Menu du site

Nature Humaine (amocalypse)
Techniques vitales>Socialisation>Société

Première version: 2015-05-01
Dernière version: 2018-10-09

Organisation sociale (société)

Sommaire de la page


Préambule

Rappel des avertissements préalables sur les sources des infos de cette partie.

Société idéale

Pluiseurs chefs/sages. Ils ont envie de servir le bien commun, même s'ils n'y trouvent aucun intérêt. Ils partagent l’autorité, ne jouissent pas de privilèges ni prestige particuliers mais travaillent plus que les autres. Il font juste leur boulot. Pour être chef, deux conditions sont requises : compétence et impartialité. L’autorité découle du mérite personnel et la capacité individuelle prime sur tout. Les ascendants ont le devoir de transmettre aux descendants les connaissances morales et techniques.
Voir l'article sur le mode de gouvernance idéale de Marc Chazal : Dans un premier temps (nos sociétés décadentesà, un homme éclairé, sage, altruiste. Ensuite, éducation des hommes pour êtres autonomes. Pas besoin de gouverner quand tout le monde est capable de se gouverner soi-même.

Les dangers pour les sociétés futures

Les risques sont toujours grands de laisser une minorité de personnes prendre un pouvoir dont on ne pourra plus les déloger (ils auront la main sur l'armée et la propagande au point de faire aimer au citoyen sa servitude), une société trop complexe dont seuls quelques initiés auront les clés et pourront profiter.

Principal danger, le gourou qui veut prendre le pouvoir (et ceux qui le laissent faire), ceux qui veulent exploiter les autres (les faire travailler plus qu'eux), bref, les illuminatis en puissance.

Ne pas oublier que les illuminatis sont là parce qu'on leur a laissé la place, et que recréer des sociétés basées sur nos croyances de l'ancien monde ne servira qu'à répéter les mêmes erreurs.

La séparation des bons et immatures ne se fera que quelques années après le premier passage de Nibiru, les profiteurs/exploiteurs seront toujours là après les événements, avançant comme à leur habitude à visage masqué (le loup à masque d'agneau), s'infiltrant dans tout ce qui marche pour essayer d'infléchir les décisions à leur avantage.

Respecter son environnement, la nature n'a d'autre raison qu'elle même d'exister, s'intégrer en elle au lieu de l'asservir au point de tout détruire en une génération. prendre en compte l'aspect temporaire de la vie physique sur terre et de l'aspect divin et immortel de l'âme.

Les modèles de société rencontrés après une grosse catastrophe

Les grosses catastrophes ne détruisent pas complètement le monde d'avant, les survivants s'en souviennent et recréent ce qu'ils connaissaient, dépendant de leur orientation spirituelle :

Ces communautés se formeront de plusieurs façons :

L'exemple ET altruistes

Intéressons nous au modèle communautariste de sociétés qui ont plus de bagages que nous, comme les Zetas : chacun fait le boulot pour lequel il est bon, les projets ne sont pas toujours donnés à la même personne, les libertés individuelles sont limité par celle des autre, il y a le respect de la vie quel qu'il soit, il y a discussion commune des solutions à adopter, et c'est toujours la meilleure qui est retenue!

Démocratie directe

C'est le peuple qui rédige et vote les lois, plus de professionnels de la politique qui ne vont voter que les lois qui les intéresse eux ou leurs commanditaires. En effet, qui a choisi notre président comme président? Ce n'est pas moi qui ai payé (enfin, pas directement...) pour qu'il passe souvent à la télé. Celui qui a payé pour ça est actuellement satisfait des résultats de notre président question augmentation de dettes, du chomage, de l'avancée du flicage de tous et de l'arrivée prochaine du traité transatlantique!

L'exemple Cubain

En 1990, avec la chute de l'URSS et l'embargo américain bloquant les ports, Cuba s'est retrouvé du jour au lendemain en autarcie complète, alors que tout son mode de production était basé sur une agriculture intensive très dépendante du pétrole, pesticides et engrais. Heureusement pour eux, ils étaient communistes et l'entraide communautaire à permis de les sauver.

Justice

Indépendamment du type de société, il faut s'assurer que tout le monde respecte les règles et ne lèse personne d'autre. En cas de crime (vol, viol, blessures, meurtre, etc.), la vengeance n'a pas lieu d'être, parce qu'elle est inutile, ne répare pas le dommage subis, et entraîne une spirale de violence sans fin.

Il faut pardonner à celui qui s'amende ou qui ne l'a pas fait exprès. S'amender, c'est s'excuser sincèrement de son geste et s'efforcer de ne plus le refaire.

Lors du procès, on s'attache donc :

Une fois les culpabilités et responsabilités de chacun établies, il faut empêcher que le crime se reproduise :

Réparer le tort. Le coupable devra réparer dans la mesure de ses moyens et de son degré de culpabilité. Une somme d'argent ou de travail à la communauté, pas forcément déplaisant, mais qui réparera les dégâts (du travail en plus de son travail habituel, ou de l'argent en moins de son salaire).

Il ne s'agit pas de se venger, de faire payer quelqu'un. Une personne dangereuse et enfermée devra avoir une vie la plus plaisante possible, selon ses goûts, tout en :

Un cleptomane qui vole une pizza et qui ne peut s'empêcher de déposséder autrui devrait théoriquement rester en prison à vie, du moins être tenu à l'écart des lieux d'échanges de marchandise. Il devra travailler plus pour payer le suivi d'une comptabilité, de passeports pour les magasins, de la surveillance accrue qu'il impose, etc.

Les personnes égoïstes et cherchant du pouvoir sur les autres, devraient être maintenues seules, car en groupe elles sont trop dangereuses.

De manière générale, en prison les condamnés doivent être seuls dans leur cellule, pour ne pas être contaminés par atavisme à des truands pires qu'eux.

Si la personne demande trop de contraintes pour être maintenue en prison (géant bipolaire de 2.50 de haut, 200 kg de muscle, qui veut faire le mal et tuer et torturer son semblable, absence de piqures anesthésiantes, 10 personnes pour le maîtriser) ou qui refuse de travailler pour son maintien en captivité malgré les discussions avec un psychologue, il faudra alors se poser la question de l'exécution (laisser un délai de 3 ans pour voir si les choses peuvent s'améliorer, le faire des fois au feeling, relâchement au loin dans la nature, etc.).

En savoir plus...

Le site des matriciens, revenir aux fondamentaux de la vie en société, avec comme but le bien être de tous. Par exemple, le village de Vaudencourt, qui expérimente depuis 45 ans la démocratie directe.

à suivre...


Retours aux menus supérieurs