Menu du site

Nature Humaine
Faits inexpliqués>La présence Extra-Terrestre (ET)

Première version: 2016-02-27
Dernière version: 2017-10-05

La présence Extra-Terrestre (ET)

Sommaire de la page


Préambule

Rappel des avertissements préalables sur les sources des infos de cette partie.

Les observations d'OVNIs se comptent en millions dans le monde depuis 1940. La lecture du rapport Condon, orientée désinformation et étouffement, suffit pourtant à comprendre que les OVNIS sont d'origine ET et que ce phénomène existe bien.

Tout le monde sait que les ET existe

Il n'y a qu'à faire le lien entre des infos que tout le monde est censé connaître, et que vous pouvez vérifier dans n'importe quelle encyclopédie. Les dates sont données à la louche, elles évoluent tout le temps en fonction des dernières découvertes, et de toute façon ce n'est pas important quand on a des facteurs 3 comme ordre de comparaison... :

Donc fin 2016, celui qui rigole en entendant parler d'Extra-Terrestre et en affirmant bien fort que ce sont des foutaises est tout simplement un abruti n'ayant jamais réfléchi de sa vie! (J'étais un abruti il y a 1 an et demi, je peux me permettre de vanner les abrutis!)

Les comètes et météorites montrent que la vie ne s'est pas formée sur Terre

Les comètes et astéroïdes contiennent de l'eau, des hydrocarbures (de la matière carbonée issue de biomasse d'êtres vivants) et des briques de la vie, ADN et ARN. Ce fait prouve prouve à lui seul que la vie provient de l'espace. L'ADN ne peut évidemment se former que dans des conditions propices, pas sur un cailloux soumis aux radiations solaires.

Ces astéroïdes sont forcément beaucoup plus récents que la création du système solaire, sinon ils se seraient comme ailleurs agrégés en une planète d'accrétion comme Mars. Ils sont donc issus d'une planète qui s'est disloquée il y a quelques milliards d'années...

La vie trouvée sur les astéroïdes ne s'est pas faite sur Terre, mais sur une autre planète du système solaire (au hasard Tiamat), qui était sur l'orbite actuelle où on trouve la ceinture principale d'astéroïdes, ces millions de cailloux issus de la désagrégation d'une grosse planète océanique. C'est pourquoi ces astéroïdes sont métalliques (issus du noyau d'une planète), contiennent de l'eau (planète océanique propice à la création et au développement de la vie) et des traces de vie (preuve que la vie s'est bien développée avant la dislocation de cette planète).

Dieu à donc créé la vie dans un autre océan que le notre, hérésie pour certains religieux ultra-orthodoxe qui constituent la plupart des financeurs ou de directeurs de labos de recherche. Voilà pourquoi ces faits tous simples semblent avoir du mal a générer les conclusions qui s'imposent...

Les OVNIs (Objets Volants Non Identifiés)

Ok me direz-vous, il y a de la vie ailleurs, mais les ET ne sont pas sur terre on les aurait vu. Là aussi j'aurais tendance à vous traiter d'abruti, avec les millions d'observations d'OVNIS depuis seulement 70 ans et les milliers de bouquins sur le sujet, sans compter les grandes vagues d'OVNIs dont les médias ont été obligés de parler (Belgique en 1991, Washington dans les années 1950, il serait étonnant que vous n'en ayez jamais entendu parler...). Mais reprenons rapidement quelques observations significatives, qui prouvent que les ET sont présents sur Terre (du moins des êtres très avancés,n et qui l'étaient déjà il y a plusieurs millénaires vu les traces qu'ils ont laissés dans les Védas indiens avec leur description d'engins spatiaux).

Dans l'histoire

Les observations d'OVNIs réfutées par la sciences existent depuis toujours. Le 24 septembre 1235, au Japon, le général Yoritsume et son armée observèrent de mystérieuses lumières dans les cieux. Pendant plusieurs heures, ils aperçurent des lumières qui oscillaient dans le ciel , tournoyaient et faisaient des loopings. Une enquête scientifique, surement la première sur le phénomène OVNI, fut diligentée. Les scientifiques avaient déjà ordre de réfuter toute explication surnaturelle, les maîtres savaient déjà pertinemment de quoi il s'agissait. En effet, l'explication "scientifique" fut que le phénomène était tout à fait banal : il s'agissait simplement du vent qui avait faisait bouger les étoiles (qui comme on le croyait à l'époque, étaient accrochées avec des fils à la voûte céleste...).

Les rapports modernes du dossier américain Condon et du COMETA français sont souvent de plus mauvaise fois! Pour les américains, une automobile lumineuse qui vole au dessus de la rue et a effrayé 21 personnes d'une ville, dont des policiers et des militaires, c'est une confusion avec Jupiter. Pour les français, un vaisseau mère parallélipédique noir qui reste immobilisé 10 minutes à 100 m au dessus de la plus grande route des Lande, puis qui s'éloigne à basse vitesse avant d'accélérer brutalement vers le ciel, c'est une confusion avec des débris de fusée russe.

Le projet Blue Book

C'est une analyse par l'armée de l'air américaine de tous les cas d'observation d'OVNIs ayant eu lieu dans la juridiction américaine, entre Roswell en 1947 et 1969. Une commission spéciale de l'armée, composée d'experts de différents domaines, recense les faits, fait des prélèvements et des relevés sur le terrain, enregistre et recoupe les témoignages pour éviter tout cas de fraudes, recense l'absence de phénomènes naturels qui auraient pu avoir lieu ce jour là, etc. Si l'enquête est menée de manière irréprochable, la conclusion revient aux hauts gradés de la désinformation, et sont de totale mauvaise foi et en contradiction absolue avec les faits, au point que les médias ridiculisent à chaque fois les conclusions de l'enquête.

Le cas qui a le plus provoqué la grogne du grand public est l'OVNI de Beverly en 1966. Nous avons dans cette affaire 31 témoins répartis dans la ville ((les pilotes de l'armée n'ont pas été autorisés à parler), qui ont vu un objet gros comme une Cadillac avec plusieurs lumières autour, se balader dans les rues, poursuivre 3 femmes au point que l'une se pisse dessus de terreur, et rester en stationnaire au dessus d'une cours d'école en variant son altitude. 2 policiers sont appelés sur les lieux. L'officier Mahan, déclare : « On aurait dit une grande soucoupe avec trois lumières – rouge, verte et bleue – mais aucun son ; il planait et les lumières clignotaient. ». Les formes de l'objet sont bien visibles, et l'OVNI s'élève puis replonge à l'arrivée des policiers.

L'engin ne partira qu'à l'arrivée d'un hélicoptère et de 2 avions de l'armée appelés en renfort. Réception télé brouillée pendant toute l'observation.

Blue Book concluera que les témoins ont tous confondus avec Jupiter... Face à la grogne légitime des citoyens, le sénat commande un rapport externe pour savoir si les conclusions de l'armée sont justifiées. Ce rapport Condon sera publié 2 ans après, en 1969. Le rapport concluera comme l'armée l'avait affirmé, que pour les 10% d'observations inexpliqué (dont Beverly ne fait pas partie, puisque c'était Jupiter...) on ne peut effectivement pas dire ce que c'est (traduction, c'est bien des engins inconnus manoeuvrés par des êtres inconnus). Plusieurs articles, publications et livres commencent à sortir dans les journaux pour critiquer les conclusions de ce rapport.

Pour étouffer toute l'affaire, le projet Blue Book de l'armée est arrêté (le gouvernement semblant confondre les mots "inexpliqué" et "inexistant", et il est plus facile d'étouffer que d'expliquer), et les médias américains appliqueront rapidement un cover-up des observations en ne relayant plus les affaires d'OVNI (sans que la fréquence réelle des observations ne diminue...). Le formatage psychologique des nouvelles générations fit en sorte que toute cette période des "années folles" (Happy Days, les sixties) devint bientôt un mythe, où les américains moyens, traumatisés par la guerre froide, avaient crus voir des invasions de Russes partout...

Le survol des centrales nucléaires françaises fin 2014

Toutes les centrales nucléaires françaises furent survolées (certaines plusieurs fois), pour l'ensemble 34 fois dans l'espace d'un mois et demi vers novembre 2014. Tous les moyens déployés par l'armée se montrèrent vains. Et histoire de ridiculiser encore plus nos pauvres moyens technologiques, ce furent ensuite la base aérienne d'Istre avec son stock d'ogives nuclaires qui fut survolée, puis le saint des saint, la base des sous marins atomiques de l'île de Sein, base inapprochable s'il en est, au moment même où un sous marin partait en mission (élément top secret). Aucun moyen de brouillage, avion ou hélicoptère de combat top niveau ne purent rien faire contre ces survols.

Mais c'est surtout la désinformation des médias qui battit son plein : tout d'abord le personnel des centrales ou les militaires témoins du phénomène ont interdiction de communiquer aux médias, au prétexte du confidentiel défense. Des témoins extérieurs ou travailleurs civils finissent par faire passer les faits suivants, différents d'un endroit à l'autre : taille des OVNIs entre 2 et 7 m, dans un mistral de 100 km/h en pleine nuit (vallée du Rhônes), 1h en stationnaire avec 3 projecteurs lumineux, puis poursuite sur 9 km par un hélicoptère de l'armée avant que l'engin disparaisse en accélérant brutalement... (Agen).

Tous les journaux, même les Sciences et Vie et consorts, nous firent de grands reportages sur les drônes jouets qui ont 8 minutes d'autonomie, 20 m de portée et 30 g de charge utile, concluant que ce n'était pas dangereux pour la sécurité du nucléaire français...

Une des nombreuses preuves supplémentaires qu'on nous prends pour des truffes.

Les collisions évitées de justesse avec les avions

Encore une fois, c'est les drônes qui sont mis en avant. Avant 2010 et l'invention des drônes, ces collisions évitées et les avions de ligne accompagnés par des OVNIs sont pléthores dans les annales de l'ufologie. Juste qu'on ne dit plus OVNI mais drône...

Des drônes ludiques à 2000 m d'altitude, suffisamment gros pour être détecté visuellement par le pilote (mais trop petit pour les radars?!) qui, le tout à une vitesse proche des 500 km/h rappelons le, à le temps de déconnecter le pilote automatique et d'entamer une procédure d'évitement. Je rappelle que les grues ou les cigognes, d'envergure 1,8m, sont trop petites pour être vues à l'avance et être évitées, je vous laisse juger quand à la détection visuelle des kilomètres à l'avance des petits drônes jouets que les journalistes mettent en photo d'exemple. Je vous laisse imaginer de quel drône on parle en réalité, qui plus est à 2000 m d'altitude.

Mais les cas étaient beaucoup moins nombreux qu'actuellement, et on n'est jamais tenus au courant des résultats de l'enquête...

Les drônes sont évidemment des OVNIs ET qui sont là pour prévenir de la dangerosité d'utiliser les avions avec les EMP du noyau terrestre en constante augmentation, et demander à nos élites de limiter ce moyen de transport.

Les momies de Nazca

En mai 2017, une découverte fait la une des réseaux sociaux. On a retrouvé des momies péruviennes à Nazca (aux lignes célèbres, qui à part servir de repère visible depuis l'espace n'ont aucun intérêt) qui ne sont pas humaines (3 doigts, crâne allongé, pas d'oreilles). Après une étude approfondie, il s'avère que ces momies, de plus en plus nombreuses à être découvertes, ne sont pas des fake mais bien de vrais êtres vivants momifiés.

Ces êtres ont fréquenté pendant une centaine d'années les péruviens de l'époque, puis leur génôme au fil des hybridations disparait dans l'ADN humain. Le fait que partout sur la planète, jusqu'en Australie, on retrouve des dessins primitifs de ces êtres à 3 doigts, décrits par les peuplades comme les amis du ciel, ne laisse pas beaucoup de doutes sur l'origine réelle de ces êtres inconnus.

Et le relâchement de septembre 2017 dans la censure a permis la révélation au Mexique de gravures rupestres montrant des ET aux 3 longs doigts manipulant l'anti-gravité.

Les abductions

Les observations vues dans les paragraphes précédents sont des preuves, une fois qu'on les connait inutile de passer sa vie à relever toutes les lumières observées dans le ciel comme le font les JC Bourret. On passe à autre chose.

Et ce autre c'est le contact avec les ET. Des millions de gens sur la planète prétendent être enlevés le soir par des ET. De nombreuses preuves montrent que ce phénomène est réel :

  1. à des dizaines de kilomètres l'un de l'autre, 2 enfants se réveillent avec le même liquide violet sur leurs sous-vêtements.
  2. des OVNIs sont observés au moment des enlèvements
  3. des marques sont retrouvées sur le corps, des actes chirurgicaus très précis ont été réalisés.
  4. des implants sont retrouvés. Dans la plupart des cas, quand ces implants technologiques sont retrouvés, la santé des abductés, qui s'était améliorée suite à un problème existant, se détériore. Les implants se désagrègent en l'espace de quelques jours, seules les photos subsistent.

Les contactés

Certains de ces abductés deviennent des contactés (comme Harmonyum, Nancy Lieder, etc.) c'est à dire qu'ils transmettent aux hommes un savoir supérieur à tout ce que nos meilleurs scientifiques savent. Ils dévoilent les plans des élites aussitôt fomentés

Comment les ET font pour nous visiter?

Je réponds ici vite fait à quelques questions de base que vous vous poseriez, le détail sera dans la page traitant des jardiniers de la terre.

Les ET hiérarchistes qui en veulent à nos ressources, les moins évolués, ont des bases sur la lune, là où les photos de la Nasa des années 1960 en noir et blanc et basse résolution ont été "égarées" ou sont étrangement floues...

Pour les ET altruistes évolués, le vol dans les dimensions supérieures (leurs particules sont 10 fois plus rapides que la lumière, donc pas encore détectées par nos instruments limités à cette dimension) leurs permettent de ne mettre que quelques heures/jours ou mois pour franchir les quelques systèmes stellaires qui nous séparent. Ils peuvent aussi rester longtemps proches de la terre mais dans des dimensions supérieures qui nous sont pour l'instant inaccessibles. Ils peuvent aussi se maintenir dans notre dimension avec un floutage optique complet ou partiel quand ils veulent se montrer (les images de vaisseaux sont flous sur les bords).


Retours aux menus supérieurs