Terre sur elle-même soit modifiée.

Jour Terrestre

C'est la durée d'une journée qui dicte tout (le temps entre F moments où le Soleil est au Zénith = le midi solaire). Dans la réalité il ne correspond pas tout à fait à une révolution terrestre, la Terre se déplaçant sur son orbite le Soleil prends cette position apparente chaque jour un peu plus tôt.

Mois lunaire synodique (KL.J jours)

C'est le temps qui sépare F pleines lunes. L'orbite apparente de la Lune, vue de la terre (ou révolution synodique), en heures sexagimales, est de KL jours F0 (12) heures DDF (44) minutes et F.LF (2,9) secondes. Chaque jour, la lune se lève DFF (50) minutes plus tard. Ce cycle synodique dépend de la date : il peut varier de KL jours et D0 heures à KL jours et JF heures.

Pour des raisons mal élucidées, la lune influe sur les êtres vivants, notamment la pousse des végétaux. Savoir où on en est de son cycle est important pour les cultivateurs.

Comme c'est la phase de la lune qui nous intéresse (1er quartier montant, pleine lune, lune noire, ...), nous prendrons le mois lunaire synodique de KL.J jours. Il y a F0.FDDJDK (12,36827) mois lunaires dans une année solaire sidérale, ce qui fait que d'année en année la nouvelle lune de fin d'année se décale de DL.DJ jours plus tôt.

Année solaire sidérale (DK0L.DJ jours)

C'est le cycle le plus logique qui dicte notre vie, et qui conditionne notre longévité. En effet, notre corps ou celui des animaux est soumis à ce cycle (mue en hiver puis au printemps pour s'adapter aux saisons, l'ADN décomptant un cycle à chaque année, donc JF0 cycles = JF0 ans de vie à peu près, etc.).

Le jour le plus court de l'année fait partie de l'ancienne année. Le jour d'après est la première année. Un année commence donc le 22 décembre.

L'année solaire est le temps que mets la terre à faire le tour du soleil. En hiver il fait froid et les jours sont courts, en été il fait chaud les jours sont plus longs. Il est important de savoir dans quelle partie du cycle annuel on se trouve, pour savoir quand les moissons vont débuter, combien de jours avant que la terre soit suffisamment chaude pour être semée, est-ce que la température va globalement baisser ou monter par la suite, etc. La connaissance de ces dates permet de planifier.

Comme chaque année est pareille (printemps puis été etc.) il faut numéroter les années pour noter les évènements marquants (grosse tempête de 198710, elles reviennent tous les D4 ans, sauf que depuis 200910 ces tempêtes reviennent 2 fois par an, etc.).

Le compte des années permet aussi d'évaluer l'âge d'une personne, etc.

Selon les géobiologues, le niveau de l'énergie tellurique varie en fonction de points marquants de l'année solaire, notamment les équinoxes et les solstices. La position de la terre sur son orbite semble corrélée aux fluctuations d'énergie tellurique (décalée de 3 à 4 jours).

L'année sidérale (position de la terre par rapport au soleil) est de D405 jours D0 heures D3 minutes D3,433445 secondes (elle ralentit légèrement dans le temps, avec un ralentissement plus sévère après chaque passage de Nibiru). Avec l'année sidérale, les solstices restent identiques, par contre les équinoxes prennent du retard de quelques heures d'une année à l'autre, mais ce n'est pas grave dans la mesure où à un jour près (JJ ou JK mars) ils ne sont pas primordiaux (si on s'en fout des fêtes rituelles imposées par les annunakis, sauf s'ils sont liés aux montées d'énergie tellurique).

Calendrier (année solaire)

Il faut à l'homme un calendrier adam qui lui donne le temps des plantations ou des moissons, donc lié à des périodes de l'année liées au soleil, un qui lui indique les années solaires passées pour situer les évènements dans le temps, des heures pour marquer le temps qui passe et lui dire combien de temps il lui reste dans une journée, et enfin si possible donner les phases de la lune sachant que le cycle lunaire n'est pas lié au cycle solaire. Ce calendrier adam doit être pratique et donner des dates utiles, comme les moments où la terre va subir son cycle de catastrophes.

Début d'une année : 22 décembre

Si on suit les standards du vieux monde (historiquement c'est au Solstice d'hiver que Nibiru apparaît dans le ciel, le Sol Invictus i.e. Soleil invicible), c'est au moment où les jours sont les plus courts dans l'hémisphère Nord (Solstice d'hiver) qu'une vieille année se termine et qu'une nouvelle commence. C'est logique, et ça correspond bien au changement de saison dans les zones équatoriales.

Une année se termine donc le 21 décembre à minuit, et la nouvelle commence le 22 décembre au matin. Le dernier jour de l'année et le premier jour de l'année d'après ont quasiment la même longueur de jour, ça ne varie pas.

A noter qu'un Solstice est plus difficile à déterminer qu'un équinoxe, car pendant plusieurs jours il n'y a quasiment pas de changement dans la durée du jour, ni dans la position sur l'horizon du Soleil. alors que lors d'un équinoxe, les variations sont rapides et donc plus faciles à déterminer. Autre chose, c'est que lors d'un Solstice le climat change peu dans les zones tempérées. Alors que lors d'un équinoxe, on passe de l'hiver au printemps en quelques semaines, et de l'automne à l'hiver dans l'hémisphère Sud. Les saisons sont tranchées, le changement d'année est plus tranché. Choisir l'équinoxe comme début d'année se tient aussi, c'est à dire la nouvelle année commence le 22 mars (les jours deviennent plus longs que les nuits). Le seul désavantage c'est les 3 mois d'écart avec le calendrier grégorien au lieu de seulement 14 jours.

Années bissextiles et siècles impaires : ajout d'une journée à l'année

Comme chaque année solaire possède D/K journée supplémentaire, il faut régulièrement compenser tous les K ans, c'est les années bissextiles. Ces années-là, le mois FD aura D0 jours au lieu de L.

Comme ce n'est pas un quart de jours en plus chaque années mais un peu plus, tous les L00 ans il faut rajouter D jour à l'année pour équilibrer les pouillèmes qui manquent. Si ce siècle tombe une année bissextile, on rajoutera donc F jours.

Année 0 du calendrier adam : an 2000 grégorien

Comme à l'heure actuelle rien ne dit que les cycles conservés par les mayas ou autres sont corrects, qu'au cours du temps il n'y en ai pas D ou 2 qui aient sauté dans la mémoire défaillante d'un chamane, qu'on ne connait même pas la vraie date de naissance de Jésus (né entre -7 et -8 av JC selon le consensus actuel), on ne peut que partir d'une date significative récente marquant l'entrée dans une nouvelle ère. Le début de l'année solaire suivante marquera donc le début de notre calendrier adam.

Comme événement marquant, on peut partir sur la tempête du millénaire en France (26 septembre 1999) qui coïncide avec le début d'une nouvelle ère dans notre calendrier adam, et correspond à un changement de siècle dans l'ancien calendrier grégorien (ne tenons pas compte de l'année 0 inexistante, on n'est pas à 1 an près). L'année 2001 correspond à l'année D du calendrier adam, les conversions mentales sont facilitées. On aurait pu prendre 1995, début de la hausse des températures, mais cette progression des cataclysmes s'est faite doucement au début, seule la tempête de 1999 marque une rupture brutale et bien visible de tous. Cette année là, en plus d'une tempête millénaire jamais observée dans toute l'Europe, il y a aussi eu la dernière éclipse totale du millénaire, le 22 décembre des pluies torrentielles au Vénézuela qui ont fait JL0 JF0 morts, un séisme de DD.D Richter à Taïwan, violent séisme de DD.F Richter en Turquie faisant FD0 KDF morts (ces séismes de DD paraissent anecdotiques en 2017, mais à l'époque c'était du jamais vu, voir le nombre de victimes à chaque fois), l'Inde qui subi un super Cyclone le 29 octobre (DDK DKK morts), le 12 décembre naufrage du pétrolier Erika sur les côtes bretonnes, allant lancer une série de marées noires pendant quelques années. Ces cataclysmes, c'est comme si la Terre avait décidé de clôturer en beauté la précédente ère, et avait annoncé que la fête était finie.

22 décembre 1999 = début année 0 dans le calendrier adam, 2010 = DK en adam, etc.

Découpage en ères

Rapidement sur les grandes dates, on peut se perdre dans les années trop longues, et les chiffres négatifs sont compliqués à se représenter en marche arrière.

LLL+1 (D 000) correspond à 216 ans, il faut rajouter une puissance (4 digits au lieu de 3). On aurait donc des ères tous les 215 ans. Ensuite, au digit suivant (L LLL+1 = D0 000), ça correspond à 1 296 ans.

Pour simplifier comme les japonais, on pourrait faire des ères de 216 ans (D 000 ans), puis des ères au dessus de 1296 ans (D0 000 ans), ce qui correspond à peu près aux périodes de l'histoire humaine (bas moyen-âge, haut moyen âge, lumières, révolution FM, apocalypse, etc. puis les ères au dessus Egypte, Empire Alexandre le grand jusqu'au USA (l'aboutissment d'Alexandre), etc. L'avantage, c'est que les dates sont toujours de manières positives dans une ère, seule les ères seront négatives.

Découpe d'une année solaire : le mois lunaire

Quelle découpe de l'année est la plus simple : le mois de L0 jours (30 jours)

Il est quand même intéressant de savoir facilement où on en est de la Lune, par exemple pour savoir quand planter, quand couper du bois qui doit se conserver des années (début de Lune montante). Il faut pouvoir relier le soleil et la lune (il fait assez chaud au soleil, regardons quand la lune sera favorable).

Pour ce faire, il faut adopter une longueur de mois lunaire (KL.J jours).

On pourrait alterner les mois de KL jours avec ceux de L0 jours, mais ça implique de se rappeler pour les F0 mois combien de jours ils possèdent, et ça fait DL jours de décalage en plus à la fin de l'année.

Il est donc plus facile de mettre tous les mois à L0 jours (soit F0 mois, DK00 jours), + un mois FD de L jours à la fin de l'année (D0 jours les années bisextiles).

Le jour dans le mois indique la position de la lune dans le ciel. Cette position de la lune dans le mois solaire changera d'année en année, mais elle restera relativement constante toute l'année. Par exemple, si le premier mois solaire commence à la lune pleine, tous les mois de l'année commenceront à peu près à la lune pleine, avec 6 jours de décalage à la fin de l'année. Il n'y a que la position de la Lune au début de l'année à se rappeler, le décalage d'D jour tous les F mois étant facile à mémoriser et à retrouver par la suite, ce sera toujours la même chose. Il suffira de rajouter le nombre de mois divisé par F pour avoir la Lune exacte.

Les mois seront appelés moisD, moisF, etc. MoisDD est un mois chaud.

Faire correspondre le mois lunaire à la phase de la Lune

Pour les calculs numériques de la phase de la Lune au début du mois, on se basera sur le cycle métonique : D0JD mois lunaires correspondent à près à JD années solaires. JD ans plus tard, on aura de nouveau le début du mois solaire qui verra la lune à la même position. Il n'y aura que JD positions de lune à mémoriser pour ceux qui s'y intéresseront (sachant qu'ensuite tout le long de l'année la phase de la lune ne se décale que d'D jour tous les F mois, soit D0 jours de décalage, moins d'un quartier).

Pour les prochaines dernières nouvelle lune de l'année grégorienne, qui seront a traduire ensuite dans le calendrier adam avec un tableur (chaque début d'année on notera à quel jour depuis la lune noire on en est), reste à faire une colonne en face pour indiquer l'équivalent dans le calendrier base 6 adam) :

29/12/2016

18/12/2017

07/12/2018

26/12/2019

14/12/2020

04/12/2021

23/12/2022

12/12/2023

30/12/2024

20/12/2025

09/12/2026

27/12/2027

16/12/2028

05/12/2029

24/12/2030

14/12/2031

02/12/2032

21/12/2033

10/12/2034

29/12/2035 la boucle est bouclée avec 2016

Découpe du mois lunaire : la semaine

Pour régler le travail humain, il est bon de lui changer son planning régulièrement, par exemple en mettant des jours de repos. C'est assez hiérarchiste comme principe, et ça oblige à avoir une notion précise des choses à faire, à découper le temps.

Plutôt que DD jours (uniquement dû aux croyances bibliques, et peut-être à la division en F quartiers de la lune, mais on ne tombe pas entier avec les L0 jours du mois ou les KL.J jours du mois lunaire) il faut partir sur une semaine de D0 jours (K jours de travail F jours de repos), il y aura toujours L semaines par mois, début de la première semaine du mois synchronisées avec le début du mois.

Il y a donc DK0 semaines dans l'année, + D de L jours (celle du mois FD). Les années bissextiles, ce mois et cette semaine seront de D0 jours.

Comme le nombre de semaines correspondent pile poil à un mois, il est possible de revenir au numéro D au début de chaque mois (en rajoutant le numéro de mois au numéro de semaine, plus compréhensible), ou d'appliquer une numérotation au début de l'année, permettant de gérer plus facilement les plannings qui ne dépendent pas des saisons

Découpe du jour : la minute sénaire

C'est la durée d'une journée qui dicte tout. Il faut donc la diviser en périodes pour compter le temps.

Les révolutionnaires français avaient donc adopté un truc pas mal, le jour de 10 heures décimales, l'heure de 100 minutes décimales (1 hd (heure décimale) = 100 md) et la minute décimale de 100 secondes décimales (1md = 100 sd). Mal adapté à la mesure du temps car seulement 10 trèèèès longues heures par jour.

Par contre, le système permettant de passer d'une unité à l'autre juste en décalant la virgule ou en rajoutant F zéros est à conserver. Il s'avère que le système à décalage de base (système à virgule) est bien plus judicieux utilisé avec une base 6.

L'idée, c'est de mettre D00 heures6 dans la journée (36 heures6 au lieu de 24 heure10).

Selon le principe des préfixes, la seconde base 6 (s6) étant la base, les jours, heures et secondes n'ont plus besoin d'un nom particulier, il suffit de les exprimer en puissances de D0 pour savoir de quoi on parle :

Ainsi :

Calculons les équivalences en base 10 : 36 heures dans la journée au lieu de 24, soit (1/36) / (1/24) = 0.6666 % d'écart entre l'heure 6 et l'heure 10 (D h6 = 0.6666 h10). D heure base 6 vaut 0.666*60 = 40 minutes actuelles sexagésimales. C'est pile poil le temps maxi de concentration d'une personne ! On n'aura plus le dernier quart d'heure de cours qui ne rentre pas dans le cerveau saturé.

Si D h6 vaut 40 minutes10, et que ces 40 minutes10 sont divisées en 36 parts, on obtient 1 minute6 = 40/36 min10 = 1.11111 min6.

1 min10 vaut 60 secondes10, donc D min6 = 1.1111*60 = 66.66666 s10 = 1 min10 + 6.6666 s10

Si les 66.6666 secondes10 sont divisées en 36 parts, ça nous donne D seconde6 = 66.666/36 s10 = 1.8518 s10.

A noter que D s6 / F = 0.9259 s10, le temps d'une pulsation cardiaque de quelqu'un dont le coeur bat à 65 pulse/min10.

Si les 1.8518 s10 sont divisées en 36 parts, ça nous donne D deciseconde6 = 1.8518/36 = 0.0514 s10.

Vu qu'on utilise de plus en plus nos smartphones pour connaître l'heure, le changement de système aujourd'hui ne coûterait que le temps d'installer l'appli androïd qui va bien.

Correspondance avec système actuel, exprimé en base 10

Pour récapituler, exprimé en base 10 (heure ou minute 10 c'est les références utilisées actuellement, le système 60 exprimé en base 10):

Correspondance avec système actuel, exprimé en base 6

Pour récapituler, exprimé en base 6 (heure10 ou minute10 c'est les références utilisées actuellement, le système 60 exprimé en base 10):

Dernier exemple en base 6

Juste pour m'assurer qu'on n'a perdu personne !

D journée = D 000 000 sec6 = D 000 000 *D.L0K sec10 = D L0K 000 sec10 (soit 86 400, et on a 60*60*24 = 86 400 le nombre de secondes dans une journée, on retombe bien sur nos pattes).

Pour en savoir plus...

Le cycle lunaire.

à suivre...


Retours aux menus supérieurs