Menu du site

Nature Humaine
Théorie & Technique>Les énergies libres

Première version: 2002-05-28
Dernière version: 2015-11-20 contenu :23/01/2003

Les énergies libres

Sommaire de la page


Préambule

On trouve pas mal sur internet de nombreuses pages sur l'énergie libre, cette énergie gratuite que l'on produit avec du rien. On l'appelle aussi énergie du vide, du point zéro, etc. Le but est de trouver un appareil surunitaire (le mouvement perpétuel) qui produit plus d'énergie qu'il n'en consomme.
On nous cite des tas de précurseurs, des inventeurs qui auraient développés de telles machines, mais ces machines, à part quand leur inventeur était là, n'ont jamais marché. On cite des cas de mort suspecte (cardiaque principalement) apportée par des Men In Black avec un pistolet laser qui entraîne une fibrillation cardiaque (cette arme existe réellement depuis les années 1970).
Pour les lecteurs qui ont un minimum de connaissance scientifique, on utilise le calcul de l'énergie vu en seconde pour tenter d'expliquer le principe de l'énergie libre. Sauf que c'est comme pour les maths, si toutes les conditions ne sont pas respectées (notamment qu'on ne puisse pas diviser par zéro) on arrive vite à démontrer que 1+ 1 = 3...

C'est ces explications simplistes que je vais m'efforcer de démonter ici. Je finirais par les voies d'énergie libre que je suppose, mais qu'il est surement possible de réfuter avec un bagage scientifique supérieur au mien.

Les différentes inventions

Texte de 2015.

Les inventions non opérationnelles

Les inventeurs farfelus

Voir article de sciences et Vie (couverture sur les Ovnis) n°976 - janvier 1999 - page 60

Les scientifiques ne s'intéressent pas au mouvement perpétuel car ils sont surchargés de personnes ayant soit-disant découvert le mouvement perpétuel, mais qui en fait leurs présentent un système enfantin (je met un alternateur derrière un moteur électrique, et donc l'alternateur fournit le courant électrique au moteur, sans considérer les notions élémentaires comme le rendement) ou alors un système plus compliqué comme les amplificateurs électriques qui demandent plusieurs pages de calcul avant de montrer que l'invention ne prends pas en compte le facteur de puissance, et qu'elle s'arrêtera un moment ou un autre (c'est les moteurs à surénergie). Les scientifiques ne peuvent passer leur temps à prouver que ces machines ne sont pas viables, d'où l'impression des pseudos inventeurs d'être écartés. D'ailleurs, la plupart sont des escrocs à la recherche de financement pour leur brevet, alors qu'ils savent que le principe n'est pas viable.
Le second principe de la thermo dit que s'il n'y a pas d'échanges avec l'extérieur, alors l'énergie interne n'est pas modifiée, il n'y a donc pas de travail effectué. point.
Souvent ils n'ont pas de prototytpes à montrer, attendant qu'une entreprise le fabrique pour eux.

Les machines utilisant la gravité ou la force d'archimède ne peuvent fonctionner, car quand on fait descendre un corps il faut la même énergie à fournir pour le remonter. Exit les roues utilisant un balourd d'un côté et dont les poids se rapprochent du centre de gravité ensuite, de toute façon il faut remonter ces poids ce qui nécessite l'énergie récupérée pour les descendre.

Idem pour les aimants, etc.

Les inventeurs escrocs

Il y a des "inventions" qui exploitent une astuce quelconque pour berner l'acheteur :

La reconnaissance officielle de ces inventions non opérationnelles

Malgré cela, de nombreuses inventions frauduleuses ou non font l'objet de brevets très sérieux et même de subventions. L'apât du gain des investisseurs sans scrupule leur fait souvent perdre raison.

Les inventions opérationnelles

Réactions des castes dirigeantes

Et il y a de temps en temps des inventions qui marchent, comme le dopage à l'eau du système Gillier-Pantone sur les tracteurs. Mais là, ces inventions heurtent des lobbys : celui de l'énergie, de la finance (plus de taxes à récupérer) et pire que tout, du pouvoir. Il ne faut surtout pas que le menu peuple d'esclaves devienne autonome, il faut qu'il dépende à fond du système.

Il se pose le problème de la TIPP (Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers) : comment taxer de l'eau gratuite? Je rappelle qu'en plus de disparaître en bonne partie dans les méandres de l'administration, une petite partie de l'argent récolté permet de construire et d'entretenir les routes (vous savez, les gars en orange qui roulaient en méhari orange DDE dans les années 70, il faut bien les payer eux et leur marteau piqueur). Faudra-t-il instaurer une taxe à tous les contribuables, ne faisant ainsi plus la différence entre ceux qui empruntent très peu la route et ceux qui l'empruntent souvent? Les routes participant au développement de l'économie et servent à tout le monde (même la petite vieille qui ne sort jamais et n'a pas de voiture reçoit bien du courrier ou de la nourriture).

Les énergies libres conduisent forcément à repenser notre société, et à s'apercevoir de pas mal de défauts de l'oligarchie actuelle...

Le Cover-Up et la désinformation

A ce moment le debunking, cover-up fonctionne à plein. On mélange ardemment Pantone et Gillier Pantone, on fait des reportages volontairement limites sur le Pantone pour qu'ensuite un reportage scientifique abondamment relayé dans les médias démolisse l'argumentaire du premier reportage, on créé d'autres solutions comme l'électrolyse de l'eau, d'apparence plus facile à fabriquer, pour disperser les énergies, etc. Des vidéos sur Youtube sont envoyées en masse pour noyer dans le flot d'information celle qui dérange, dans les commentaires ont nous ressort abondamment la deuxième loi de la thermodynamique, etc..

De nombreux sites d'intox (ceux avec les images psychédéliques et les couleurs de partout) fleurissent, mélangeant allègrement le Gillier-Pantone avec les complots diverses, affirmant qu'Elvis Presley n'est pas mort et autres conneries, faisant en sorte que tout le contenu du site est rejeté en bloc, même la petite partie véridique.

Tous les médias actuellement sont détenus par des banquiers ou des industriels. Pour prendre l'exemple de la vague d'OVNI au dessus des centrales nucléaires en France fin 2014, pas un seul média n'a cherché à savoir ce qui avait été réellement observé (des engins de 7 m de large, restant une heure en stationnaire avec des gros projecteurs lumineux, puis échappant sans problème à des hélicoptères militaires gazelle). Par contre, tous les médias ont fait des reportages bien complets sur les petits drônes du commerce qui tiennent dans le creux de la main, ceux qui ont 10 minutes d'autonomie et 100 m de portée radio, ne pouvant emporter que 500g, pour conclure que "dormez braves gens, il n'y a aucun risque". Alors que l'énergie nucléaire est l'énergie la plus dangereuse et vraiment mal contrôlée.

Faire le tri

Une fois le cover-up installé, il est très difficile de faire le tri entre ce qui marche et ne marche pas. Info ou intox? Où pêcher des informations fiables et non interressées?

J'essaye dans ce site de sortir des infos honnêtes, et validées par mes soins. Ce n'est pas vrai pour la partie nature humaine ou cette partie d'énergie libre, il n'y a que mon intuition+ ma réflexion qui me guident. Comme tout le monde je peux me tromper, mais ce ne sera pas fait sciemment.

Pour moi, seul le système Gillier-pantone est intéressant, mais ce n'est pas de l'énergie libre, mais un gain du rendement thermodynamique. De plus, je pense actuellement que seul le moteur électrique vaut le coup d'être développé. Je laisse les informations de mes travaux de l'époque sur l'énergie, en vous prévenant que pour moi la plupart ne marchent pas.

Au niveau électrique, je pense qu'il est possible de générer l'électricité de manière libre. Une personne que je n'ai malheureusement fréquenté que quelques heures m'a dit qu'elle avait trouvé un moyen de générer de l'électricité pour sa maison, après 2 ans de recherche. Il ne voulait pas parler de sa trouvaille (essai depuis un livre obtenu je ne sais comment). Tout ce que j'ai pu en tirer, c'est que lors des essais il s'était pris pas mal de chataignes électriques, que l'eau attirait la foudre, et que tout ce qui tourne produit de l'énergie... Il était en train d'électrifier une voiture sans permis pour tester son invention sur un moteur électrique faible puissance.

Intérêt des énergies libres

Texte de 2003.

Une énergie libre n'est intéressante que si elle n'agit pas sur d'autres espèces, ou ne pollue pas notre environnement. Il faut que l'humanité puisse vivre plusieurs milliers en s'en servant, au lieu de faire comme actuellement où en un siècle on a crevé la planète et que personne après nous ne pourra plus y vivre.

Ces "free energy", énergies gratuites en français (je préfère pour ma part traduire free par libre), je ne sais pas trop quoi dire pour vous inciter à les utiliser. La notion de pollution, tout le monde s'en fout. Apparemment, je suis un des seuls à mal dormir la nuit en pensant aux changements climatiques, aux espèces d'animaux qui disparaissent, aux dioxines dans notre nourriture, à l'air et l'eau que nous respirons, à la disparition des écrevisses de nos ruisseaux français, à la diminution du nombre de grenouilles, de la destruction de réserves naturelles en Antarctique pour extraire du pétrole, de ces plages souillées par les marées noires, à ces trous dans notre atmosphère et tant d'autres choses encore. Dès que je parle de baisse de consommation, d'optimiser la conduite pour sauvegarder quelques litres d'hydrocarbures, je vois que je fais chier tout mon entourage avec ça.
C'est clair, la ligne de pensée actuelle c'est "consommer", peut importe les conséquences, "ils" sont là pour savoir quoi faire le moment venu, c'est à "eux" de s'en occuper.
Seulement voilà, "ils" sont au pouvoir, gagnent beaucoup (beaucoup) d'argent avec le système, "ils" sont capable de se payer des protections contre les dégâts actuels, et "ils" seront morts quand les vrais problèmes surviendront. "Ils" sont individualistes, comme la plupart d'entre nous actuellement (c'est pas de notre faute: depuis tout petit notre culture moderne bride l'altruisme en nous). Tu n'as rien sans rien, prend en donnant le moins possible, bref, "the american way of life".
Mais je m'égare. Pour vous convaincre d'utiliser d'autres sources d'énergie, je pourrais vous parler du prix. Tout le monde est d'accord pour dire que c'est bien trop cher, qu'à continuer comme ça plus personne ne prendra de l'essence.
Et pourtant, le paquet de clope est à plus de 3€ (edit, j'écrivais ça en 2003, en 2015 on est à 7€), et les fumeurs continuent à se ruiner la santé en rachetant leurs paquets. Si on vous parle d'une pollution qui risque de tous nous tuer dans 40 ans, ça ferait presque rigoler. Le litre d'essence sera à 2€ qu'on continuera de l'acheter. Voyons, réfléchissez, en suivant le rythme de vie actuelle, dans un monde ou le prix d'un ticket de train revient plus cher que de mettre de l'essence et de prendre tout seul sa voiture, pouvez-vous vous passer de votre voiture?
Oui, mais les efforts à fournir, les changements de mentalité nécessaires font que la réponse est non.
Personnellement, je n'utilise pratiquement plus ma voiture (vive le vélo), et je m'en passe très bien. Le problème est que j'aime conduire, je suis formaté depuis ma plus tendre enfance pour aimer l'automobile. Je peux m'en passer la semaine, mais pas tout le temps.
Voilà, je finis par y arriver, mon dernier argument sera que ces énergies libres procurent en général une augmentation de la puissance du véhicule. C'est je pense l'argument qui convaincra le plus de monde (edit de 2015, avec l'augmentation de puissance des années 2000 des véhicules en gardant une consommation constante, cet argument n'est plus d'actualité).

Bienvenue donc dans ce monde underground, écolo, désintéressé  et passionnant, et bonne visite!

Dans l'ordre de mes essais personnels, qui je le rappelle encore une fois n'ont jamais débouchés nulle part! (je n'ai jamais essayé en vrai le Pantone, j'ai essayé les générateurs électriques d'hydrogène sans résultats significatifs).

L'énergie des aimants

Le moteur électrique couplé à un alternateur

Le grand classique!

A 8 ans, j'ai eu ma première idée de moteur perpétuel : un moteur électrique qui fait tourner des dynamos de vélo (je n'avais que 8 ans, je prenais ce que je connaissais le plus!) qui alimentent en retour le moteur électrique. Plus le moteur va vite, plus l'alternateur tourne vite, et plus il produit d'électricité. On trouve sur internet pas mal de montages de ce genre, sauf qu'ils sont plus calés que je ne l'étais à 8 ans, il ont découvert le mot alternateur à la place des dynamos de vélo... Rendement moteur électrique 90 %, rendement alternateur 70%, on ne récupère en sortie de l'aternateur qu'une partie de l'énergie fournie au départ au moteur. Le moteur tourne de moins en moins vite, l'alternateur débite moins, et l'ensemble s'arrête très vite, comme tout bon mouvement perpétuel qui se respecte...

Dans le même genre, l'électrolyse de l'eau (rendement 75%) qui produit de l'hydrogène, qui une fois brûlé dans un moteur thermique (rendement 20 %) produit une rotation entrainant l'alternateur (rendement entre 40 et 70%) qui produit l'électricité servant à l'électrolyse. Rendement total = 0,75*0,20*0,40 = 6%. Tout Joule d'énergie dépensé va fabriquer 0,06 J en retour, inutile de dire que le système s'arrête très vite.

Méfiez vous toujours des serpents qui se mordent la queue!

Des aimants immobiles

Je vous laisse aller voir ce site (http://www.magnetosynergie.com, plus récemment je pourrais citer Nexus n°101 novembre 2015 p7 en bas) sur la page "expérience avec 2 aimants", censée prouver que l'énergie libre marche. En fait il suffit de prendre 2 aimants toriques de haut parleur, des les enfiler sur une tige, et s'ils sont du bon côté celui du dessous s'appuie sur le sol, et l'autre lévite au dessus, repoussé par l'aimant du dessous. Bien. Le problème c'est qu'ils en déduisent que l'aimant du dessus travaille, alors que les cours de secondes insistent bien sur le fait qu'il faut qu'il y ai un déplacement pour qu'il y ai une énergie de consommée ou de produite. Sans cela, un livre sur une étagère produit aussi un travail colossal pour résister à la gravitation terrestre qui l'attire vers le bas! Bref, les bases de seconde pas comprises, ça veut dire qu'on se situe au niveau scientifique de 1500 et quelques... Pas près d'arriver à quelque chose ces gens là...

Ce qui est marrant c'est qu'ils prennent l'exemple de l'hélicoptère stationnaire qui dépense de l'énergie pour se maintenir. Mouais, ils auraient aussi pu prendre l'exemple d'une voiture qui laisse tourner le moteur thermique au ralenti sans avancer, qui consomme ainsi de l'énergie sans travailler... (le vilebrequin moteur travaille, mais pas la voiture).
Un jour peut-être comprendront-ils la notion d'énergie potentielle, c'est à dire que l'aimant en suspension qui tombe peut développer une énergie (celle qu'on a déjà produite pour le placer à cette hauteur), mais tant qu'il ne tombe pas ne produit rien.

L'énergie dans le champ magnétique

L'énergie à mettre dans le champ magnétique est plus importante quand il y a beaucoup de distance à parcourir dans un matériau amagnétique comme l'air. C'est ce qui explique l'attraction, c'est à dire que l'électroaimant fournit une énergie pour remplir le champ magnétique entre lui et l'aimant qu'il attire, l'aimant s'approche, diminuant ainsi l'énergie du champ magnétique contenu dans l'air car la longueur de ce champ magnétique diminue. Cette énergie se retrouve dans le déplacement de l'aimant, qui produit un travail. Une fois l'aimant proche de l'électroaimant, si on coupe l'alimentation de la bobine de l'électroaimant, on récupère le reliquat de l'énergie contenue dans le champ magnétique dans l'air, c'est à dire l'entrefer (distance finale entre l'aimant et l'électroaimant). Si l'aimant touche l'électroaimant, cette énergie est nulle.

Et pourtant, de nombreux "inventeurs" croient qu'en faisant passer un courant dans une bobine, elle produit un champ magnétique attirant l'aimant, sans que le champ magnétique en soit affecté, et espèrent donc récupérer en coupant la bobine toute l'électricité qu'ils ont mise dedans précédemment.

Des aimants sélectifs

Autre machine perpétuelle bien connue, celle qui utiliserait un déséquilibre du champ magnétique pour, en utilisant 2 aimants permanents, faire en sorte qu'ils soient attirés en premier puis qu'ils se repoussent ensuite. C'est ce que fait un moteur électrique, mais il utilise le courant dans des électroaimants pour pouvoir inverser la polarité. Sur les schémas des machines perpétuelles, le champ magnétique est représenté comme un vecteur, ce qui est archifaux, c'est un ensemble de lignes de force qui tendent à s'écarter les unes des autres. il ne suffit pas d'orienter l'aimant pour qu'on croit qu'il attire dans un sens puis repousse une fois l'autre aimant en face.

De plus, une fois les aimants à l'équilibre, ils ne basculent pas dans un autre état. Une fois les aimants qui s'attirent au plus près, iles restent comme ça comme des cons, à se regarder sans pouvoir faire rien d'autre!

Des aimants qui se retournent

Dixit les inventeurs un peu plus intelligent, on ne peut rien faire avec des aimants statiques, car une fois qu'ils se sont attirés l'énergie dans le champ qui traverse l'air est minumum. Il suffit alors de retourner un aimant sur lui-même pour qu'il repousse alors l'autre aimant. Imaginons donc un système de bielles qui quand les aimants se rapprochent fasse tourner un des aimants sur lui même.
C'est bien, mais pour le retourner, il faut augementer la distance du champ magnétique dans l'air donc l'energie qu'il contient. Et c'est pile poil celle qu'on a récupérée lors de l'attraction intiale. Encore une fois, un tel moteur sans frottement tournerait indéfiniment, mais on ne pourrait que le regarder tourner sans rien en tirer (si on essaye de lui faire bouger une voiture, il s'arrête). Et comme de toute façon il y a des frottements dans le monde réel, il finirait vite par s'arrêter de toute façon.

La résonnance

Mot magique qui au début des années 2000 était le principe de base pouvant expliquer toutes les énergies libres possibles. Mais la résonnance n'est qu'un levier, si elle permet avec une petite puissance de produire une grande énergie, il y a toujours conservation de l'énergie.

Si je prends l'exemple d'une balançoire : un homme très fort avec un enfant très léger peut d'une seule impulsion mettre la balançoire à l'horizontale. Si l'homme n'est pas assez fort, ou l'enfant trop lourd, il va s'y reprendre en plusieurs fois : il va donner des impulsions, toujours dans le sens qui accentue le phénomène, jusqu'à ce que l'énergie donnée au système soit celle qu'il fallait pour mettre la balançoire à l'horizontale. Il aura juste utilisé le principe du levier, de démultiplier le couple en allongeant la distance ou le temps pendant lequel on exerce une force, comme le fait une boîte de vitesse automobile, mais l'énergie mise restera la même. Si je mets un alternateur ensuite qui récupère les oscillations de la balançoire, je récupère (au rendement près) l'énergie mise au départ.

La résonnance n'est donc pas magique, c'est une démultiplication. Une boîte courte de 2 cv permet à la 2cv de monter une côte, mais à la vitesse / puissance que lui autorise son petit moteur.

Les gains de rendement

Moteur thermique alimenté par réacteur Pantone

Un échappement qui passe dans un bidon rempli d'eau, la sortie sur l'admission du moteur, et on économise 70% de consommation de carburant. Sur tracteur uniquement, sur voiture les gains sont moins évidents.

Ca se fait à mon avis par augmentation du rendement global (imaginons que le pic de pression se prolonge plus longtemps après le PMH, le rendement du moteur augemente car plus proche du milieu de course piston, là où le bras de levier de la bielle est maxi). Il y a une réaction dans le réacteur (qui reste mystérieuse avec ce fameux point de chauffe dont la position sur la tige est liée au régime moteur, ce qui explique que ça marche bien sur les tracteurs à faible amplitude régime moteur).

L'eau dissociée dans le réacteur ne peut provenir uniquement celle récupérée dans l'échappement, le serpent qui se mort la queue. Donc pas de moteur alimenté par ses propres gazs d'échappement. A moins que cette réaction dans le réacteur ai une cause/énergie extérieure au moteur.

Pour ce que j'en pense fin 2015, il y a une réaction qui se fait dans le réacteur (adsorption des molécules d'eau vapeur sèche avec l'oxydation des parois, ce qui casse une des liaisons covalentes), jusqu'à cette réaction au point de chauffe. Le gaz qui en sort, de l'oxygène, hydrogène, OH, H2O et azote, réchauffé, vient prendre un volume dans le piston, qui diminue le volume aspiré air-essence. L'essence s'enflamme, dissociant les dernières molécules d'eau ou OH présente, se qui prends de l'énergie à la réaction. Ensuite, plus tard dans le cycle, plus proche du bras de levier maximum, l'hydrogène et l'oxygène se recombinent, en donnant de l'eau. Le moteur marche pareil avec moins de carburant injecté.

Il faut donc arriver à injecter jusqu'à 70% de ce mélangte sortant du réacteur en lieu et place de ce qui sort du carbu, et c'est ça qui n'est pas évident à réaliser, et cela pour plusieurs régimes.

Les mystères de l'eau

Toujours au début des années 2000, la dissociation de l'eau à eu son heure de gloire, avec les stanley Meyer, les gaz de Brown, les waterplans de Chamber, les wasser auto de Dingle, les Joe Cell et autres. On est en 2015 et rien n'en est sorti. Le but est de casser la molécule d'eau avec moins d'énergie que celle récupérée lors de sa combustion.

J'ai participé à cette recherche, mais de mon côté je n'ai rien obtenu... Et à mon avis ça ne donnera rien.

Moteur à eau vibrolysée

Une piste que j'avais suivie à l'époque, basée sur des brevetes d'électrolyse "améliorée" de Chamber (car plan), où l'hydrogène est censé être généré à la demande donc pas stockée, mais qui s'est révélée être une impasse. Pas grave, ça m'a initié à l'électronique!

Pile magnétique JoeCell

La plus mystérieuse de toute, faisant intervenir semble-t-il le Qi, la particule unitaire bien plus petite que les quarks. Pareil que les tests au dessus, je n'ai jamais pu la faire marcher.

Les pistes d'énergie libre

Attention, c'est celle que j'ai relevées dans la litterature, sans trouver d'exemple de non possibilité d'exploitation.

Le but de ce paragraphe est de ne pas fermer définitivement la piste des énergies libres.

A notre niveau de stupidité actuelle (nous vivons dans un système capitaliste hiérarchiste sans réflexion ni bienveillance), il est préférable que l'homme n'ai pas entre les mains de tels jouets (si avec l'antigravité je chercherais à faire un scooter volant pour max de sensations et d'amusement, tout en ne polluant pas mon environnement et en faisant des applications pour dégager du temps afin de m'améliorer spirituellement, d'autre en profiterais pour faire des missiles où on mets moins de carburants et plus d'explosifs et de mitraille, dans le but d'asservir toujours plus de leurs prochains...).

La ddp résiduelle d'un condensateur

Le diélectrique d'un condensateur doit être un matériau capable de déformer son orbite électronique (on appelle ça la polarisation de l'atome), pour augmenter l'attirance d'un côté des électrons et de l'autre leur répulsion. Cette déformation reste même une fois le condensateur déchargé et non soumis à un champ électrique, pour certains diélectriques comme le plexiglass. La molécule d'eau aussi est polarisée, les électrons de l'hydrogène étant plus attirés par le gros noyau de l'oxygène, le côté des 2 atomes d'hydrogène est négatif et celui de l'oxygène positif - en prenant comme convention que l'électron est de charge positive-). C'est ce qu'on appelle l'absorption diélectrique.

C'est ce qui est expliqué dans le Herbert W.Jackson de 1987, "Circuits électriques - courant continu" aux éditions Reynald Goulet, page 262.

Ce qui veut dire que si on connecte entre elles les 2 bornes d'un condensateur avec polarisation résiduelle (très faible, de l'ordre du milliVolt), des électrons vont être attirés d'un côté à l'autre du condensateur, provoquant le passage d'un courant, jusqu'à ce que tous les électrons en excès d'un côté soient passés de l'autre côté. Mais ensuite l'équilibre est atteint et on ne peut plus rien en faire.

En remettant les bornes en l'air, il semblerait que la ddp revienne, mais je vois pas pourquoi (un diélectrique poreux? j'ai du mal à voir aujourd'hui). De toute façon le niveau d'énergie mis en jeu est très faible, bien plus faible que l'énergie nécessaire à l'utilisation de transistors qui nécessitent 0,6 V mini de tension, alors qu'ici on parle de 0,001 V. Bref, c'est une piste mais peu prometteuse...

Je n'ai pas eu le temps de tester et je cite le procédé de mémoire, en appliquant 2 feuilles d'alu sur chaque face d'une plaque de plexiglas d'épaisseur 1mm, en appliquant 6000V sur chacune des armatures (il ne doit pas y avoir de passage de courant, donc pas d'énergie appliquée) et en mettant le tout 30 minutes au four à 120°C? (température de fusion du plexiglas de 150°C), la ddp résiduelle monte à 1V. Il est alors possible, en travaillant sur des transistors 0.4V, de mettre en court-circuit puis relacher dans une bobine qui monterait la tension à celle des batteries, de recherger une batterie (à condition que le système de transistor ne bouffe pas la faible énergie récupérée!). On pourrait remplacer le transistor par un collecteur actionné par une turbine éolienne (quasiment pas d'efforts sur la turbine excepté les divers frottements, le but est d'obtenir un signal haché, cette turbine n'est là que pour couper le signal).

Champ magnétique amplifié par le fer

Le fer doux au repos n'a pas de magnétisme. Sous l'effet d'un champ magnétique extérieur, les atomes du fer s'orientent pour que leurs orientation (moment) magnétiques s'alignent avec celui du champ magnétique externe. Le fer se transforme en aimant, son champ magnétique s'ajoutant à celui extérieur, amplifiant donc ce dernier. Le champ externe joue le rôle tenu par la base d'un transistor, un très faible courant sur la base rend passant le sens collecteur émetteur, permettant le passage d'un fort courant. Si dans le cas du transistor le courant Collecteur-émetteur est fourni par nous, dans le cas de l'aimant fer temporaire il n'y a pas de dépenses d'énergie de notre part, le champ magnétique de l'aimant augmentant l'énergie mise dans le champ magnétique traversant l'air, il attire avec plus de vigueur l'aimant en face et augmente donc le travail fournit par le déplacement de l'aimant, ce travail ne venant pas de l'électricité mise dans la bobine.

Il se peut que quelque chose m'échappe là-dedans, je ne suis encore qu'un petit padawan encore sur le long chemin menant à la connaissance de l'électromagnétisme.

Ce principe du noyau est utilisé dans tous les moteurs électriques, et pourtant aucun n'est surunitaire. Ce principe permet d'augmenter le couple moteur, mais l'énergie mise est toujours celle récupérée, en incluant les pertes Joules et fer. Alors, quelle est la réponse?

L'anti-gravité

Les observations d'OVNI montrent qu'il esxiste des artefacts capables plus grandes prouesses aéronautiques, sans bruit et sans effet aéro-dynamique.

Avec l'anti-gravité, il suffit d'inverser les flux pour profiter du mouvement d'une masse tout à tour attirée puis repoussée.

Les dimensions

Passer d'une dimension à l'autre change les lois physiques. Quand on voit le poltergeist d'Einfield où les enfants volent, traversent les murs et les toits, où les radiateurs en fonte de 300 kgs sont arrachés du mur, où les objets de toute taille et poids volent, disparaissent puis réapparaissent, on se dit qu'on est encore loin de tout savoir, et que l'univers à l'air d'être gavé d'énergie!

Pour en savoir plus...

Les sites Francophones

Le site Quant'homme
Le site JLN Lab
La page de M. David
Les club ER des énergies renouvelables

Démonter les impostures scientifiques

http://www.hoaxteam.com/hoaxteam/forum_contributions.php?page=2&idForum=3152&idMess=46213

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1503

à suivre...


Retour menu sup