Menu du site

Nature Humaine
Univers>Système solaire>Planète Nibiru

Première version: 2014-10-27
Dernière version: 2018-10-03

Planète Nibiru

Sommaire de la page


Préambule

Rappel des avertissements préalables sur les sources des infos de cette partie.

La planète Nibiru est la 12e planète du système solaire (selon les Sumériens), la planète 10 (planète X en chiffre romain) dans notre science actuelle, moins complète que les Sumériens d'il y a 6000 ans.

Nibiru, le second soleil du système solaire, orbite autour des 2 autres soleils, à savoir Soleil et Nemesis. L'orbite de Nibiru est ainsi inclinée de 31° par rapport à l'écliptique terrestre.

Nibiru revient près du soleil tous les 3600 ans, et à cause de son noyau d'étoile hyper magnétique et très dense, chamboule tout le système solaire à chaque séjour, planètes et Soleil compris. C'est surtout les planètes magnétiques comme la Terre qui sont impactées.

Nibiru est à mi-chemin entre une grosse planète et un soleil éteint, possède une atmosphère respirable, un noyau chaud permettant l'eau liquide et une surface majoritairement océanique, des conditions permettant la vie à sa surface.

Elle est entourée d'un gros nuage de rochers et d'hydrocarbures s'étendant sur des millions de kms qui occulte la faible lumière de cette planète. Etant magnétique, elle se cale entre le Soleil et la première planète magnétique rencontrée, la Terre, et s'éloigne ensuite progressivement du Soleil vers la Terre en suivant le mouvement de cette dernière, ce qui la rends invisible de la Terre avant son passage car noyée dans le halo solaire.

Les différents noms de Nibiru

Vous trouverez pléthore de nom pour nommer cette planète mythique. C'est en référence aux travaux de Zaccharia Sitchin, qui a traduit les tablettes sumériennes et a publié le résultat dans son livre "La 12ème planète", que le nom "Nibiru" s'est imposé et fait consensus parmi les chercheurs de vérité.

Les références directes ou voilées se retrouvent à de nombreux endroits dans la litterature ou la mythologie.

C'est la planète Hercolubus, Planète X, planète rouge, le Dragon ou encore Dragon Rouge.

Hercolubus vient de l’astronome chilien Carlos Muñoz Ferrada, un contacté des ET altruistes, en 1939. Ce terme a malheureusement été usurpé par la secte de V.M. Rabolú, l'association Alcione.

Dans les prophéties apocalyptiques religieuses, c'est la planète Absinthe dans l'apocalypse (ou encore chez John Moore), Al Tarik le destructeur ou l'étoile cornue dans les Hadiths islamique (quand le prophète parle de la fin des temps). Dans les prophéties Hopi, c'est "l'Etoile rouge sacrée" (et non la Blue Kachina ou étoile bleue qui représente la planète Hécate).

Lorsque les premiers ethnologues occidentaux ont étudiés les sociétés primitives, ils sont souvent tombés sur leur description d'une planète rouge qui est venue dans le passé. Même si ces tribues avaient un autre nom pour Vénus et Mars, ils ont (volontairement ou non) associés Nibiru avec la planète Vénus ou la planète Mars. Les tibétains semblent aussi avoir faits cette erreur, c'est pourquoi on retrouve dans la litterature New Age des années 1960 à 1970 cette fausse idée que Vénus est arrivée très récemment sur son orbite actuelle. Cette idée à aussi été propagée à dessein par le debunking quand le débunkeur CIA, George Adamsky, a parlé de son contact avec des ET de Vénus.

De manière plus anecdotique, c'est la planète Euphor dans le manga animé "Goldorak" (dans la chanson du générique, il est dit que la planète Euphor se situe "très loin dans l'espace" puis la ligne d'après "entre la Terre et vénus", ce qui est incompatible à moins que cette planète n'ai une très longue trajectoire).

Nibiru bouleverse toutes nos connaissances astronomiques

La théorie de la gravitation (Newton ou Einstein, gravitation attractive) est très incomplète, (les masses sur Terre s'attirent, alors qu'à l'échelle des galaxie les masses se repoussent, et sur des discontinuités comme les "trous noirs" la matière s'attire de nouveau, et dans le système solaire nos satellites doivent régulièrement ajuster leur trajectoire). Nous ne connaissons qu'une dizaine de particules, il nous reste encore une centaine de particules à découvrir d'après les ET pour commencer à être à l'aise dans nos observations...

C'est pourquoi la trajectoire de Nibiru déroute tant les astronomes qui sont incapables de donner une date de son passage aux élites contrôlant tous les observatoires de la planète. A leur décharge, les lois de la gravitation ont été établies en observant uniquement notre système solaire, dans ce qu'il a de régulier. Si on envoit autant de satellites d'observation, c'est bien qu'on sait qu'il nous manque pas mal de choses à découvrir. Les naines brunes, par exemple, sont des études récentes. Il n'y aurait pas les recherches sur la mécanique quantique, la théorie des cordes, des champs unifiés, etc. toutes ces théories pour pallier aux incohérences de nos connaissances actuelles, la plus connue étant que les galaxies se repoussent entre elles, et la matière noire ou sombre n'arrive pas (et n'arrivera jamais) à expliquer cette répulsion.

Ce qu'il nous reste à découvrir, c'est que les planètes ne rentrent pas en collision par exemple, parce qu'à partir d'une certaine distance et masse, la gravitation est une force de répulsion (deux astres massifs qui se rapprochent trop se repoussent -se tiennent à distance l'un de l'autre). Cette idée permet par exemple de comprendre comment certains satellites de Jupiter ou d'autres planètes ont pu se mettre en orbite stable, alors que les lois de mécanique classiques rendent ces captures improbables voire impossibles (soit il y a collision, soit il y a éjection, alors que dans l'idée de la gravitation selon les ET, la répulsion permet de trouver un équilibre, et donc une orbite stable).

La formation du système solaire restera pour nous un mystère tant que ces lois ne seront pas révisées, parce que de nombreux phénomènes sont liés à ces répulsions. Pourquoi se forme-t-il dans tous les cas des étoiles par paire et toujours de façon asymétrique ? Pourquoi les mini-neptunes (équivalent de Nibiru) sont les planètes les plus courantes, retrouvées dans 80% des exo-systèmes planétaires alors que ce type est absent dans le notre (dans nos connaissances actuelles), où est elle passée ? Pourquoi et comment la ceinture d'astéroïde s'est-elle formée alors qu'on devrait avoir une grosse planète à cet emplacement (justement une mini Neptune !) ? Si la gravitation est une force d'attraction pourquoi le système solaire ne s'est pas écroulé sur lui-même dès le début alors que les orbites des planètes sont / étaient soit disant chaotiques ? Pourquoi une étoile errante passerait tout droit dans un système solaire sans se soucier de la présence des étoiles et des autres planètes sur sa route ? Toutes ces questions ont des réponses satisfaisantes avec Nibiru et les informations ET, comme nous allons le voir.

Orbite inclinée donc non standard

Si Nibiru avait une orbite dans l'écliptique et ne tournait qu'autour du Soleil, elle garderait une orbite très au-delà de Pluton, adaptée à sa longue période orbitale.

Or, son orbite est inclinée, bien plus que celle de Pluton. Vu que Pluton a une orbite variant entre 50 et 30 UA, et se rapproche du Soleil au point de rentrer dans l'orbite de Neptune, on peut penser que Nibiru, encore plus inclinée, peut bien se rapprocher encore plus du Soleil lors de sa périhélie.

Ensuite, Nibiru n'orbite pas qu'autour du Soleil, mais à le deuxième foyer de son éllipse centré sur Nemesis, le double éteint du Soleil. Là aussi ça change complètement la donne par rapport aux planètes classiques observées.

En plus de ça, l'homme ne connait pas bien les lois spatiales, voilà pourquoi on ne peut s'appuyer sur les dires des astronomes qui essaieraient de faire correspondre Nibiru à une planète classique proche.

Origine de Nibiru : La dislocation de Perséphone (2ème soleil)

Originellement il y a le jumeau du soleil, une géante gazeuse nommée Perséphone dont la taille est entre celle d'une étoile et celle de Jupiter. Perséphone est une sorte d'intermédiaire entre une naine brune et une gazeuse (un mini soleil raté).

Perséphone orbite autour du soleil sur l'orbite de l'actuelle ceinture principale d'astéroïdes (les restes des dislocations de Perséphone), orbite située entre Mars et Jupiter.

Tournant vite sur elle-même, structurellement fragile de par son noyau surdimensionné par rapport à son enveloppe, et soumise à l'étau gravitationnel Jupiter-Soleil, Perséphone forme un bourrelet puis se disloque.

De cette première dislocation se crééent Nibiru, gardant la majorité du noyau stellaire de Perséphone, et Tiamat, l'ancêtre de la Terre et de la Lune.

Nibiru est éjecté de son orbite d'origine, et adopte alors une trajectoire elliptique autour des 2 autres étoiles du système solaire, le Soleil et Nemesis (situé au delà de Neptune).

Type de la planète Nibiru

Nibiru n'est donc ni une naine brune, ni une planète tellurique, ni une planète gazeuse (sa classe n'est pas encore définie par notre sciences). Elle est les trois à la fois puisqu'elle est le cœur d'une géante qui s'est disloquée (Perséphone). De ce fait, le champ magnétique de Nibiru est disproportionné par rapport à sa taille et agit comme une force qui peut contrer la gravitation.

Nibiru est un intermédiaire entre une "super Terre" et une géante : une énorme planète rocheuse très chaude avec un immense nuage de gaz / poussières et débris (plusieurs millions de kms de diamètre). On peut donc considérer cette planète X comme une mini Neptune. Les scientifiques connaissent très mal ce qu'il y a au coeur des géantes gazeuses du type Jupiter ou Neptune et en réalité elles possèdent aussi un centre solide très dense et très chaud.

Nibiru n'émet que très peu de lumière dans l'infrarouge, en grande partie absorbée par sa propre atmosphère, puis par son nuage et enfin par l'atmosphère terrestre.

Intermédiaire entre une étoile et une planète

Pour des raisons de clarification, et afin d'éviter dans le piège des manipulateurs qui vise à la confusion de Nemesis (le 3ème soleil) et Nibiru (les restes du second soleil), il est plus sage de ne pas considérer Nibiru comme une étoile diminuée. Déjà que beaucoup de gens ont du mal à la voir habitée, ce serait encore pire si on leur disait que c'était une étoile et non une planète.

Si techniquement, s'est une étoile (et cela explique pourquoi elle produit du flerovium dans son noyau et pas la Terre, par exemple), elle ressemble bien plus à une planète rocheuse (elle abrite un océan et une atmosphère).

Nibiru est donc un cas hybride, ce qui explique aussi ses caractéristiques spécifiques : elle a un coeur rocheux mais comporte un nuage de gaz et de poussière (comme une géante gazeuse). Son noyau n'est pas comme celui de la Terre, c'est le coeur d'une étoile éteinte, d'où son champ magnétique bien supérieur à ce qu'elle devrait posséder.

On peut aussi l'assimiler à une mini naine brune, avec tous les satelittes qui l'entourent et font une sorte de mini système solaire.

Dimensions de Nibiru

Masse et gravité 8 fois supérieure à celle de la terre.

Diamètre 4 fois supérieur à la terre.

Sens de rotation

Nibiru est une planète qui tourne sur elle même dans le sens des aiguilles d'une montre (sens horaire), alors que les orbites de toutes les planètes du système solaire tournent dans le sens inverse (sens trigonométrique).

Aspect de sa surface

Une atmosphère respirable

Sous le nuage d'hydrocarbure, proche de la surface (similaire à ce qu'il y a sur Terre), il y a une atmosphère respirable, similaire à l'atmosphère de la terre, et qui donc permet le développement de la vie.

Un vaste océan parsemé d'îles

Nibiru comporte de vastes océans. Les terres émergées, des îles exclusivement forgées par le volcanisme intense de la planète (pas de tectonique de plaques sur Nibiru) sont beaucoup plus restreintes en surface que sur notre planète. D’ailleurs, pour se représenter leur monde, il faut l’imaginer comme un vaste océan Pacifique, avec de grandes îles comme Hawaï, les Galapagos ou encore l’île de Pâques. Certaines sont assez vastes et ressemblent davantage au Japon.

Ce qui explique que les annunakis sont de grands navigateurs et n'hésitent pas à construire un port sur l'île de Pâque au milieu de rien, en utilisant des bateaux moins énergivores et avec plus de charge utile que leurs avions.

Une planète abritant la vie

Le noyau de Nibiru, même s'il n'a pas pu engendrer la fusion pour être une étoile, est cependant suffisamment chaud pour permettre la vie quand elle se retrouve très loin du soleil.

Une année de Niribu (le temps mis pour faire le tour du soleil) dure 3600 années terrestres. Elle est très proche du soleil à sa périhélie, ce qui fait qu'elle passe la majorité du temps loin de ce dernier, et heureusement car la chaleur de son noyau combinée à celle du soleil déssèche toute vie sur sa surface pendant 10 ans.

Nous détaillerons tout ça dans la page suivante.

Orbite elliptique

Contrairement à toutes les autres planètes dont les orbites sont toutes plus ou moins placées sur le même plan, le plan orbital de nibiru est incliné par rapport aux autres, ce qui fait qu'elle n'interagit avec les autres planètes que peu de temps (le temps de traverser le plan orbital terrestre), avec 7 ans entre ses 2 passages aller et retour proches de la terre.

Forme globale de son orbite

Toutes les planètes du système solaire ont leurs orbites à peu près sur le plan orbital terrestre (formé par l'orbite de la terre, appelé l'écliptique).

La plan orbital de Nibiru (formé par l'orbite élliptique de Nibiru autour du soleil et de Némésis, le double éteint du soleil) est incliné d'environ 31° par rapport à l'écliptique.

La plus grande partie de l'orbite de Nibiru (une ellipse en majorité) est très éloignée du soleil. Libre de forces contraires, elle adopte une trajectoire elliptique classique.

La périhélie de Nibiru côté soleil est au niveau de la ceinture principale d'astéroïdes, là où orbitait Perséphone et d'où est partie nibiru après la dislocation de Perséphone.

La périhélie opposée est très loin hors du système solaire (autour de Nemesis).

Durée de l'orbite

La durée de l'orbite oscille en 3650 et 3670 ans. De nombreux facteurs naturels peuvent influencer son parcours, notamment la place des grosses planète comme Jupiter.

Nibiru met donc environ 3660 ans pour faire toute la boucle et seulement 7 ans, après avoir franchi l'écliptique, pour faire son demi tour vers la ceinture principale d'astéroïde et revenir franchir une deuxième fois l'écliptique.

Les 2 passages (franchissement de l'écliptique)

Il y a donc 3 ans et demi entre le moment où Nibiru coupe pour la première fois l'orbite terrestre (l'écliptique) et le moment où elle atteint sa périhélie dans la ceinture principale d'astéroïdes, puis 3 ans et demi après la périhélie pour revenir couper l'orbite terrestre.

Cette coupure de l'orbite terrestre (le passage) est le moment fatidique où Nibiru et Terre s'opposent gravitationnellement/électromagnétiquement et où la Terre subit le basculement des pôles (pole Shift). Vu de la Terre, il y a 2 passages de Nibiru donc 2 Pole-shift séparés de 7 ans.

Orbite spirale près de notre soleil

Harmonyum n'a pas donné tous les détails concernant l'orbite de Nibiru, ce qui reviendrait à donner aux illuminatis une date de passage. Néanmoins, sa description est assez poussée, et j'ajoute à sa description ce que j'ai compris du phénomène.

Résumé

Cette trajectoire de Nibiru est assez complexe pour les humains (sinon les astronomes auraient depuis longtemps déterminés la date de passage...). Je vais d'abord donner les grandes lignes.

Le Soleil est entouré de rails gravitationnels, des chemins où viennent se loger les planètes (leur orbite). Quand Nibiru approche du Soleil, elle tombe dans l'entonnoir gravitationnel du Soleil, et vient se placer sur le premier rail gravitationnel (plus proche que Mercure), toujours au Sud de l'écliptique. Le champ magnétique entre le Soleil et la Terre (première planète magnétique rencontrée) "capture" Nibiru, qui restera par la suite sur cet axe Soleil-Terre (ce qui la rends invisible depuis la Terre, étant noyée dans le halo lumineux solaire). Cette capture explique que Nibiru prenne la même période orbitale que la Terre (tourne autour du Soleil en 1 an terrestre) alors que son orbite solaire basse la pousse au contraire à aller plus vite (comme Mercure, plus proche du soleil, qui tourne plus vite que Vénus). C'est ce qui explique son léger décalage vers la droite (pression pour aller plus vite que la Terre), décalage qui diminue au fur et à mesure que l'orbite de Nibiru s'élargit (et donc se rapproche de la Terre). Nibiru peut tourner plusieurs années sur le même rail gravitationnel avant que son magnétisme sur-dimensionné ne l'éjecte. Nibiru s'écarte alors du Soleil jusqu'à tomber dans le rail suivant, réalisant ainsi une trajectoire crénelée en forme de spirale qui s'éloigne du soleil. Ce processus dure des décennies. C'est quand Nibiru est suffisamment proche de la Terre qu'elle peut enfin franchir l'écliptique (ce passage entraînant le Pole Shift sur la Terre).

Mais revoyons cette spirale plus en détails.

La trajectoire rectiligne est impossible physiquement

La plupart des humains pensent qu'une planète/étoile errante comme Nibiru va traverser le système planétaire du Soleil sans bouger de sa trajectoire elliptique, faire un demi-tour en périhélie parfait, puis repartir dans l'espace tout en gardant une belle trajectoire rectiligne, comme si n'existaient pas les attractions magnétiques et gravitationnelles exercées par le Soleil et les autres grosses planètes... !

Evidemment, ça ne se passe pas comme ça. Nibiru ne perds pas magiquement son magnétisme et sa gravité à l'approche du Soleil, elle se fait piéger par la gravitation et le magnétisme solaire, mais sa place est instable dans l'ordonnancement du système solaire et elle se fait éjecter au bout de quelques décennies.

Les satellites des géantes gazeuses se font capturer initialement par la gravitation d'une géante en adoptant une trajectoire spirale. Nibiru ne fait pas autrement avec le Soleil quand elle se fait piéger, puis quand elle s'échappe de l'attraction du Soleil.

Les rails gravitationnels autour du Soleil

Il faut savoir que tous les astres massifs sont entourés d'ornières gravitationnelles, des sortent de rails où les forces gravitationnelles s'équilibrent (l'équivalent de nos points de Lagrange). Un corps massif aura ainsi tendance à rester dans ce rail en tournant autour du corps plus massif qui l'a capturé. Il existe des sous-ornières qui ne sont pas occupées par des planètes mais dans lesquelles tombe Nibiru comme avec les ornières avec planètes.

Nibiru a du mal à se détacher de ces rails et parfois cela peut mettre plusieurs années, notamment quand elle est près du Soleil (où les ornières sont plus profondes).

L'orbite elliptique devient une spirale à l'approche du soleil

Quand Nibiru se rapproche du Soleil, gravitation et attraction / répulsion magnétique se combinent et s'opposent. Plus Nibiru est proche du Soleil, plus son comportement est imprévisible et perturbé, plus elle s'en éloigne et plus elle se rapproche du comportement classique en ellipse. Cela vient du fait qu'à grande distance, il n'y a que les forces de la gravitation qui jouent (la gravitation diminue moins vite avec la distance que ne le fait le magnétisme). Alors qu'à quelques centaines de millions de km, le magnétisme surpuissant de Nibiru vient perturber les choses, jusqu'à devenir prépondérant quand Nibiru est proche.

Une fois suffisamment proche du Soleil, Nibiru est prise dans l'entonnoir gravitationnel du Soleil (les forces qui font tourner les planètes autour du Soleil dans des rails). Nibiru quitte alors l'ellipse qu'elle respecte la majorité de son voyage, pour foncer vers le Soleil et se positionner un peu au Sud du plan écliptique (plan de l'orbite de la terre), sur le premier rail gavitationnel du Soleil (entre Mercure et le Soleil).

(Hypothèse AM) : Nibiru s'arrête sur ce premier rail (au lieu de se coller au Soleil comme le font 2 aimants) car la force répulsive proche (différente de la gravitation observée à grande distance) devient supérieure au magnétisme sur les faibles distances (dit autrement, la force répulsive proche, supérieure au magnétisme, diminue plus vite avec la distance que ne le fait le magnétisme, il y a donc cette barrière où force répulsive proche et attraction magnétique se compensent).

(Retour Harmonyum) Nibiru se mets alors à tourner autour du soleil dans ce rail gravitationnel.

Nibiru tourne dans ce premier rail tant qu'elle est prise au piège par le magnétisme du Soleil, et pour s'en défaire, elle engage un basculement de son axe afin de pointer son pôle Sud sur le Soleil. Une fois cette rotation effectuée, les pôles Sud du Soleil et de Nibiru se repoussent, le magnétisme, qui jusqu'à présent attirait Nibiru vers le Soleil, va maintenant avoir tendance à l'en éloigner. Dans le même temps, Nibiru accroche magnétiquement la Terre (son champ magnétique s'aligne avec les lignes de force magnétique Soleil - Terre, le Terre étant la planète magnétique la plus proche du Soleil). Nibiru se synchronise donc avec la Terre au niveau vitesse (même période orbitale). Le résultat c'est que Nibiru tourne autour du Soleil en parallèle avec la Terre, elle est donc toujours quasiment alignée. Soleil - Nibiru - Terre sont toute l'année sur une quasi même ligne.

Nibiru engage alors une trajectoire en spirale (ou plutôt, fait des sauts entre des orbites de plus en plus éloignées du Soleil, ces orbites étant les rails gravitationnels, mais nous détaillerons cela plus bas). Cette trajectoire en spirale l'éloigne du Soleil parallèlement à l'orbite terrestre. Nibiru se rapproche alors du plan de l'écliptique mais ne le passera, en venant du sud, que lors du passage au plus près de la Terre.

Voir le schéma d'explication de Harmonyum.

trajectoire

Sur ce schéma, c'est une vue de haut, on ne voit pas que la trajectoire de Nibiru est inclinée de 31° et encore au Sud de l'écliptique terrestre, tant qu'elle est entre le Soleil et la Terre. Une fois l'écliptique franchie (au delà de la Terre) Nibiru se trouve au Nord de l'écliptique et va faire son demi tour au dessus de l'orbite où se trouve actuellement la ceinture principale d'astéroïde, et où se trouvait il y a des milliards d'années l'étoile Perséphone dont Nibiru est issu.

Une fois le demi-tour effectué, Nibiru reprends alors le même style de trajectoire, en passant alors de l'autre côté de la Terre ce coup-ci (le retour se fait de façon symétrique à l'aller).

Les sauts de rails gravitationnels

A chaque rail, Nibiru a du mal à se détacher et à se sortir de l'ornière, prisonnière d'une trajectoire stable gravitationnellement. Seules les interactions magnétiques parasites (Soleil - Terre - Nibiru - Jupiter sont des planètes magnétiques actives) arrivent à la faire sortir de ce rail, où elle peut rester plusieurs années.

C'est sur le moment du détachement que les ET agissent pour repousser le passage proprement parlé, car il faut très peu de contrainte pour maintenir Nibiru dans ces ornières. Une fois qu'elle en est sorti, c'est beaucoup plus difficile, voir impossible de la retenir, car elle va être attirée par l'ornière suivante. C'est ce qui explique que depuis 2013 les ET retarde le premier passage pour donner le temps à l'humanité de se préparer. Tout ceux qui ont découverts l'existence de la planète Nibiru après cette date, moi y compris (AM), peuvent dire un grand merci...

Le passage, franchissement de l'écliptique

Une fois Terre et Nibiru proche (14 millions de km), le magnétisme prend ensuite le relai et fait l'effet inverse de la gravitation (qui est une force de répulsion entre les astres massifs je le rappelle, ce qui empêche les collisions mais provoque des scissions si la planète "de départ" est instable - phénomène qui a donné naissance à Nibiru et Terre). Terre et Planète X forment alors un couple joint par la force magnétique pendant quelques temps, ce qui explique le comportement étrange de la rotation terrestre durant cette période (la Terre devient un "satellite" pour quelques temps, même si elle ne tournera pas autour de Nibiru mais restera figée à ses côtés). Cet équilibre n'est pas définitif et les deux astres finissent par se séparer, la gravitation l'emportant sur le magnétisme, une rupture qui se produit brusquement et qui provoque le basculement des pôles (d'abord magnétiques puis géographiques).

Nous verrons ce point crucial pour la Terre plus en détail dans le chapitre suivant.

Après le 1er passage

Pourquoi seulement 7 ans pour faire demi tour entre les 2 passages alors que la planète X met des dizaines d'années à s'éloigner du Soleil ?

La planète X est piégée par le Soleil à cause des interactions magnétiques. Il ne faut pas oublier que la planète X est un super aimant ambulant.

Nous venons de voir qu'elle est d'ailleurs contrainte de s'aligner près du Soleil qui est encore plus puissant qu'elle : elle opère une rotation sur elle même qui lui permet de faire baisser la pression électromagnétique engendrée par notre étoile. Cette rotation est lente et finit par faire pointer le pôle sud de la planète X vers le Soleil alors qu'au départ la planète X arrive tête en bas. Une fois cette pirouette effectuée, la planète X repart libérée de l'emprise gravitationnelle solaire.

Cela lui permet de prendre rapidement sa vitesse de croisière normale si bien que, une fois la trajectoire terrestre coupée (1er passage, franchissement de l'écliptique), Nibiru va très vite et ne reste que quelques jours à cette position. Ensuite son demi tour se fait presque à pleine vitesse : elle ne met donc que 3.5 ans pour faire Terre-ceinture d'astéroïde et autant pour faire l'inverse.

Pourquoi Nibiru passe au même endroit ?

Nibiru passe toujours au même endroit, parce que Nibiru et la Terre ont des trajectoires imbriquées comme des engrenages. Elles sont issues de la séparation d'une même planète gazeuse (Perséphone) et depuis les deux parties répètent inlassablement le même schéma. Les marges d'erreur sont ensuite rattrapées par le rapprochement inéluctable des deux planètes qui sont comme deux aimants qui finissent toujours par s'attirer. Il y a alors un point d'équilibre entre force d'attraction magnétique et force de répulsion gravitationnelle autour d'une distance de séparation de 14 millions de km. A chaque fois le même scénario. La gravité des passages ne dépend donc pas de la distance de passage qui est toujours la même, mais de la fragilité de la Terre lors de ce passage.

Nibiru crée à chaque fois un embouteillage au niveau des planètes. Vénus et Hécate, qui ne sont pas magnétiques, contournent Nibiru après avoir été freinées. La Terre elle, est également ralentie quand Nibiru arrive au niveau de sa trajectoire. Même si Nibiru était de l'autre côté du Soleil, la Terre finirait par la rattraper en faisant le tour et viendrait se casser le nez sur le mur magnétique engendré par la planète X.

Calendrier 2003-2030

Examinons le passage de Nibiru qui nous intéresse, celui que nous sommes en train de vivre.

Nibiru est arrivée en 2003 du sud du système solaire très vite et est venue s'installer près du Soleil qui l'a capturé magnétiquement. Pendant tout ce temps, elle a été camouflée par la luminosité de notre étoile du jour (elle se situait encore plus près que Mercure, presque dans la couronne solaire). Il lui a fallu plusieurs années pour opérer une rotation de 270° sur elle même afin de se libérer du magnétisme solaire. C'est à ce moment là qu'elle a repris sa route et a commencé à s'éloigner du Soleil pour devenir de plus en plus visible. Elle va passer l'orbite terrestre, capturer la Terre dans son champ magnétique et provoquer un basculement des pôles, puis continuer sa route pour faire demi-tour au niveau de la ceinture d'astéroïde 3.5 ans plus tard. Encore 3.5 années plus tard elle repassera l'orbite terrestre et provoquera de nouveau un basculement, sera de nouveau capturée par le Soleil une dizaine d'années et repartira par le sud de là où elle est venue.

Nibiru défie les lois établies par les scientifiques (chose prévue par Carlos Munoz Ferrada entre autre) et sans les ET nous n'aurions jamais pu comprendre ses caractéristiques de déplacement. De même, comment expliquer que cette planète X n'est pas visible alors qu'elle est dans le système solaire depuis 2003. Où était elle pendant plus de 10 ans ? Forcément que sa trajectoire est complexe et surtout pas rectiligne, ni même elliptique.

Issu du point sur la position de Nibiru en aout 2015 :

2003 - Entrée rapide de Nibiru dans le système solaire et mise en orbite solaire proche

2004 - Orbite spirale courte sans synchronisation avec la Terre - début du basculement de Nibiru afin de se détacher de l'emprise solaire (CF : EastField CC 2004)

s

2012 - 2014 Éloignement progressif du Soleil et début de l'orbite spirale synchronisée avec la Terre (CF : Barbury Castle CC 2008)

Barbury Castle 2008

2014 - dépassement de l'orbite de Vénus (100 millions de km)

20?? - Passage 1

20?? + 3.5 - Demi tour dans la ceinture d'Astéroïdes

20?? + 7 - Passage 2

20?? + 20 - Sortie de Nibiru du système solaire.

Forme global trajectoire Nibiru (ellipse + spirale)

La trajectoire entière (environ 3600 ans) de Nibiru est globalement symétrique arrivée - départ (en forme de 8 ou de S), seul le centre est spiralé (environ 30 ans). CF : Avebury CC (Crop Circle de Silbury Hill - 2009, proche d'Avebury, dans le Wiltshire)

Silbury

Le passage (franchissement de l'écliptique)

Voyons plus en détails le moment où Nibiru franchi l'écliptique terrestre. C'est ce qui nous intéresse nous les Terriens, vu les dégâts que ce passage entraîne sur Terre...

La sortie du dernier rail gravitationnel

Nibiru est prise dans l'ornière gravitationnelle située entre Vénus et la Terre, et c'est lorsqu'elle s'en détachera que nos problèmes commenceront plus sérieusement. C'est sur ce point précis, le moment du détachement, que les ET agissent pour repousser le passage proprement parlé, car il faut très peu de contrainte pour maintenir Nibiru dans ces ornières. Une fois qu'elle en est sorti, c'est beaucoup plus difficile, voir impossible, car elle va être attirée par l'ornière suivante et ainsi de suite jusqu'à aller faire demi-tour dans la ceinture d'astéroïde. Nibiru est actuellement à 100 millions de kilomètre plus ou moins du Soleil, sur une orbite qui se place un tout petit peu à l'extérieur de l'ornière de Vénus. Son éjection de ce rail est imminente, et quand ce sera fait, elle ira tout droit et très vite sur l'orbite de la Terre. Le processus d'approche n'a jamais été linéaire, et les ET ont bien prévenu que les catastrophes augmenteraient d'un seul coup, sans prévenir et que cet état de catastrophes durerait 50 à 60 jours. Cela correspond au temps que met Nibiru pour partir de l'ornière de Vénus pour venir se mettre dans celle de la Terre, tout simplement.

Le passage

Issu du point sur la position de Nibiru en aout 2015.

Résumé passage par les zétas

J'essaye de déduire un enchaînement chronologique, car Nancy donne le nombre de jours pour chaque phases, sachant qu'elles se superposent.

On peut donc en déduire 2 semaines (15 jours de ralentissement visible, dont les 10.5 derniers jours verront un gros vacillement. Le dernier vacillement et le blocage de la Terre sur la gauche se produit 1 jour et demi avant l'arrêt total de la rotation terrestre. Les 3 derniers jours de levé à l'Ouest sont j'imagine compris dans les 18 jours de ralentissement ? Les 6 jours d'arrêt ne correspondent pas aux 3 jours de ténèbres + 6 jours de levé à l'Ouest, il y a 3 jours qui ne rentrent pas dans les calculs..

Evidemment, on parle en jours (tour de la Terre sur elle-même) mais comme la rotation va ralentir, ces jours peuvent durer des semaines en fait. Difficile de savoir à quel moment les zétas parlent d'une rotation terrestre, et à quel moment ils parlent d'une durée temporelle de 24 h. Je pense qu'ils parlent de durée, et seules nos montres pourront donner le décompte du temps, les cadrans solaires ne marcheront plus pendant ces mois là...

Sur toute la durée du passage

Nibiru et la Terre vont "jouer" au yoyo ensemble pendant ces jours là, elles s'attireront magnétiquement tout en se repoussant gravitationnellement. Cette instabilité pourra modifier temporairement les positions par rapport au Soleil et créer quelques "éclipses" étranges dans les dernières semaines avant le basculement. La Lune étant aussi de la partie, cela risque d'être assez aléatoire, mais tout ne sera que momentané.

Gravité des passages

Les passages semblent plus destructeurs tous les 12 500 ans environ, mais ce n'est pas systématique. La seule différence, c'est l'état de la Terre lors du passage. Si un super-volcan est chargé, il explose et cela aggrave considérablement le passage. Tout dépend aussi de la position de la croute après le basculement.

Parfois il est faible parfois il est fort, mais cela n'a rien à voir avec Nibiru. La gravité des passages ne dépend pas de la distance du passage (qui reste toujours la même) mais des implications sur Terre de divers facteurs aggravant. Un même passage peut être anodin à un endroit, et catastrophique dans la région d'à côté.

Il faut plus regarder le déplacement du pôle géographique d'un passage à l'autre. Il y a 12 500 ans (dernier suivi de pôle donné par les zétas), le pôle s'est beaucoup déplacé par exemple, mais le déluge biblique ne s'est produit que le passage d'après (à cause des glaces du précédent pôle qui n'ont pas fondues complètement en 3 700 ans, et se sont effondrées d'un coup lors du réchauffement suivant).

Paragraphe à ranger au-dessus

Description de l'action de Nibiru sur la terre

Les effets de la planète X ne sont pas liés à sa proximité, mais à l'action de son champ magnétique principalement.

La planète X tourne dans le sens inverse de toutes les autres planètes du système solaire. Son champ magnétique est inversé par rapport au notre. Quand elle coupe la première fois l'orbite terrestre, elle sera quand même à des millions de kilomètres (14 millions environ). Mais son champ magnétique s'étend sur des distances considérables.

Pour ce premier passage, la planète X a du passer près du Soleil qui est lui aussi, un énorme aimant dans l'espace. Toutes les planètes du système Solaire ont tendance à s'aligner avec cet aimant géant quand tout est calme. De même, la planète X, qui se trouve encore près de notre Soleil, doit se plier à la volonté de notre astre solaire et comme elle passe très très près de lui, elle est forcée de s'aligner : s'opère alors une première phase où la planète X est contrainte de voyager la tête en bas.

Pour l'instant, nous en sommes là : la planète X est à l'envers, et elle avance lentement, piégée par l'attraction de notre Soleil.

Petite parenthèse utile : la planète X ne va pas énormément se rapprocher de la Terre lors de ses passages. Pour simplifier, Notre planète tourne autour du Soleil en suivant un cercle : ce cercle est appelé orbite et la Terre se déplace comme sur un rail sur celui-ci. Ce que j'appelle passage, ce n'est pas le croisement de la planète X et de la Terre. Elle vont rester très loin l'une de l'autre. Le passage c'est quand la planète X passe le plan de l'orbite terrestre, mais entre l'orbite de la terre et l'orbite de vénus, aucune collision n'est possible.

La phase suivante, qui a commencé, est une phase d'éloignement : la planète X arrive suffisament à s'éloigner du Soleil, bien que celui-ci continue à la freiner. Plus elle s'en éloigne, et moins la poigne du Soleil est forte : la planète X commence aors à se remmettre tout doucement la tête à l'endroit.

Quand elle va arriver à son premier point de passage, la planète X n'aura pas eu le temps de se remettre complètement debout : elle pointe alors son pôle Nord vers la Terre. Notre planète est un tout petit aimant dans le système solaire, et plus la planète X va se rapprocher, plus la Terre va se trouver embêtée, jusqu'au moment ou la force de la planète X sera plus forte que celle du Soleil. La Terre sera alors forcée de s'aligner avec la planète X : la Terre pointe alors son pôle sud vers la planète X qui passe à bonne distance.

Le passage correspond à peu près au moment où l'action du champ magnétique de la planète X est le plus fort sur la Terre, mais pas totalement. Il y a d'autres facteurs en jeu que la distance entre les deux planètes : il y a l'action du Soleil et de Jupiter.

Durant toute cette phase critique, la Terre ne va plus savoir sur quel pied danser. La planète X pointe de plus en plus son pôle nord sur nous, et comme vous le savez, 2 pôles nord se repoussent. Le pôle nord de la Terre va tenter de fuir, alors que notre pôle sud va être attiré. C'est cela que j'appelle le vascillement. Il n'est pas continu, mais va prendre la forme d'un balancement. Notre noyau terrestre lui ne se pose pas de question, il va s'aligner progressivement, c'est pour cela que notre pôle magnétique nord est en train de changer de place. Mais la croute terrestre, c'est une autre affaire.

La croute glisse sur le noyau et n'est attaché à lui que par le manteau qui est visqueux. En temps normal, le noyau n'a pas besoin de faire d'effort pour que la croûte le suive. Mais avec la planète X dans les parages, noyau et croûte ne vont pas se comporter de la même façon : ils ne sont plus à l'unisson !

Alors que le noyau est un aimant à peu près uniforme, la croûte elle n'est pas aimantée partout de la même façon. Les continents sont des masses non aimantées, alors que la croûte océanique, formée par la lave qui remonte des profondeurs, est fortement magnétique. Pour exemple, au milieu de l'atlantique se trouve une immense chaine de montagne formée par le rift océanique, une immense fissure d'où la lave sort constamment. Cette lave, très chargée en nickel et en fer, forme un immense aimant qui part de l'ocean arctique et descend jusqu'à l'antartique. Cela forme une sorte de bande très aimantée posée sur une croute qui ne l'est pas. L'atlantique agit comme une bande de fer et est attiré par la planète X. Du coup, à chaque fois que l'atlantique fait face à la planète X, il ralenti la rotation terrestre et oblige la croûte à s'orienter vers le sud.

Tous les jours, il se produit un phénomène régulier. Pour la France, il se situe en pleine journée : lorsque l'atlantique se positionne en face de la planète X, l'Europe descend sur le globe et se retrouve à une position plus au sud que d'ordinaire, puis, à l'opposé, en pleine nuit, c'est le phénomène inverse.

Cela a une extrème influence sur notre climat, puisque ce mouvement de va et vient mélange les masses d'air chaudes et froides : les chaudes se retrouvent parfois trop haut, etle froides venues d'arctique trop bassent.

Le mouvement de va-et vient de la Terre dérègle les courants atmosphériques : c'est pour cela que ces derniers temps, nous oscillons entre des épisodes de trop froid ou de trop chaud. Cela existait avant l'arrivée de la planète X, les masses d'air montent et descendent ce qui est normal. Mais avec la Terre qui est saoule, ce phénomène est accentué. L'Angleterre a connu un épisode de froid extrème il y quelques semaines, tout simplement parce que l'air venu d'arctique est déscendu beaucoup plus bas qu'à la normale.

Le problème supplémentaire qui va se poser courant 2013, c'est que ce mouvement de va-et-vient de la croûte va être complètement différent de ce que fait le noyau au dessous. Le manteau, qui fait la liaison entre les deux, se retrouve malmené et chauffe à cause de ces tiraillements : cela explique pourquoi les volcans gonflent sur toute la planète. Plus les choses vont avancer dans le temps, plus les volcans auront de reserves de magma et finiront par entrer en éruption. Ce qui sera anormal, ce ne sera pas les éruptions elles mêmes, mais que trop de volcans seront en activité en même temps.

En France, nous ne serons pas concernés car les chambres magmatiques de nos volcans sont sèches. Le phénomène qui les a créé a disparu depuis longtemps. Les volcans éteints ne se réveilleront pas. Seuls ceux en sommeil ou en récente activité sont concernés. Les volcans du massif central sont morts, il n'y a que des risques liés aux gaz prisonniers dans le sol (méthane, gaz sulfurés) et aux éruption magma-phréatiques. Cela peu donner une acidification de certaines eaux car les gaz sulfurés se dissolvent dans l'eau et donnent de l'acide sulfurique. Les dosages seront faibles et non dangereux pour la santé. Par contre, l'eau du robinet de certaines régions risque de chuter en pH, ce qui n'est pas dangereux. Le pH normal de l'eau courante est aux alentours de 7.5-8 chez moi, et j'ai remarqué une baisse jusqu'à 6 qui n'a duré que quelques jours. ce n'est pas alarmant, sauf si on possède un aquarium : au changement d'eau, ne m'étant pas méfié, j'ai perdu 2 poissons... Faite un test (avec des tests aquarium facile à trouver en animalerie) si vous avez mal à l'estomac de façon inexpliquée.

Pour en revenir au passage de la planète X, il atteindra son pire moment quand la Terre, croûte et noyau, seront tout deux dompté par la planète X :à ce moment, la Terre va ralentir sa rotation, freinée par le magnétisme de la planète X. Il faudra être vigilants, surtout si vous voyez que les journées s'allongent. Au bout de quelques semaines de ralentissement, le phénomène va s'accélérer : sur une semaine, les journées vont dépasser 24 heures et la Terre va stopper : le Soleil va s'immobiliser dans notre ciel environ 72 heures. Cela correspond au fait que la planète X a attiré l'atlantique à elle et qu'elle ne veut plus le lacher.

Après 72 heures figés, la planète X va continuer sa route, et l'atlantique va la suivre du regard : le Soleil va avoir un comportement étrange dans notre ciel et on aura l'impression qu'il se déplace à l'envers. En fait, la Terre ne tourne plus, c'est juste l'atlantique qui se déplace comme attiré par la planète X, et cela provoque comme un léger mouvement de rotation de la terre dans le sens inverse de l'habitude : le mouvement sera lent, mais le Soleil bougera un peu : c'est le fameux lever de Soleil à l'ouest prévu par les prophéties, mais un lever de soleil qui prendrait une semaine (tout comme son coucher avait mis du temps quand la rotation de la terre s'arrêtait).

Mais le pire est à venir. Tant que l'atlantique est attiré et fixé sur la planète X, les gens auront l"impression que le pire est passé et que la Terre se sera remise à tourner, mais dans l'autre sens. Mais ce sera une erreur, fatale pour beaucoup. Ce mouvement forcé n'est pas naturel et quand la planète X se sera assez éloignée pour libérer l'atlantique de son étreinte, celui-ci va brutalement se remettre à sa position normale : c'est ce qu'on appelle l'inversion des pôles géographiques.

Quand la planète X relachera son emprise, le manteau, qui sert de colle entre la croûte et le noyau va agir comme un élastique : il va ramener brutalement la crôute pour qu'elle se remette à l'unission du noyau duquel elle s'était libérée pour un temps. Avec l'élan et l'action encore importante de la planète, la Terre va se mettre à rouler sur elle même, un peu comme un ballon sur de l'eau. Elle va chercher un nouvel équilibre.

Lors du retour brutal en place, la croûte va être malmenée : en 1 heure environ, elle va tourner autant qu'en 1 jour normal, c'est à dire 24 fois plus vite. A notre échelle nous ne sentiront rien mais les continents eux, qui sont des masses gigantesques, vont être victimes de leur poids : c'est un peu comme quand vous tournez brutalement avec votre voiture, votre corps a tendance à être emporté sur le côté : c'est la force centrifuge.

Cette force est proportionnelle à la masse : nous, petits humains, nous ne pesons rien face à des continents, c'est pour cela que la force centrifuge sera négligeable pour nous. Mais pour un continent qui fait des milliards de millions de tonnes, cette force va être gigantesque : nos continents vont alors bouger, les plaques tectoniques vont se déplacer : tout ce qui doit normalement se produire lentement au court, soit disant de millions d'années, selon nos scientifiques, se produit en réalité en accéléré sur 1 seule journée, tous les 3600 ans.

Il suffit de voir ce qu'en ont écrit les hébreux et les égyptiens vers -1500 pour se rendre compte du phénomène. La bible prévient également que les montagnes seront chamboulées. Et c'est exact : les zones où les montagnes sont en construction vont subir des élévations très importantes de plusieurs dizaines de mètres en une heure.

Ce phénomène est visible dans une cité connue :Machu Pichu. Comme on le voit très bien, cette cité a été élevée d'un seul coup alors qu'elle était construite à l'origine sur une colline. Sur les photo, on voit très bien qu'il y a une construction sur un piton rocheux qui surplombe la ville, surplomb qui n'a aucune voie d'accès au bout d'un pic abrupt. A l'origine, ce piton et le reste de la ville faisaient partie d'une même colline qui s'est rompue et a été soulevée par morceaux à différentes altitudes.

Ce premier passage sera évidement grave de conséquences mais ne détruira pas l'humanité dans sa globalité : ce sont surtout les zones déjà connues pour leur instabilité qui souffriront des séismes alors que les zones stables, comme la France, ne connaitront pas des dégats considérables. La civilisation ne s'arrêtera pas ce jour là, pour preuve, aujourd'hui des séismes se produisent et les gens reconstruisent et reprennent leur vie. Ce sera un peu plus long parce que de nombreuses zones seront touchées en même temps, mais tout autant il y a aura de nombreuses zones qui n'auront pas été détruites.

Pour résumer, l'année 2015-2016 sera marquée par un cataclysme moyen, limité aux zones les plus à risque. C'est un peu comme si tous les tremblements de terre prévu sur 100 ans s'étaient donnés rendez vous le même jour. Y-a-til eu un séisme meurtrier en France le siècle dernier ? Des éruptions volcaniques ? Non. Le risque sera donc le même que d'habitude.

Mais si on regarde l'Italie, Los Angeles, le Japon... tous ces pays où il y a eu de gros séismes et de gros tsunamis dans le passé, et bien là, il se produiront tous en même temps. On doit s'attendre à voir les volcans actifs rentrer en éruption, des tsunamis comme en 2004, des tremblements de Terre comme à Fukushima. Mais plutôt que d'arriver chacun leur tour, sur des dizaines et des centaines d'années, ils arriveront tous en même temps.

Sept ans, c'est le temps que met la planète X pour faire son demi-tour et revenir dans notre direction après avoir été faire un coucou à Jupiter. Pendant qu'elle opèrera ce virage, elle se remettra totalement la tête à l'endroit, le Soleil étant trop loin d'elle pour la commander. Elle va donc nous revenir non plus sur le côté comme au premier passage, mais la tête à l'endroit. Or comme je vous l'ai dit, la planète X est inversée par rapport aux autres planètes : son pôle sud est en haut, son nord en bas. La Terre va alors se retrouver dans une position pire qu'au premier passage.

La planète X ne se contentera pas de pointer son pôle nord vers nous, mais elle forcera la Terre à s'inverser tout comme elle : notre pôle nord va se retrouver au sud, et le sud au nord, ce qui est bien plus grave que la première fois qu'elle nous a embêté. lorsque son emprise va se relacher, ce n'est pas l'atlantique qui va revenir à sa place, c'est la Terre tout entière qui va faire un flip ! Plus de distance parcourue en 1 heure, donc plus de force centrifuge et donc plus de catastrophes : là ce sera vraiment dramatique, beaucoup plus qu'au premier passage. Vu que notre civilisation n'aura eu que 7 ans pour reconstruire et que les gens croieront que "l'apocalypse" c'est de l'histoire ancienne, beaucoup pourront être pris par surprise. Surtout pour les tsunamis qui, suite à l'élévation de 200 m de la mer, seront 200 m plus haut qu'au premier passage et toucheront des zones épargnées lors du premier passage.

Nibiru dans les crop circles

Pour rappel, les crops circle sont faits par les ET altruistes. Le but est de nous prévenir en parlant à notre cerveau inconscient, qui comprends ce message universel. notre mental lui n'y comprends rien, mais le jour venu, inconsciemment nous le saurons sans savoir comment... La seule validation a connaïtre pour dire si c'est un vrai crop circle c'est la présence de noeuds de croissance sur un côté de la tige seulement. Seuls les ET possèdent la technologie pour accélérer en quelques secondes la croissance de la tige d'un seul côté, ce qui fait tomber la tige au sol sans la casser (contrairement aux méthodes humaines avec la planche ou autres engins de chantier pour ne pas laisser de traces).

Nibiru, dans les crop circle, est très souvent représentée comme ayant une trajectoire spirale et crénelée.

Le Soleil a 4 bras incurvés qui tournent en même temps que lui (les bras gravitationnels qui ont inspirés le symbole Nazi de la Svatiska), ce sont eux qui propulsent par à-coups Nibiru au delà des rails par sauts, ou créneaux, ce qui explique les décalages soudains et réguliers dans sa trajectoire spiralée.

Nibiru fait donc des sauts quand elle passe les orbites des autres planètes parce que ces planètes se situent sur des discontinuités gravitationnelles (les rails déjà expliqués, l'équivalent de nos points de Lagrange où les gravitations s'annulent entre les astres). En gros, la gravitation ne se répartie pas uniformément autour du Soleil, il y a des sauts quantiques ou discontinuité de champ. C'est pour cette raison que les emplacements des orbites ne sont pas aléatoires mais suivent un schéma mathématique (qu'on appelle Loi de Bode ou loi de Titius Bode) qui est mal expliqué (la loi de Bode n'est pas exacte mais l'idée est là, (Hypothèse AM) même phénomène (?) qu'au niveau des atomes avec les couches électroniques). Ces "rails" gravitationnels se retrouvent par exemple dans la ceinture principale d'astéroïdes (entre Mars et Jupiter), où dans 4 rails gravitationnels on retrouve une grosse densité de roches séparés par les lacunes de Kirkwood (les no man's land entre les rails). Notre modèle de gravitation ne peut expliquer ces rails, c'est pourquoi les représentations d'après 1985 montre cette ceinture d'astéroïdes comme un gros pâté homogène, alors que sur un Science et Avenir de 1985 on voit bien les 4 anneaux où se répartissent les astéroïdes, sans astéroïde entre les anneaux (les lacunes de Kirkwood).

Ce changement de rail de Nibiru ne se fait pas à angle droit, mais il y a un glissement d'un côté de la discontinuité à l'autre, donc un déport assez rapide de Nibiru quand elle traverse les orbites. les ET ont très souvent schématisé cette trajectoire spiralée et crénelée dans les crop circles : voici quelques exemple.

Barbury castle 1991 (expliqué)

A gauche Nibiru et sa trajectoire crénelée :

Barbury castle 1991 (les deux autres autres sont la Terre et le Soleil)

schéma barbury castle 1991

Harmonyum a eu de nouvelles clés qui permettent de mieux décrypter ce crop circle.

Le triangle, c'est les traits entre la position du Soleil, la position du passage 1 (au niveau de l'orbite terrestre) et la position de Passage 2 (toujours au niveau de l'orbite terrestre, mais 7 ans plus tard). Chaque pointe du triangle correspond à une des positions, et donc le côté du triangle Soleil-Passage 1 et Soleil-Passage 2 fait 150 millions de km (distance Terre-Soleil). Sur la figure le triangle ne semble pas équilatéral, mais il l'est dans le crop.

Les deux passages de Nibiru (un aller et un retour, sa trajectoire faisant une boucle qui fait demi tour au niveau de la ceinture d'astéroïdes) sont donc équivalents. Par contre les effets sur la terre seront différents : le second sera plus grave que le premier parce que la Terre aura été fragilisée par le premier. Comme l'indique le crop, la distance entre les deux points de passage p1 et P2 sera distante de 150 millions de kms aussi (même distance que Terre-Soleil).

Le problème c'est que pour synthétiser les deux passages, il aurait fallu faire deux dessins et mettre une fois Nibiru à droite et une fois à gauche, le Soleil restant à sa place. Les deux permutations sont donc modélisées en 1 dessin, pour nous dire que ce qu'il va se passer une première fois, se déroulera une seconde fois mais symétrique, ce qui est logique.

Le rond noir à l'intérieur (AM : le cercle noir 34) plus les deux cercles autour représente le système solaire. La zone centrale (AM : le cercle noir 34) indique le système solaire dit "interne" (Soleil + toutes les planètes jusqu'à Jupiter incluse). Les deux cercles complémentaires représentent les orbites de Neptune et Uranus, ce qui confirme que le bord du rond noir 34 est bien l'orbite de Jupiter.

La zone centrale (AM : le cercle noir 34) est en noir pour indiquer où se produit le drame. C'est pour cela que le triangle et les 3 protagonistes semblent émerger de ce rond noir délimité par l'orbite de Jupiter (émergence symbolisée par les 3 traits sortant du rond noir pour rejoindre les 3 pointes du triangle, comme si c'était un zoom). Cela veut dire que le drame se fera à l'intérieur de l'orbite de Jupiter, ce qui est exact puisque Nibiru fait demi tour au niveau de la ceinture d'Astéroïdes (orbite entre Mars et Jupiter).

Dans le schéma, le Soleil est en haut (avec ses bras magnétiques qui donnent des maximums et des minimums magnétiques sur Terre).

La Terre est en bas à gauche et Nibiru, avec sa trajectoire spiralée et crénelée, en bas à droite.

Cette configuration montre le premier passage et sous entend le second par simple permutation / symétrie logique (un cycle c'est un aller et retour, sinon c'est un aller simple).

Le triangle est souvent un symbole pour représenter les deux passages de Nibiru, parce que cette symétrie est bien particulière. Elle a aussi bien été notée par les ET que par les annunakis, c'est pour cela que les illuminatis l'utilisent.

Barbury castle du 1er juin 2008 (expliqué)

Ce crop complète le schéma de 1991 vu au dessus.

Barbury Castle 2008

s

Voici une image assez précise du trajet de Nibiru autour du Soleil, et ses passages d'une ornière gravitationnelle à une autre. La dernière ornière, la plus externe, correspond à celle de la Terre, c'est pourquoi elles se termine par 3 disques (visibilité de Nibiru et son éloignement progressif).

Le nombre de tours sur une ornière n'est pas précisé sur le schéma. Par exemple, Nibiru peut très bien faire 10 fois le tour au niveau de Vénus etc... Les ornières sont plus profondes proche du Soleil donc Nibiru y reste plus de temps (à plus de mal à s'en dégager).

On sait grâce à l'astrophysicien Mike Reed que pour construire le crop de Barbury Castle, les ET ont utilisé une représentation picturale de Pi et de ses 10 premiers chiffres après la virgule. Ils auraient pu placer les longueurs entre les sauts au hasard, mais ils l'ont construits en respectant un enchaînement mathématique. Une fois le diagramme divisé en 10 sections égales , le long des décrochements de lignes , la virgule est le petit point à côté du centre après les 3 premières sections. En comptant les sections suivantes on obtient les 10 premieres décimales. (Hypothèse AM) Les 3 points décroissants sur le bord extérieur mentionnent, en plus de l'éloignement progressif de Nibiru et de son retour à venir (une sorte de "à suivre..."), symbolisent aussi le fait que Pi est infini (une sorte de "etc.").

Autres crops pour exemple

East Field, Wiltshire, juin 2004

s

Avebury 2009 (plus précisément Silbury Hill, Wiltshire)

Ce crop est aussi connu pour le policier qui a aperçu 3 aliens qui s'approchaient de ce crop quand il est arrivé pour faire les constations et qui se sont enfuis à son approche, plus rapidement qu'aucun humain ne pourrait le faire.

Silbury

Avebury 2012

Les "serpents" représentent Nibiru qui tourne autour du Soleil et s'en éloignent. La taille grossi en référence au rapprochement avec la Terre. Le Soleil est au centre.On remarque aussi que les bords extérieurs des serpents sont crénelés

Avebury 2012

WaltShire 2012

Le jour après Avebury 2012 (les serpents de l'image précédente) :

www.lucypringle.co.uk - wooton-rivers - 2012

D'autres crop en vrac :

vrac1

vrac2

Les signes 3 semblent indiquer les trimestres magnétiques.

Le triangle lors du passage

Je ne sais pas pourquoi, mais les ET insistent sur le triangle formé par la Terre, le Soleil, et Nibiru.

A Barbury castle 1991, c'est un triangle équilatéral, mais qui semble juste illustrer un principe. Les zétas sont plus précis, et donnent les angles du début du triangle (quand Nibiru va amorcer sa traversée de l'écliptique) :

ss

s

s

La dernière image est issue de la description de la trajectoire de Nibiru par les zétas (modélisée par une trajectoire rectiligne, mais les points sont ceux relevés chaque année après un tour du Soleil par Nibiru). E+numéro est le point représentant la Terre, X+numéro est le point représentant Nibiru au même moment. Pour les zétas, une fois Nibiru suffisamment près elle va attirer la Terre (à l'intérieur de l'orbite de Vénus), les planètes vont s'aligner selon le triangle et Nibiru va pouvoir franchir l'écliptique (les flèche en couleur or symbolisent la trajectoire de Nibiru).

A noter que cette carte date de 2010, au moment où les zétas ne donnaient pas toute les précisions sur la trajectoire de Nibiru, à prendre sous toute réserve.

Ce triangle nous permettrait de calculer l'angle de 23° former entre le Soleil et Nibiru, et donc d'estimer à quel moment le passage va se produire.

Voir la carte complète zéta dans le paragraphe "Trajectoire selon les zétas en 2010".

Trajectoire selon les zétas (carte 2010, commentée en 2018)

Le point sur l'historique des infos données par les zétas au fil du temps est fait le 03/10/2018 (issu de la Newsletter Zetatalk 07/10/2018). Pour rappel, les zétas sont obligés de désinformer sur la trajectoire réelle de Nibiru (La trajectoire de Nibiru est critique, car la comprendre c'est pouvoir estimer une date de passage, c'est pourquoi les ET gardent le flou dessus et ont souvent désinformer les élites).

Pour rappel, il faut considérer qu'entre les points (X1, X2, etc.) Nibiru tourne autour du Soleil, la trajectoire n'est pas rectiligne comme le laisse croire la figure (cette trajectoire permet de mesurer l'éloignement de Nibiru du Soleil au cours du temps, et donc son rapprochement de la Terre, c'est une approximation).

De toute façon, la Terre ne peut rester immobile sur son orbite, sinon les constellations de la grande ourse et de Cassiopée apparaitraient toujours à la même place entre l'été et l'hiver, alors que quand on les observe on voit bien que leur position varie toujours à 180° entre l'été et l'hiver au moment du coucher du Soleil.

Donc les cartes Zetatalk sont bonnes, mais en faisant tourner Nibiru et la Terre autour du Soleil entre les points X* et E* (sauf s'ils ne sont éloignés que de quelques mois, c'est une sorte de ralenti/arrêt sur image).

Merci à Thierry pour la traduction qui suit.

Mise à jour 2018 du Point de Passage

Les Zetas ont décrit en détail les tours et détours qu'emprunte Nibiru lors de son passage dans le système solaire interne. La Terre et les autres planètes proches du Soleil participent à la danse que Nibiru exécute, comme il a été remarqué avec les photos de Vénus imminente, de Hécate et beaucoup d'autres photos du complexe de Nibiru au cours des 15 dernières années.

En 2010, Kojima, membre du Pole Shifting, a reconstitué toutes les déclarations ZetaTalk sur le Point de Passage en une carte massive. Le site ZetaTalk, comme d'habitude, y est corrélé.

Comme cela est compliqué et difficile à absorber d'un seul coup d'œil, je vais faire ci-dessous un tour de recyclage sur le trajet de Nibiru au travers du système solaire intérieur, étape par étape.

dd

Arrêt de l'orbite (2003)

d

A partir du point 1 (X1), la Terre a rencontré Nibiru sur son chemin à la fin du mois de décembre 2003. Nibiru est entré dans le système solaire intérieur en 2003, venant de la direction de la Constellation d'Orion. Alors que la Terre se déplaçait sur son orbite, elle a trouvé Nibiru en travers de son chemin. L'orbite terrestre s'est arrêtée, mais les saisons ont été maintenues par des extraterrestres bénéfiques simulant les saisons, en inclinant la Terre d'avant en arrière. Seule la localisation des constellations dans le ciel nocturne en est la preuve.

Tandis que Nibiru progresse, glisse lentement autour du Soleil, il pousse la Terre devant lui, car la Terre ne peut pas échapper à ce flux magnétique. Elle se tient, comme un cerf sur une voie de circulation dense, horrifié mais incapable de bouger, figé dans les phares. La Terre, emprisonnée dans le flux magnétique devant Nibiru, sera repoussée dans son orbite lors de l'automne et finalement dans sa position d’Août avant le passage.

Flux de Foucault (2003-2009)

s

Entre 2003 et 2009 (X2-X6), Nibiru s’est déplacé au-delà du Soleil, à l'intérieur de l’orbite de Vénus. La présence massive de Nibiru a repoussé les planètes internes rencontrées - Vénus et la Terre - en arrière dans leurs orbites. Le jumeau noir de la Terre (Hécate) est venu derrière celle-ci sur leur orbite commune, et elle et Vénus se sont souvent rapprochés de la Terre. Lorsque Nibiru s'est rapproché de ce groupe de planètes, elles se sont retrouvées «prises dans la tasse» par le flux tourbillonnaire de particules qui proviennent du Soleil - le vent solaire.

roulement 270°

s

Tandis que Nibiru continue devant le Soleil (X8), s'élevant toujours légèrement du dessous de l'écliptique pour se placer au-dessus de l'écliptique, Nibiru est obligé de tourner sur elle-même dans l'espace pour ajuster son alignement magnétique avec le Soleil. Le Soleil a son Pôle Nord magnétique pointé vers le haut, le Pôle Sud pointé vers le bas, peu importe ce que la NASA pourrait raconter au sujet des pôles du Soleil se retournant tous les 11 ans. Leur propre sonde Ulysse a réfuté cela. Ainsi, Nibiru roule dans l'espace, ce dont il résulte que son pôle Nord magnétique pointe vers la Terre. La Terre tente de s’éloigner. C'est là que nous en sommes aujourd'hui (03/10/2018).

Précédemment, zetatalk décrivait ce point où Nibiru franchit l'écliptique. Lors de ce franchissement de l'écliptique, Nibiru passe d'une position d'alignement à une autre :

Note AM : En effet, une fois dépassé la Terre, c'est la Terre qui ferme la boucle magnétique solaire, et Nibiru de retrouve dans une nouvelle boucle inversée.

Nibiru tourne sur place de 180 ° pour pointer son pôle nord à l’écart du pôle sud du soleil, puis se tient debout sur l’écliptique (son axe magnétique normal à l'écliptique). Dernièrement, il a été noté que Nibiru apparaît légèrement à la droite du Soleil, lorsqu'il est aperçu ou capturé sur film.

Nous avons expliqué que pendant ce rouleau de 270 °, la N Pole de Nibiru oscille autour fonction de la rotation rétrograde de Nibiru, dans le sens horaire, et donc le tube de particules magnétiques provenant de la N Pole de Nibiru émerge sur le côté droit. Cela amène la Terre à se déplacer encore plus rapidement en arrière dans son orbite, à gauche, pour échapper à ce tube de particules magnétiques.

Dernières semaines

Les dernières semaines ont été décrites par les Zetas comme étant d’une durée de 7,3 semaines et comprenaient une oscillation sévère, une inclinaison sur la gauche, 3 jours d’obscurité, 6 jours de lever du soleil à l'Ouest, un ralentissement de la rotation, une rotation arrêtée, puis le basculement des pôles proprement dit. Les dernières semaines incluent à la fois Vénus et Hécate qui s’échappent de la coupe de particules et le deuxième roulement à 270° de Nibiru. Pendant ce temps, Nibiru fait un saut en arrière (X9) vers le Soleil suite au changement d'alignement magnétique avec le Soleil, et la Terre, capturée par le puits de gravité de Nibiru, le suit. Le triangle ZetaTalk est formé.

ss

s

s

C’est le début de la période de 7,3 semaines que nous avons décrite, où elle serait indéniablement visible par tous sur Terre. Vénus s'échappe de la tasse. Hécate s'échappe de la tasse. Et la danse de beaucoup devient une poignée de blocage par Nibiru sur la Terre. Il n’est plus question de vacillement de la Terre ni de penchant temporaire à gauche d’opposition suffisant. Cela remue, par rapport aux dernières semaines. Si les années et les mois de la Terre vacillent si les lutteurs se positionnent au bord du tapis, les dernières semaines sont un contact total et aucun des deux ne peut lâcher l'autre. En cela, bien sûr, Nibiru gagne.

La Terre, le Soleil et Nibiru formeront ainsi un triangle dans le plan orbital terrestre avec un angle de 23 degrés avec la Terre, un angle de 18 degrés avec le Soleil et un angle de 139 degrés avec Nibiru. C’est essentiellement à cet endroit que Nibiru est le plus proche de la Terre, son angle d’entrée dans le plan orbital terrestre étant de 32 degrés à cet endroit. Nibiru plonge essentiellement dans le plan orbital terrestre et passe rapidement.

Point de passage

à ce stade, les dernières semaines ont commencé. Nibiru (X10) s'est rapproché du soleil. La Terre suit et se rapproche ainsi du Soleil de 48 millions de km. C'est à l'intérieur des 22 millions de km de Nibiru. Mais selon les Zetas, les deux douzaines de lunes majeures de Nibiru, d'une taille équivalente à notre Lune de la Terre, restent à moins de 8 millions de kilomètres de Nibiru. Les déchets et les débris, ainsi que les petites lunes de Nibiru, continuent de faire une fronde vers la Terre. L'heure du basculement des pôles a sonné sur la malheureuse Terre.

Que faire? Se préparer!

Les 22 millions de kms appelés point le plus proche au cours du basculement des pôles comprend les parties du complexe qui serait considérée comme un effet dévastateur sur la Terre, comme la lune tourbillonne et les gros débris. Nous avons déclaré que les lunes elles-mêmes se trouveront à tout moment à moins de 8 millions de kilomètres de Nibiru, mais que de gros déchets dans la queue se dirigent également vers la Terre, mais que cette distance ne sera pas inférieure à 22 millions de kilomètres.

Comme le N Pôle de Nibiru se balance, la Terre tombe sur le côté, le N pôle de la Terre vers la gauche à l'extrême. Puis de là, la Terre entre dans les 3 jours de l' obscurité, pendant que Nibiru pointe son pôle nord directement vers la Terre. C’est une période rapide et extrêmement dramatique pour la Terre, qui ne dure que plusieurs jours.

Trajectoire 2003-2030

Point de Aout 2015

Harmonyum fait un point de la position de Nibiru pour aout-octobre 2015. Ce bilan tient compte des MAJ et précisions apportées par les ET depuis aout 2014.

Note AM : le texte d'Harmonyum est volontairement ambigu, je respecte cela et rajoute les question là où il aurait pu préciser (il le fera surement vers la fin).

trajectoire

Conséquences de l'accrochage de Nibiru sur la Terre (maintien dans le même axe Terre-Soleil, donc même période orbitale) :

  1. La Terre prend de plus en plus de retard sur son orbite ( 0.75 mois (AM : par rapport à sa position 2014 ?) aujourd'hui environ), c'est en de-ça de ce qui était décrit en 2014 (1.75 mois) (AM : je ne comprends pas ce qu'Harmonyum veut dire? On dirais qu'il y a 2 mois et demi de retard, mais que le fait que la Terre soit plus au Sud fait que ça compense en partie au niveau de l'angle d'éclairement du Soleil). Cela s'explique par le fait que Nibiru est plus proche et qu'elle attire la Terre sur une orbite au rayon plus court.
    1. La distance Soleil-Terre reste la même, la Terre ayant légèrement descendu sur une orbite plus basse (AM : vers le Sud, pas en rayon). Les constellations sont légèrement décalées vers le haut du point de vue terrestre
    2. Les pôles magnétiques sont déplacés (double interaction Soleil + Nibiru)
    3. Le Soleil est plus haut dans le ciel mais ceci est partiellement compensé par le basculement de l'axe de la Terre
    4. La Lune a pris 1 à 2 jours de retard sur son orbite habituelle et sur l'avancée de ses phases
  2. Nibiru tourne en même temps que la Terre puisque les deux planètes sont déjà entrées en interaction magnétique, elles se sont synchronisées. Dans le même temps, Nibiru s'éloigne du Soleil et se rapproche de la Terre :
    a - Nibiru avait dépassé la limite de l'orbite de Vénus début 2014, soit les 100 Millions de km du Soleil
    b - Nibiru se situe de plus en plus décalée vers la droite du Soleil vu de la Terre.
    c - L'orbite de Nibiru se situe en dessous du plan de l'écliptique, ce qui explique que la Terre soit attirée globalement vers le bas et ne suit plus exactement son orbite habituelle.

Le nuage d'hydrocarbures entourant Nibiru (à ranger d'Harmonyum)

La planète est entourée, au delà de son atmosphère, d'un nuage de débris chargé d'hydrocarbure.

Nibiru a une atmosphère plus épaisse en dessous de ce nuage dont une partie est respirable. L'atmosphère de Nibiru bien plus épaisse que la notre, avec des nuages très noirs qui peuvent faire penser à ceux d'une planète gazeuse (type Jupiter). Mais ce n'est qu'une coquille, l'intérieur / le bas de cette atmosphère est très semblable à la notre. La preuve, les annunakis peuvent aussi bien respirer sur notre planète que sur la leur. C'est cette atmosphère néanmoins, notamment les couches nuageuses supérieures, et bien moins le nuage de débris qui est très vaste autour, qui capte la lumière solaire et ne laisse réchapper que le rouge profond . Cela s'explique par le fait que Nibiru est une planète au volcanisme très actif qui envoie beaucoup de poussières en altitude, et notamment des poussières très riches en métaux (de type oxydes de fer) et en cendres (carbone, silice). Cela forme un manteau si épais que cela piège la lumière, sauf le rouge foncé. Par dessus cette haute atmosphère très sombre et rougeâtre, s'étend un vaste nuage de débris, des micro astéroïdes drainés sur le passage, parfois de plus gros, mais surtout une espèce de brume huileuse en suspension qui s'étend très loin d'ans l'espace autour de la planète. Ces hydrocarbures sont le résultat de réactions chimiques entre la couche de cendres en dessous, les poussières et l'hydrogène interstellaire au dessus. Quand Nibiru reste quelques années très très proche du Soleil, le vent solaire extrêmement ionisant fait réagir l'hydrogène et le carbone de la haute atmosphère pour donner des molécules de type CnHm (https://fr.wikipedia.org/wiki/Hydrocarbure). Ces hydrocarbures qui se forment au dessus de la haute atmosphère de Nibiru échappent à son attraction à cause de l'altitude et du balayage du vent solaire, mais restent tout autour sous forme de gouttelettes très fines. Ce "nuage" s'étend bien plus loin qu'une atmosphère classique sur des millions de km. C'est un peu comme si la Terre était baignée, au dessus des nuages, dans une nuée huileuse qui irait bien au delà de la Lune. Avec ces gouttelettes il y a aussi des poussières libérées par les réactions chimiques qui transforment les cendres volcaniques en hydrocarbures. Ces poussières sont extrêmement chargées en fer sous forme d'oxydes et ce sont elles, les plus légères, qui s'éloignent le plus de la planète. Ce sont souvent elles qui arrivent à atteindre la Terre lors du passage et qui teintent les pluies / rivières / lacs et océans en rouge / rouille (avec un gout de sang prononcé, vu que c'est du fer). La partie du nuage qui contient les hydrocarbures atteint bien moins souvent la Terre, mais quand cela arrive, cela prend la forme de pluies de naphte ou de goudron. Donc pour résumer, dans l'ordre du plus bas au plus éloigné: 1 - une première atmosphère respirable comparable à la notre (oxygène, CO2, azote) 2 - au dessus, une très épaisse couche nuageuse extrêmement dense, chargée de cendres volcaniques et de micro-cristaux métalliques / poussières en suspension qui piège toute la lumière sauf le rouge profond 3 - enveloppant les deux premières, une couche très vaste et peu dense de gouttelettes huileuses d'hydrocarbures qui fait plusieurs millions de km 4 - une couche moins dense mais encore plus vaste (plusieurs dizaines de millions de km) de poussières rouge / rouille composées d'oxydes de fer. Les 3 et 4 sont si vastes que la Terre est balayées par ces couches et en reçoit une partie lorsque Nibiru est au plus proche (Nibiru passe à environ 14 millions de km au plus près). Si 1 et 2 forment l'atmosphère de Nibiru, 3 et 4 forment ce qu'on appelle la "Queue de Nibiru" ou "Nuage de débris" (qui s'allonge à cause de la vitesse de la planète X alors que 1 et 2 restent sphériques et ne se déforment pas).

Les caractéristiques de l'atmosphère et du nuage de débris de Nibiru expliquent pourquoi cette planète est difficile à percevoir depuis la Terre. Vu que la planète en elle même est rouge foncé et que notre atmosphère a tendance à filtrer cette longueur d'onde, aucune lumière de Nibiru ne parvient jusqu'au sol. Ce n'est pas pour rien que notre ciel est bleu, cela veut dire que le bleu passe sans encombre mais que les autres couleurs, dont le rouge , sont atténuées. Une planète verte foncée serait également gommée. La nuage de débris quant à lui force une sorte de prisme, un peu comme les gouttes d'eau pendant une pluie. Cette huile en suspension dévie et réfléchie la lumière solaire, ce qui atténue là encore la lumière du Soleil. Enfin, la poussière couleur rouille qui va très loin de la planète X filtre aussi le rouge, c'est pourquoi notre bon vieux Soleil semble plus blanc que dans nos souvenirs. Par contre, depuis l'espace et notamment l'ISS, il n'y a pas d’atmosphère terrestre qui supprime le rouge foncé. Nibiru est très bien visible dans l'espace et depuis longtemps. Elle ressemble à une comète avec une grosse tête et une queue courte qui change de teinte suivant l'angle de vue. le rouge profond de la planète devient irrisé quand il traverse le nuage huileux, c'est pour cela que depuis l'ISS Nibiru apparait rosée, avec des reflets vert clair tirant sur le blanc

De notre côté, il faudra attendre que Nibiru soit bien plus proche pour que sa couleur rouge puisse apparaitre malgré le filtre de notre atmosphère. Plus sa magnitude montera et plus il passera une fraction de rouge importante. L'avantage aussi, c'est que Nibiru va un tout petit peu moins vite que la Terre : pour le moment elle a pris un peu d'avance sur son orbite parallèle à nous, c'est pour cela qu'elle est légèrement à droite du Soleil. Mais plus le temps passe et plus nous la rattrapons, si bien que Nibiru se décale lentement sur la gauche. Arrivera donc un temps où elle sera alignée avec le Soleil, et là on verra une baisse de luminosité significative du jour. Cette "éclipse" atypique laissera encore plus apercevoir le rouge de la planète X. Il faudra néanmoins attendre qu'elle soit passée (donc après le basculement des pôles) pour que Nibiru soit visible de nuit. Sa lumière rouge sera alors parfaitement claire, mais je doute qu'à ce moment là cela nous intéresse vraiment. Le moment où elle sera le plus visible et qui nous intéressera sera dans les derniers 2 mois avant le basculement. Elle prendra la forme d'une croix rouge assez fade au départ, au lever et coucher du Soleil, puis on la distinguera de mieux en mieux. Nibiru étant à contre jour dans cette période, c'est surtout ses "cornes" ou ses ailes, autour d'un centre plutôt rouge sombre, qui seront caractéristiques et qu'on retrouve dans toutes les descriptions anciennes. Ces ailes ne sont que le nuage de débris (hydrocarbure et poussières) qui forment une queue. Vue de face, on dirait deux ailes rouges alors que c'est plutôt un cône aplati horizontalement en réalité. Ces ailes sont rouge vif parce que la lumière du Soleil passe à travers. Chez les sumériens, Nibiru est un disque chevauché par un annunaki avec deux ailes. Chez les égyptiens, un disque rouge avec des ailes de vautour. Chez les chrétiens, elle est décrite comme un dragon (ailé) et chez les musulmans elle est appelée l'étoile cornue Zu-Shifa. Beaucoup de ces symboles ont perdu leur signification, personne ne sachant plus à quoi cela correspond. Chez les archéologues, beaucoup ont interprétés à tort ces symboles comme étant une référence à Vénus, d'où certaines confusions chez les partisans de la planète X. C'est notamment le cas chez les mayas ou les aztèques. Pour preuve, Quetzalcoatl repart dans la légende sur le "monde noir et rouge", pas sur Vénus. Le "paradis" de Tlaloc est un monde également rouge et noir. Cela ne vous fait pas penser à Nibiru ? Vénus n'a jamais été décrite comme un monde rouge et noir ou encore comme étant cornue ou ailée. Les anciens connaissaient Vénus et n'en faisait pas de cas. Pourquoi en aurait-ils faits ? Par contre voir un disque rouge avec deux ailes dans le ciel, suivi de super-catastrophes, de méga-tsunamis et de l'anéantissement de leur civilisation, on comprend alors mieux pourquoi cette image de disque rouge ailé a marqué les esprits et les traditions !

Les ceintures de Nibiru

Nibiru est entouré d'une grosse quantité de débris, de lunes et d'astéroïdes pris dans son champ de gravitation. Mais ces corps orbitent sur une très grande distance. On peut dire que Nibiru est un mini système stellaire qui se déplace autour de 2 étoiles dont notre soleil.

Le nuage de Nibiru est constitué par beaucoup de lunes, d'astéroïdes, de poussières et d'hydrocarbures. Les lunes se déplacent en tournoyant autour d'un cyclindre très allongé qui forme une sorte de tube.

Quand Nibiru s'approche du soleil et accèlère, cet amas de lunes est en retard par rapport à Nibiru. Les lunes ne suivent pas tout de suite cette accélération mais sont quand même ramenées progressivement, rattrapant ainsi leur retard. Ensuite elles vont dépasser la planète, donnant cet effet de yoyo qui permet de libérer pendant quelques années le ciel de Nibiru.

A résumer d'Harmonyum ci-dessous :

Le nuage de Nibiru est extrêmement vaste et composé de différentes couches aux densités différentes (un peu comme les pelures d'un oignon). Il est très déformé dans sa partie externe par l'influence du Soleil et des autres planètes si bien qu'on ne peut pas lui définir de limites précises. Il forme des volutes qui peuvent frapper les atmosphères des autres planètes (Terre, mars, Vénus etc...). Les quantités de produits déversés sont variables car les frappes sont par "rafales" ou "vagues". Nibiru ayant stationnée près du Soleil de 2003 à 2012 environ, il y a eu beaucoup de volutes de produits qui ont touché la Terre modifiant petit à petit certains équilibres physico-chimiques, notamment dans la haute atmosphère. Mais le nuage n'est pas le seul coupable : l'activité de la Terre elle même à changé : les volcans, les dégazages souterrains liés à la sismicité, les changements biologiques (prolifération de certaines bactéries etc...) contribuent aussi à ces changements. Enfin, et c'est une part non négligeable du problème, le nuage de débris de Nibiru n'est pas uniforme dans sa composition : 1 - il y a des parties solides (de la taille d'une ile à celle d'un gravier) captées par Nibiru lors de ses passages dans le système solaire, notamment des débris arrachés à la ceinture d'astéroïde. Ces éléments solides sont responsables des nombreuses entrées atmosphériques (boules de feu, météorites etc...) constatées ces dernières années. Toutes en sont pas liées non plus au nuage, car certains sont simplement des objets déjà présents dont la trajectoire est modifiée par Nibiru (le pavé dans la mare). Ces météorites en brulant dans l'atmosphère libèrent de grandes quantités de poussières et de produits chimiques suite à leur désintégration (soufre, fer, nickel, produits carbonés etc...). 2 - le nuage de Nibiru est composé d'une grande partie d'hydrocarbures variés, souvent des sous produits crées grâce aux éléments arrachés aux autres planètes du système ou aux astéroïdes / comètes (Hydrogène, Carbone). Carbone et hydrogène se combinent sous l'influence du vent solaire et des phénomènes électriques pour former des produits de type CnHm (éthane, butane etc....) qui prennent la forme, dans l'espace, de microgoutelettes plus ou moins translucides et huileuses. Quand les volutes du nuage touchent notre planète, ces produits se dissolvent dans l'atmosphère et rejoignent tôt ou tard l'eau liquide (fleuves, lacs et mers) où ils permettent l'explosion de certains micro-organismes (algues rouges par exemple, qui nettoient ces nutriments jusqu'à épuisement). Ces produits qui se dissolvent dans l'atmosphère pour rejoindre l'eau peuvent s'associer exceptionnellement à elle notamment dans les phénomènes neigeux pour former des polymères instables, d'où les cas de neige qui ne fondent pas à la flamme remarqués lors de certains épisodes météo. 3 - Pour l’instant nous ne sommes touchés que par l'enveloppe légère extérieure du nuage mais on remarque dans certains cas rares des nouveautés liées à la seconde enveloppe. Celle-ci contient, en plus du reste, de grandes quantités d'oxydes de fer sous forme de poussières très fines, poussières qui là encore peuvent retomber concentrées dans certaines zones géographiques limitées (très visible dans la neige par exemple et parfois dans la pluie). Pour le moment ces cas sont anecdotiques mais vont devenir courants dès que la Terre entrera bien plus profondément dans le nuage de Nibiru. Enfin, il existe une troisième couche très dense autour de cette planète, qui cumule les éléments des deux autres couches en plus épais, et c'est ce dernier manteau qui joue énormément sur la visibilité de la planète X. Les quantités de poussières et d'hydrocarbures en suspsension sont telles qu'elles détournent et absorbent la lumière, qu'elle soit sortante (IR crées par Nibiru) ou entrante (lumière Solaire). Cette diffusion de la lumière empêche Nibiru d'avoir une forme / image claire et nette de notre point de vue, sa magnitude étant très faible / son image très diffusée /diluée pour être visible sans appareils adéquats. C'est un peu comme vouloir observer une pièce d'or à 15 mètres en dessous du niveau de la mer troublée par des sédiments. Elle est là, elle brille, mais la lumière est distordue par ce qui se trouve entre elle et nous.

Le nuage est très vaste et centré sur la planète X. Sa taille est fluctuante, surtout pour les couches externes qui sont très déformées. En revanche, le nuage interne est plus dense et plus stable mais reste quand même distendu, notamment par la vitesse de la planète X et les perturbations environnantes (il n'est donc pas sphérique). Quand Nibiru sera au plus proche, nous entrerons dans cette couche interne, d'où les problèmes décrits par nos ancêtres témoins de ces événements (poussière rouge d'oxyde de fer qui se dépose en masse, pluie de naphte, grêle / micro météorites qui brûle au sol, éclairs spectaculaires dans la haute atmophère, le nuage étant très fortement ionisé etc...). Pour le moment, nous ne sommes pas à l'intérieur de la couche interne la plus épaisse. Pour sa partie la plus compacte (qu'on pourrait considérer comme le 4ème manteau même s'il n'est pas complètement différencié), le nuage interne se confond presque avec la haute atmosphère de Nibiru et englobe une zone (sans compter les déformation) d'environ 10 fois la taille de Jupiter (10 fois le diamètre de Jupiter - souvent confondu avec la taille de la planète X elle même cf Hercolubus). C'est notamment cette partie très concentrée du nuage qui permet à Nibiru de passer incognito dans le système solaire. Le nuage global, toutes couches confondues, est évidemment si vaste qu'il touche presque tout le système solaire interne et même plus loin encore.

PS : il faut donc imaginez Nibiru comme une grosse boule de gaz et de débris avec une planète rocheuse en son centre, seulement 4 fois plus grosse que la Terre. La couche de gaz /débris dense fait ressembler Nibiru à une super géante gazeuse de 10 fois le diamètre de Jupiter (ce qui n'est pas véritablement le cas d'un point de vue astronomique). Cette masse rocheuse entourée d'une boule de gaz /débris; formant une immense sphère déformée et étirée, sont elles même entourée de couches moins denses et plus volubiles qui vont très loin de leur point d'attache d'origine. Enfin, il faut tenir compte aussi du fait que Nibiru a de nombreux satellites (lunes) qui ne sont pas strictement liés au nuage et n'en sont pas solidaires. Elles gravitent à distance, parfois devant, parfois derrière suivant les accélérations de la planète X (si Nibiru ralentie elles passent devant, si elle accélèrent elles passent derrière). Toutes ces caractéristiques mènent à diverses confusions, notamment que Nibiru est une super géante gazeuse ou bien qu'elle est un système solaire à elle seule. En temps normal, quand Nibiru s'éloigne du système solaire, les lunes reviennent à des positions classiques et tournent régulièrement autour de leur planète centrale. De même, le nuage reprend une forme sphérique en couches successives, ls plus externes ayant tendance à former des anneaux épais. De loin, en dehors du système solaire, Nibiru ressemble à un mélange de Saturne et Jupiter, sauf que sa structure n'est pas celle d'une planète gazeuse, mais un intermédiaire entre une gazeuse et une rocheuse : c'est un classe de planète que les astrophysiciens n'ont pas encore distinguée des autres mais qui existe abondement dans l'Univers.

Quand je parle de "nuage" c'est une image. Il faut imaginez dans la pratique qu'il n'y a pas de différence entre le "nuage" de Nibiru et les anneaux de Saturne, sauf que pour Nibiru, ces anneaux sont dispersés tout autour de la planète quand elle se trouve dans le système solaire (le vent solaire est agressif et remuent les anneaux qui se dispersent). Il faut savoir d'ailleurs que quand Nibiru se retrouve tranquille en dehors du système solaire, ce fameux nuage reprend sa forme normale en anneaux, les lunes se stabilisent sur une orbite classique autour de leur planète mère etc... Seul le centre dense du nuage reste compact et continue à entourer toute la planète car il n'y a pas de distinction précise entre le centre du nuage et l'atmosphère de Nibiru. Pour en revenir à la situation actuelle, quand des morceaux du nuage tombent sur une planète, c'est un peu comme avec la queue de gaz et de poussière d'une comète, cela ne déclenche pas d'effet météo particulier. Ce sont juste des poussières et des gouttelettes qui se déposent en haute atmosphère et se mélangent à elle, puis se retrouvent dans le cycle de l'eau. C'est un peu comme avec les poussières volcaniques lors des éruptions. Il y a donc un changement de composition progressif mais pas d'effet mécanique direct. Quant à Mars, cette planète a été saccagée par les annunakis qui ont complètement anéanti les équilibres chimiques de son atmosphère (en détruisant notamment la vie et les océans) : l’atmosphère d'une planète a besoin d'être entretenue par des cycles, notamment des échanges avec les masses d'eau (qui captent les gaz et les rejettent), mais aussi la vie (qui contribue très fortement à libérer l'oxygène contenu dans les métaux oxydés). Les annunakis ont puisé dans les océans martiens pour leurs activités minières en sous sol (minage par jets de pression et lessivage) mais aussi parce qu'ils emmènent de grandes quantité d'eau sur leurs autres colonies pour assurer l'approvisionnement de leurs populations. La plupart de l'eau des océans martiens se trouvent aujourd'hui dans son sous-sol ou sur d'autres planètes/ planétoïdes (dont Phobos ou Cérès) et même sur Nibiru (qui souffre elle aussi de graves problèmes environnementaux, l'or n'étant pas la seule ressource rapatriée par les annunakis). Dans ses nouvelles conditions, Mars connait un chaos climatique intense car son atmosphère a été détruite en grande partie et ce processus de dégradation n'est pas terminé. De grandes tempêtes y voient le jour et abîment encore davantage le peu de vie subsistant à sa surface, entraînant toujours plus la petite planète vers une infertilité totale. Il faut savoir que dans ce domaine les ET sont actifs et ont mis en place des programmes de "repeuplement" de Mars, notamment l'acclimatation de plantes terriennes génétiquement modifiées qu'ils réimplantent dans les zones les plus propices de Mars. A long terme, il est prévu qu'avec ces actions, cette planète retrouve une atmosphère correcte et que la vie puisse de nouveau s'y développer de façon satisfaisante. Rien n'est donc perdu.

Le nuage d'Oort est une invention des scientifiques pour expliquer des choses qu'ils ne comprennent pas, comme les comètes. En réalité, les comètes sont des éléments de la ceinture d'astéroïdes qui ont été bousculés par Nibiru et qui ont acquis des trajectoires elliptiques allongées autour du Soleil. Quant à la ceinture d’astéroïdes, ces mêmes scientifiques sont en train doucement de se rendre compte qu'elle n'est pas homogène, certains astéroïdes étant composés entièrement /partiellement de métaux (dont fer) mais ne représentant pas la totalité de ce qu'il s'y trouve contrairement aux idées que l'on en avait. Cette ceinture est le reste de la séparation d'une géante gazeuse en 2 morceaux (Terre/lune + Nibiru) : ces déchets restés sur place sont donc de nature différente en fonction de leur origine : si ils sont des morceaux de l'ancien noyau interne, ils sont métalliques, s'ils sont originaires de la croûte/manteau supérieur ils sont rocheux, s'ils sont originaires de la surface ils sont composés de glaces (eau, méthane etc...). Les comètes sont de gros amalgames de ces trois origines en concentrations variées. Les plus petits sont capturés par Nibiru sur son passage et intègrent son nuage de débris, les plus gros sont poussés par l'effet de répulsion de la gravitation et deviennent des comètes. Ces comètes sont aujourd'hui la plupart du temps plus petites qu'à leur origine car les passages près du Soleil les ont grandement diminuées. Au départ, ce sont de gros objets du type Céres, Vesta, Pallas etc... qui au fur et à mesure de leurs passages près du Soleil ont perdu la majeure partie de leur masse. Le Nuage que nous sommes en train de traverser est celui de Nibiru, Oort étant une invention pratique sortie de l'esprit des scientifiques pour éviter d'avoir à expliquer l'origine exacte des comètes, et indirectement de l’intrus (Nibiru) qui leur donne ces trajectoires elliptique en traversant la ceinture d'astéroïdes.

Il faut bien comprendre que les scientifiques sont témoins dans leurs observations d'anomalies mais que personne n'a le courage de remettre en question les certitudes de la mécanique. La gravitation est une force de répulsion dans l'espace pour les gros objets par exemple. De même, les planètes ne tournent pas autour du Soleil grâce à une vitesse de départ, mais parce que le Soleil agit comme un moulin gravitationnel qui les pousse. Si on pouvait arrêter la Terre, elle repartirait poussée par ces courants rotatifs. Ce n'est donc pas à cause de cet élan primordial (disque d'accrétion en rotation) que les planètes ne s'écroulent pas sur le Soleil mais parce qu'elle sont repoussées et entraînées par celui-ci. Idem pour l'interaction Lune / Terre, la Terre agissant en modèle réduit comme le Soleil. Les anciens le savaient, car eux mêmes représentaient le Soleil comme une étoile à 4 bras courbés (type Svastika). C'est pour cela aussi que Nibiru est déconcertante pour les scientifiques qui l'observent car elle ne se comporte pas comme prévu : elle ralentit et accélère, ce qui est complètement impossible selon notre vision de la gravitation et de la mécanique physique. Pour l'anecdote, Carlos Munuz Ferrada, qui était lui-même astronome, a dès les années 40 publié des caractéristiques précises sur la planète X (Hercolubus) en précisant même qu'elle "ne respecterait pas les lois célestes établies" (Carlos Munoz Ferrada était un contacté, pour ceux qui n'aurait pas deviné). Je vous donne quelques unes des caractéristiques qu'il a révélé dans ces articles à l'époque : 1. Elle a une orbite elliptique comme une comète et une grande masse comme une planète, c'est-à-dire une planète avec une queue.

2. Elle s'approche de la Terre chargée d'énergie cosmique. (le nuage de Nibiru est électrisé / ionisé + puissance de son champ magnétique intense responsable des plus grosses interactions avec notre planète ndlr)

3. Ne respecte pas les lois célestes établies.

4. Elle voyage entre notre Soleil et un Soleil Noir situé à 32 milliards de kilomètres. (le Soleil noir étant le fameux Nemesis, souvent confondu avec la planète X)

5. Elle passera à 14 millions de kilomètres de la Terre.

6. Elle finira par pénétrer dans notre système solaire et on pourra la voir à l'oeil nu et la photographier.

7. Son arrivée provoquera un changement géophysique et humain, ce qui portera le changement et la destruction.

Certains considèrent Nibiru comme une planète qui orbite autour d'un second soleil qui se déplace, et ils appellent cela un second système solaire. Cela est faux, car ce qui se déplace c'est Nibiru au centre, avec une ribambelle de lunes : 12 au total, mais 1 qui est très petite et qui n'était pas considérée par les annunakis comme telle (donc 12 avec Nibiru comprise = équivalent avec Soleil+ses planètes selon eux). Les annunakis considéraient que Nibiru était comme un modèle réduit pour le système solaire en entier, c'est pourquoi ils ont toujours cherché à trouver des correspondances entre Nibiru/ses lunes et le Soleil/ses planètes (d'où l'élimination de la plus petite des lunes, sinon on tombait sur 13 pour Nibiru et son système). Jupiter est aussi un système solaire en miniature mais c'est d'autant plus vrai pour Nibiru puisqu'elle est née d'une étoile qui s'est désagrégée. Si elle a une surface rocheuse, comme la Terre, son noyau est celui d'une "naine brune" pour simplifier, d'où les radiations qu'elle émet (et notamment un puissant champ magnétique).

Les lunes de Nibiru

Non loin de Vénus dans le Ciel, à droite de la Constellation du Capricorne et à gauche d'Altaïr est apparue sporadiquement une nouvelle étoile. Cette nouvelle étoile ne scintille pas, ce n'est donc pas un soleil ou une supernova mais une planète proche qui reflète la lumière du Soleil, comme Venus. C'est pour cela que Vénus et cette étoile se ressemblent.

Cette planète inconnue n'est pas Nibiru, la planète X, mais une de ses lunes qui est environ aussi grosse que Pluton, voire Mercure. Cette lune est attachée gravitationnellement à la planète X mais a une trajectoire perturbée. Sa vitesse est très élevée et elle a tendance à faire des allers retours rapides, s'éloignant et se rapprochant tour à tour de sa planète Mère. Les lunes de Nibiru la précèdent parce qu'elles ont continué sur leur élan alors que la planète X a été ralentie par le champ magnétique du Soleil auquel les lunes sont insensibles. Leur orbite qui est normalement circulaire autour de la planète X s'est allongée, étirée, si bien que maintenant elles font une sorte de Yoyo cosmique, s'éloignant et se rapprochant de leur "mère" à un rythme soutenu.

Vu de la Terre, on a donc une lune qui nous fonce dessus, fait demi tour puis revient, encore et encore.

Du fait de sa vitesse et ses allers retours incessants, la luminosité varie : elle était visible début novembre 2013 mais est repartie vers Nibiru entre temps, si bien que sa luminosité a chuté. Elle va revenir régulièrement, et du coup sa luminosité va avoir des hauts et des bas. Il faudra donc être là au bon moment pour l'observer.

Cette lune ne se déplace pas sur un axe direct Nibiru-Terre, mais plutôt parallèlement de la trajectoire de Nibiru. Il n'y a donc pas de risque de collision entre cette lune et la terre. Mais arrivera un moment où nous risquerons de la voir assez distinctement dans le ciel, quand elle sera au plus proche. Cette lune précèdant la planète X dans son déplacement, c'est donc un bon indicateur de la proximité de Nibiru.

Fin de la partie à ranger

La queue cométaire

Attention à ne pas confondre le nuage de Nibiru, sphéroïdal quand Nibiru est loin du Soleil, et qui se transforme en partie en queue cométaire ionisée sous l'effet du vent solaire. Les zétas parlent aussi d'une coupe gravitationnelle, la gravitation de Nibiru faisant une sorte de puit gravitationnel en arrière dans lequel tombent les planètes, qui se mettent ainsi à l'abri des particules de gravitation du Soleil. Les Lunes de Nibiru, sous l'effet des particules, se mettent à tourbillonner dans tous les sens, comme un drapeau qui claque au vent. C'est pourquoi il est possible aux Annunakis, lorsque Nibiru est dans le système solaire, d'échapper à Nibiru sans avoir ces masses de débris empêchant toute évasion de la planète (pour un vaisseau restant dans cette dimension).

Les lunes tourbillonnantes en queue de Nibiru

Traduction automatique de cette page : http://www.zetatalk.com/science/s123.htm

Lorsque le spin à la surface d'une planète est dicté par le noyau mobile de la planète, tirant ou poussant un objet libre de se déplacer sur la surface, le spin dans l'espace est dicté par tout ce qui est lié à l'objet tournant. Ceci n'est pas exploré par l'homme, qui s'efforce de se déplacer directement dans l'espace et traite tout spin dans un objet sous son contrôle comme un problème à corriger rapidement, comme dans "la sonde a développé un spin et menace de perdre le contrôle" . Les raisons pour lesquelles le spin s'est développé en premier lieu sont traitées comme une non-pertinence, et le seul problème est de savoir si la sonde est sous contrôle ou non. Le spin est supprimé par les petits jets qui permettent à l'homme de contrôler ses sondes lorsque leur trajectoire a besoin d'être corrigée, ce qui permet à l'humanité de se sentir à l'aise dans sa connaissance de la façon dont les choses fonctionnent. Les lunes de la planète X, qui traînent comme un collier de perles dans l'espace, n'ont pas ces petits jets, donc la nature, pas l'homme, les règles, et le plein résultat d'une rotation dans l'espace peuvent être observés. Pourquoi les lunes traînent-elles, et tournent-elles dans un lent tourbillon/tornade derrière la planète X, plutôt qu'en orbite autour de la planète?

Les lunes en orbite autour de planète qui ont une orbite relativement circulaire autour d'un soleil (comme la Terre), ces lunes ont plus que leur planète qui affecte leur comportement. Ces lunes sont faites d'une masse répulsive qui empêche leur chute vers la planète, car les lunes génèrent la force de répulsion gravitationnelle entre elles et leur planète. Elles sont en mouvement, et non stationnaires, pas à cause de l'attraction de la planète, qui est à l'arrêt, mais à cause des attractions des autres éléments du système solaire. Comme un coeur liquide d'un corps en rotation, ils se dirigent vers ce qui les attire, dépassant le point où ils sont le plus près de l'attractif, se déplaçant vers le point éloigné à cause de l'inertie et se rapprochant de l'attractif à nouveau. Là où il y a un certain nombre de lunes en orbite autour d'une planète, elles se positionnent comme les planètes autour d'un soleil, à une distance confortable les unes des autres pour éviter la collision, puisque la force de répulsion entre les lunes est relativement égale. aussi.

Là où il semblerait qu'une orbite, dans un plan orbital, autour d'un soleil ou d'une planète soit ce qui se produise naturellement, ceci est perturbé pendant le passage rapide que fait la Planète X devant l'un de ses foyers, le soleil ou Nemesis, à la distance de 18.74 fois la distance Soleil-Pluton. La Planète X s'éloigne de ses lunes, étant attirée vers l'avant avec une vitesse croissante, en même temps qu'elle passe un de ses soleils et toutes les planètes qui tournent autour de ce soleil. Les lunes sont alors soumises à des contraintes contradictoires :

Les lunes qui sont arrivées dans un tourbillon derrière une planète en mouvement rapide ont une nouvelle contrainte à gérer, en ce qu'elles trouvent d' autres lunes directement dans le chemin qu'elles veulent prendre vers leur géant gravitationnel, dans ce cas la planète X. Ils tentent d'attraper la planète, tout en étant pris dans l'élan que leur poursuite circulaire vers d'autres attractifs dans le voisinage a créé, mais lors de leur approche de leur planète ils trouvent d' autres lunes dans le chemin et cela provoque un quatrième dictat, une bosse s'éloignant de leur planète voyageuse.

Pourquoi un tel motif de lune se perpétuerait-il? Planet X s'arrête presque à mi-chemin entre ses deux foyers ? Après avoir établi un tourbillon derrière la planète, les lunes ont deux facteurs qui empêchent un retour à la configuration orbitale normale des lunes autour d'une planète. D'abord, leur tourbillon se perpétue lui-même. La vitesse est dictée non seulement par la rotation normale autour d'un maître gravitationnel que créeraient les attractants dans le voisinage, mais aussi par la nécessité de s'éloigner des autres lunes du tourbillon. Deuxièmement, les plus grandes lunes du groupe tentent perpétuellement de se rapprocher de leur planète, point où la force de répulsion entre la lune et sa planète crée une impasse. Étant les plus grandes lunes, elles éloignent les plus petites lunes de leur trajectoire, mais cette action de poussée dans l'espace a pour effet de les faire bouger, non seulement en augmentant et en perpétuant leur mouvement tourbillonnant, mais aussi en éloignant les plus grandes lunes de la planète dont elles cherchent à se rapprocher.

Ainsi, les lunes de la planète X, occupant un tourbillon qui se perpétue de lui-même, restent dans une danse derrière la planète X même pendant son point de jonction entre ses deux foyers. La planète X se déplace, mais lentement, à son point d'oscillation, de sorte que le tourbillon est toujours positionné entre la planète X et les foyers qu'elle quitte (Soleil ou Nemesis). Ce tourbillon, exceptionnel pour l'homme car ne se présentant pas dans les comètes ou les planètes observées, est ce qui fait que les anciens appellent le monstre qui passe, rouge dans le ciel à cause de son nuage de poussière rouge illuminé, un dragon fouettant sa queue, le tourbillon des lunes.

Nibiru dans la science

Merci à Jérôme Brachet.

En 1982, Pionneer 10 et 11, par triangulation, ont localisé Nibiru (Tenth Planet) à environ 7.52 milliards de km du Soleil, soit 50 UA (Unité Astronomique, c'est à dire au niveau de Pluton, qui orbite le Soleil entre 30 et 50 UA).

Némésis (Dead Star) a été localisée en même temps que Nibiru à 80 milliards de kms du Soleil (533 UA). C'est le deuxième foyer de l'ellipse de Nibiru.

En 1989, on avait encore Nibiru (Tenth Planet ) et Nemesis (death star) dans les encyclopédies concernant l'espace :

w

Nibiru dans notre culture

Triangle / pyramide

Le triangle est un symbole utilisé par les Annunakis pour représenter l'instant du passage de Nibiru (soleil en haut (l'oeil qui symbolise Ra, le dieu soleil, Enlil chez les sumériens), Terre en bas à gauche et Nibiru en bas à droite).

Sens horaire

Les Sumériens sont dans l'hémisphère Nord. Très bons astronomes, ils s'aperçoivent que les planètes du système solaire tournent dans le sens anti-horaire (sens trigonométrique), que la Terre tourne sur elle-même dans le sens trigo, que la Lune tourne autour de la Terre dans le sens trigo, et on adopté le sens horaire... Illogique, à moins de savoir que Nibiru tourne dans le sens horaire, et que ce sens à été imposé par les Annunakis qui l'utilisaient déjà sur leur planète.

Base 60 et 12

Pourquoi comptons nous l'heure en base 60 (3600=60x60 sec = 1 heure) et 12 (12 h dans une demi journée, puis on repart au début dans les "anciennes" horloges d'avant 1990, décennie pendant laquelle la base 24 h des montres digitales à commencer à s'imposer). Tout simplement parce que Nibiru est la 12ème planète du système solaire selon les Annunakis, et qu'à cause de leur religion reptilienne ils sont très portés sur les chiffres.

Pour en savoir plus...

Depuis 2005 Mike Brown fait pression sur la Nasa en annonçant la planète X (n°10, à l'époque Pluton était considéré (à juste titre) comme une planète).

Page suivante : la vie sur Nibiru

La vie est possible sur Nibiru, bien que principalement souterraine à cause du moment où Nibiru viens se coller près du Soleil !

à suivre...


Retours aux menus supérieurs