Menu du site

Nature Humaine
Apocalypse>Survie matérielle>Pendant l'apocalypse

Première version: 2014-10-27
Dernière version: 2017-09-20

Survivre à l'apocalypse

Sommaire de la page


Préambule

Rappel des avertissements préalables sur les sources des infos de cette partie.

Après les destructions de Nibiru, le système s'effondre (plus d'approvisionnements) et les illuminatis profiteront du désordre pour instaurer le nouvel ordre mondial (survivants parqués dans des camps de travail ou d'extermination).

Nous allons maintenant voir dans cette page comment survivre à Nibiru, c'est à dire échapper aux dangers rencontrés.

Harmonyum donne des infos mais ne donne pas de conseils sur comment vous devez vous organiser. C'est à chacun de choisir sa vie et la manière dont il va la vivre. Chacun possède son libre arbitre et doit l'utiliser, même si c'est moins confortable qu'un système qui décide tout pour vous et vous exploite en retour.

Rappel des 3 dangers de l'apocalypse

Dans la liste des événements, nous avons vu que tous les 3600 ans Nibiru passe à côte de la Terre. Le gros des catastrophes est concentré sur 4 mois :

7 ans après le premier passage, Nibiru refait un second passage encore plus destructeur.

Le danger viendra de 3 choses :

Vocabulaire employé

BOB : Bug Out Bag, sac à dos de survie servant à rejoindre le RAS depuis votre domicile actuel.

RAS : Refuge Autonome Sécurisé. Endroit caché loin des hommes où vous attendrez quelques semaines à quelques mois que la folie des hommes se calme.

BAD : Base Autonome Durable. L'endroit où vous vivrez en autonomie quelques années après Nibiru, voir où vous construirez votre communauté.

Accessoires :

BOV : Bug Out Véhicle, véhicule de survie servant à rejoindre votre RAS depuis votre domicile.

Plan prévisionnel

Il vous faudra établir un plan général d'évacuation.

Si votre lieu de vie est trop exposé (ville ou gros village, proche des routes, côtes ou centrales, dans une vallée, etc. voir le lieu de votre zone refuge plus bas pour éviter les zones à risque) il vous faudra définir une zone refuge (RAS) pour passer les évènements, puis ensuite une Base Autonome (BAD) pour fonder une nouvelle communauté.

Il vous faudra prévoir de vous déplacer entre ces 3 points, dans un monde dégradé (avant le premier passage) puis dévasté (après le premier passage), grâce au sac à dos de survie (BOB).

Nous verrons ces points plus en détail par la suite.

Zone Refuge RAS : Affronter les événements du 1er passage

On ne craindra pas grand chose si :

Le centre de la France et le Morvan seront les moins exposé aux accidents nucléaires et aux séismes, mais attention à la région de Clermont Ferrand où les volcans de la chaîne des Puys se réveilleront.

Bref, il n'y a pas de réponses, quelque part le destin nous pousse là où nous devrons être, en général là où nous vivons actuellement. Vous pourrez survivre aussi bien au centre d'une grande ville que réfugié dans les alpages si tel est votre destin.

Les critères ci-dessus devraient vous permettre de trouver une zone refuge pas loin de votre lieu de vie, ou dans l'endroit où vous auriez aimé être mais que le boulot ne vous a pas permis de rejoindre.

En savoir plus.

Risques avant le premier passage

La loi martiale avant le premier passage

Le but est de libérer les routes pour que les camions des élites puissent emporter leurs trésors en direction du Mali (leur BAD). Pour cela il y aura un couvre-feu, des barrages sur les routes, des pseudos grêves pour fermer les pompes à essence.

Fermer les centrales nucléaires

Il faut appuyer de tout votre poids pour la fermeture des centrales nucléaires.

C'est pour cela que les ET mettent la pression sur les autorités afin qu'elles ferment prématurément les sites. Fukushima a été un premier avertissement (les ET ont laissé faire, en empêchant quand même la fusion de tous les coeurs et l'enlèvement des 1700 t de déchets radioactifs trop dangereux) qui n'a pas servi au delà du japon malheureusement.

C'est pour cela qu'il faut s'attendre à divers incidents en France. Il faut savoir que les centrales peuvent être mises en mode "sécurité", c'est à dire arrêtée et les combustibles retirés, et cela très rapidement. Il n'est donc pas encore trop tard.

Par contre, la centrale en elle même restera contaminée, mais l'espace hostile sera vraiment limité. Les éléments radioactifs qui arriveront à s'échapper seront eux aussi dilués par les vents, si bien qu'il ne sera pas plus dangereux d'être en Afrique qu'en France.

Impacts de foudre plus nombreux et puissants

Le nombre d'impacts de foudre sera plus important, attention à l'idée fausse de la présence de paratonerres partout en France, se balader sous un orage est dangereux, et les éclairs peuvent s'abattre bien avant que la pluie ne soit là.

Freins au déplacement à partir de 50 jours avant le passage

Barrages routiers

Se préparer à l'avance pour rejoindre votre zone refuge, car les freins aux déplacements seront nombreux (barrages de police ou de l'armée entre autre, enclaves clôturées, etc.).

Ne faites jamais demi-tour en voyant un barrage militaire, soumettez-vous au contrôle sans faire d'histoire. On vous dira de rentrer chez vous. Dans le cas contraire, vous essuierez des coups de feu parce que vous serez suspects. Ces barrages ne badineront pas avec les gens et les consignes seront bien plus sévères.

Le problème de ces barrages sera pour rejoindre sa zone refuge, d'où l'intérêt d'avoir repéré à l'avance (ou d'avoir une carte routière) pour les petites routes permettant de contourner les check-point, qui ne pourront être répartis sur tout le territoire.

Même en faisant cela, nous serons limité sur les grands trajets, d'où l'intérêt de choisir des zones refuges proches de son domicile si on doit y aller à pieds.

Pénurie d'essence

Les illuminatis ont testé en mai 2016 en France une petite pénurie d'essence, pour analyser l'impact sur la circulation des véhicules. Le but étant de n'autoriser que les camions des élites à circuler.

Pour éviter cela, vous pouvez toujours avoir 2 bidons de 10 l d'essence en réserve, à renouveler tous les 6 mois (les vider dans le réservoir et les remplir à la pompe, l'essence se dégradant au bout de 6 mois) qui vous permettront de relier votre lieu de vie à votre zone refuge, si vous ne tombez pas sur un barrage au milieu, ou si la route n'est pas coupée par une catastrophe climatique.

Survivre au 1er passage de Nibiru

Nous avons défini dans le choix de la zone refuge les zones à risques et zones refuge. Nous allons quelques astuces de plus à savoir sur les risques encourus.

Tsunamis

Les tsunamis perdent rapidement de leur puissance, mais à cause de la hauteur énorme du tsunami issu du pole-chift, l'eau va s'infiltrer jusqu'à 1000 kms dans les terres. Les 60 premiers kilomètres, il peut se produire des remous qui peuvent faire monter l'eau à 600 m de haut, c'est pourquoi il est préférable d'éviter cette zone. On peut compter sur des hauteurs de 150 m de haut à 60 km à l'intérieur des terres, et 1cm (0m en gros) à 1000 kms à l'intérieur des terres. Vous pouvez faire une interpolation linéaire (encore appelée règle de 3) pour estimer la hauteur chez vous, en rajoutant 100 m de hauteur comme marge de sécurité.

Les tsunamis remonteront facilement les fleuves et rivières, amplifiant les effets dans les vallées.

Il faudra quand même quelques jours, voire plusieurs mois dans certaines zones où l'eau salée pourra former des étangs (dans les cuvettes). Il faudra alors gérer l'évacuation des eaux salées des terres agricoles où à certains endroits elles formeront de vastes zones inondées.

Séismes

La France (excepté la côte d'azur et les zones déjà sismiques) ne devrait pas avoir de gros tremblements de terre, entre 7 et 8, ce qui est quand même pas mal.

De telles magnitudes au Japon provoquent des dégâts mineurs, car leurs constructions sont prévues pour. En France, où le risque était pour la plupart du territoire au niveau zéro avant 2011, quasiment aucun batiment n'est dimensionné pour ce risque, et le séisme que nous allons subir provoquera des dégâts majeurs.

Il ne faut pas rester chez soi et sortir, rien ne vous arrivera si vous êtes en plein champ. La terre qui s'ouvre sous les pieds des gens c'est de la légende urbaine. Par contre, les routes et les dalles en béton peuvent se casser, les égouts, les souterrains et les caves s'effondrer et là oui, par contre, vous risquez de tomber dans une crevasse. Chances très faibles qu'il y ait une crevasse en plein milieu d'un pré!

Les poissons rouges et les poissons chats s'agitent anormalement avant un tremblement de terre. Les smartphones, avec une application indiquant les vibrations, pourrait peut-être vous servir.

Les tremblements de terre sont souvent précédés de bruits étranges dont on ne sait d'où ils viennent.

Ouragans catégorie 5

Effets des ouragans de catégorie 5 :

Les vents sont à plus de 300 km/h. Tous les arbres et les arbustes sont arrachés. Certains édifices seront détruits; d'importants dommages seront faits aux toits et de sévères dommages seront faits aux fenêtres et aux portes. Les vitres explosent Les toits de plusieurs maisons et édifices industriels s'effondreront. Les marées de plus de 5,5 m causeront la fermeture des voies d'évasion de 3 à 5 heures avant l'arrivée de la tempête ainsi que des dommages importants aux rez-de-chaussée des structures.

Les dommages les plus importants n'émanent pas, la plupart du temps du vent en tant que tel, mais plutôt des débris (tuiles, morceaux de toits, fenêtres, édifices, branches, arbres qui tombent) qui sont transportés à une vitesse incroyable. Une planche de contreplaquée poussée à 300 km/h exerce une pression mortelle sur tout objet fixe qui chercherait à l'arrêter...

Une fois choisi un terrain moins sensible au tremblement de terre, il faudra choisir un terrain large comme un champ ou rien ne va dévaler ni d'arbres s'effondrer sur vous.

Creuser un petit trou de 1 m de profond pour éviter les objets volants à grande vitesse comme les tuiles, tôles ondulées, plaques, etc.

Prévoir une tranchée externe pour éviter que l'eau ne comble le trou, et un petit abri au dessus pour empêcher que la pluie ne vienne tout inonder. Cette bâche ou poncho sera bien maintenu pour ne pas s'envoler.

Le vent ne viendra pas forcément de l'orientation habituelle, essayer de faire le trou abrité du vent (surtout pas sur la face d'une colline bien exposée, les débris seraient arrêté par la colline et donc par vous!).

Pour faire un abri anti-tornade, il suffit de creuser un trou dans le sol (1 m de profond suffit, en mettant la terre excavé sur tous les côtés pour éviter les gros écoulements d'eau dans le trou) et de s'allonger au fond. Comme il pleuvra beaucoup, il faudra prévoir une bâche de protection pour s'enrouler dedans et une évacuation basse de l'eau pour éviter de se noyer dans le trou.

Météorites

Contre elles on ne peut rien faire.

Comme les séismes risquent de faire s'écrouler la plupart des plafonds des grottes de surface (toutes celles connues actuellement), et/ou ébouler leurs entrées, la solution de s'enterrer dans une grotte (qui risque d'être au sens propre du mot!) est à exclure.

Si c'est une explosion de météorite, ouvrez la bouche, sinon l'onde de choc pourrait vous eclater les tympan par différence de pressions. Se mettre à terre (éviter d'être projeté viollement au sol) et loin des vitres (qui vont exploser vers l'extérieur si c'est une onde de dépression en premier) comme ça c'est produit à Toulouse pour l'explosion d'AZF, ou a Tchelianbisk.

Inch Allah pour les météorites!

Centrales nucléaires

Un accident nucléaire en France toucherait à terme toute la planète, comme l'a fait Tchernobyl et le fait Fukushima. Bien entendu, il y a des contaminations différentes selon les distances et les produits propagés par les vents. Les éléments les moins volatives (les plus lourds) se déposent très rapidement, dans les 100 km autour du point d'émission. L'iode, qui a une durée de vie plus courte, peut être transporté plus loin, et c'est ce genre de retombée qui a perturbé l'Europe de l'Ouest. Enfin, il y a d'autres éléments qui se fixent dans les poussières et l'eau atmosphériques, et eux font le tour de la Terre. C'est pour cela que les Et interviennent, parce une contamination globale pourrait détruire des équilibre vitaux pour toute la faune et la flore. Quant aux impacts de la radioactivité, ils dépendent aussi de la capacité de chacun à résister, capacité très différente d'une personne à une autre. Là c'est surtout le système immunitaire qui joue, et ceux qui en ont un bon peuvent encaisser largement les retombée dans la mesure où ils ne sont pas dans les 100 km autour du lieu de l'accident. Il n'y a pas de différence ici avec une pandémie. Ceux qui sont résistants sont ceux qui ont un bon système immunitaire. La seule chose qui varie, c'est que pour une maladie, la société actuelle remplace le système immunitaire des personnes affaiblie avec des médications, ce qui n'est pas possible avec la radioactivité. La question qui a été éludée parce que camouflée par la médecine, c'est de savoir pourquoi les systèmes immunitaires sont généralement aussi faibles chez les humains, comparativement aux animaux. Et là, c'est tout le système qui est en cause. Pour survivre à Nibiru, il faudra revoir le fond, pas juste la surface des choses. En ce sens, pour survivre il faudra avoir un système immunitaire correct, ce que le stress et la malnutrition n'arrange pas, système immunitaire qui est avant tout lié à l'esprit (90%). La santé est en majeur partie, dans le cas du nucléaire et des épidémie, lié au spirituel qu'au matériel. ce n'est donc pas en changeant des habitudes alimentaires par exemple qu'on résout le problème, mais en changeant intérieurement.

Les humains vont en souffrir des diverses pollutions chimiques et nucléaires, c'est sûr, mais pas autant qu'on pourrait le croire. Nous sommes plus résistants qu'il n'y parait : ce qui nous tue le plus aujourd'hui c'est le stress quotidien, car notre corps est bien plus sensible aux problèmes émotifs que chimiques. La plupart des maladies sont facilitées par notre dépression immunitaire généralisée. Donc, si le système tombe, ceux qui y étaient mal à l'aise, en recouvrant leur liberté même dans un quotidien difficile, auront une bien meilleure santé. Le psychique fait 90% de la santé, loin devant l'alimentation et la pollution. L'enjeu est donc bien plus spirituel que matériel.

Nous ne sommes pas tous à égalité face à ce danger là. Les nettoyeurs de Tchernobyl ont prouvé cette particularité : alors que certains mourraient après une minute d'exposition aux radiations intenses, d'autres sont restés à la même dose plus de 15 minutes et plusieurs fois, et nombreux chez ceux-ci ont même survécu sans séquelles ensuite. D'autres encore, qui n'étaient pas directement exposés aux radiations, dans les alentours de la centrale pour la logistique, sont morts dans l'année de cancers et d'irradiations. D'après les ET, notre esprit a un énorme pouvoir de régénération et, à l'inverse d'autodestruction, que nous venons à peine d'entrevoir avec la médecine moderne. C'est pour cela qu'ils disent que la spiritualité fait 90% de la santé et les empoisonnements ou la nourriture ne jouent que sur 10%. Ainsi une personne profondément déprimée peut tomber malade même en faisant tout pour avoir une vie saine et une autre, irradiée, mal nourrie, peut survivre même à des doses de radiations qui terrassent ses collègues en 1 minute. Ca n'empêche pas que le corps a ses limites, mais il y a des processus liés à l'âme qui peuvent booster le physique de façon spectaculaire.

Pour évacuer régulièrement la radioactivité qui s'accumule dans le corps, il faudrait faire chaque année, surtout pour les enfants, des cures de pectine. La pectine est présente en grande quantité dans les groseilles, la pomme, le coing, les pépins et les zestes. La pectine piège les métaux lourds accumulés et les éliminent par voie naturelle.

Pollutions chimiques industrielles

Pour ce qui est des produits chimiques, la pollution sera diluée dans l'atmosphère qui sera très remuée par des vents violents et ils ne seront dangereux qu'autour des sites (notamment ceux classés à risques). De manière générale, il ne faudra pas se trouver proche des grandes villes.

Reserves/Stocks

Réserves de nourriture pour plusieurs mois, car la nourriture même cultivée dans son jardin sera extrêmement polluée.

Construction d'un abri (voir plus loin sur les lieux à choisir)

Pour les séisme, si un champ est un lieu relativement sûr, il faudra y creuser un abri afin de s'y mettre à couvert des vents. Une petite fosse d'un mètre de fond suffit. Le mieux est de couvrir tout cela avec une plaque (n'importe quoi fera l'affaire, mais métallique de préférence comme un capot automobile, pour freiner les graviers brûlants ossus de l'éclatement des météorites et dont la vitesse est faible à cause de la résistance de l'air par rapport à leur masse), et pour éviter d'être inondé et que la plaque s'envole et de se faire fouetter par la grêle au cas où (mais un protection individuelle peut aussi faire l'affaire, système D à fond ici). Faire une petite butte avec la terre retirée tout autour de votre abri semi-enterré sera un bon point. De même, le réaliser un peu en entonnoir pour éviter que les parois ne s'effondre (une légère pente sur les bords suffit, juste éviter de faire un trou en U mais plutôt en V. Pour les moins délicats, même un trou rempli d'eau ne vous noiera pas, vous risquez juste d'avoir les fesses dans l'eau et les vêtements trempés. Par contre la petite butte de protection tout autour est relativement obligatoire, elle détournera l'eau de ruissellement pour éviter qu'elle viennent remplir votre trou, mais également les débris qui voleront à cause des vents forts. Il faut rester le plus simple possible et utiliser ce qui est sur place (quelques pierres pour renforcer la petite butte de protection en anneau autour par exemple).

A plusieurs avec un peu de jugeote et un minimum d'organisation, ce genre de chose peut se faire en 1/2 journée à peine et sera le meilleur abri envisageable dans les conditions que nous avons décrites. Caves et vitres sont à proscrire (effondrement des unes, éclatement des autres).

L'idée de cet abri est qu'il soit léger et flexible pour éviter un effondrement meurtrier lors des tremblements de terre, suffisamment loin des eaux (lacs, rivières) pour éviter les grands déplacements, assez haut pour éviter les tsunamis de 150 m de haut à l'intérieur des terres, semi enterré pour échapper aux vents violents et aux objets qui volent, métallique de préférence pour échapper aux rayons solaires lors de l'arrêt du champ magnétique de quelques jours et aux éruptions solaires géantes, et si possible un peu enterré pour résister à l'impact d'une petite météorite, mais ça c'est pas gagné...

Ne pas sortir trop tôt de l'abri

La plupart des gens vont croire que tout est fini quand la terre se remettra à tourner et vont sortir de leur abri. Alors que les pires catastrophes sont encore à venir. Ils vont rentrer chez eux, et quand le séisme mondial (composé de centaines de séismes locaux) arrivera, il prendra finalement la plupart des gens par surprise.

Evacuer le refuge rapidement si besoin

Il peut se produire des phénomènes imprévus qui rendent la RAS inhabitable, il faut alors reprendre son BOB après avoir pris le max de nourriture sèche des stocks et évacuer fissa.

En savoir plus.

Survivre après le premier passage

Généralités

C'est après le premier passage que ça deviendra problématique (eau, nourriture notamment). Mais la nature est bien plus accueillante qu'il n'y parait !

Bien entendu, il y aura une crise internationale car nous seront tous en état d'urgence : les approvisionnements de l'étranger seront difficiles et il faudra envoyer de l'aide aux pays victimes. De grandes vagues de migrations de rescapés s'opèreront sur tout la planète, les gens fuyant des zones inondées, la faim et les maladies. Les frontières seront fermées, les voyages limités pour stopper les afflux de population...

Les effectifs des états seront limités, car la plupart des forces armées seront réparties sur le territoire pour garder les grands axes de circulation, les réserves de nourriture/d'essence et les grandes villes devenues des forteresses. Il ne restera pas grand monde à envoyer en campagne, notamment après le passage de la planète X, les manques et les destructions (surtout sur les côtes). Échapper à la loi martiale n'est pas possible, mais échapper aux restrictions de déplacement qu'elle impose oui : il suffira de se trouver dans des zones peu peuplées où la présence de l'Etat ne sera pas assurée. C'est pour cela que j'incite les gens à partir avant le passage pour éviter de se faire coincer. Se rendre dans une zone en dehors des axes de circulation et des zones urbaines permettra d'être tranquille, et surtout de ne pas être emmené dans les villes fortifiées.

Il faudra se poser le plus vite possible, car la vie nomade n'est pas forcément la plus sûre dans ces conditions difficiles. Il sera plus facile de survivre et de rester caché dans une communauté établie. Bouger ne sert qu'à trouver un bon coin pour se poser et surtout pas à être un mode de vie définitif. Cela n'empêchera pas des phénomènes de transhumance saisonnière avec un village pour l'hiver et un autre pour l'été, car il faudra suivre un minimum les lieux de nourrissage.

Plus on sera perdu dans la campagne, moins on aura de risques. Cela ne les enlèvera pas tous, car hormis les quelques pillards et les forces de sécurité (qui resteront sur les grands axes), le danger viendra aussi d'autres problèmes comme les meutes de chiens errants abandonnés par leurs maîtres. Le meilleur ami de l'homme pourrait bien devenir son futur prédateur : si la communauté est stabilisée et sédentaire, il est très facile de barricader et de se protéger. Par contre, si on reste en trop petits groupes et qu'on se déplace tout le temps, des attaques peuvent survenir, notamment la nuit. Alors à moins de dormir dans les arbres avec un hamac... une communauté fixe est bien plus avantageuse !

Evacuer les nouveaux pôles géographiques

Si on se trouve dans une des terres qui s'est rapprochée des pôles géographiques, il faut bouger fissa vers l'équateur. En effet, si la chaleur globale du globe va permettre des températures clémentes sur quelques semaines, le températures aux pôle va ensuite descendre de manière vertigineuse.

Déterminer sa latitude

On peut estimer sa nouvelle latitude (éloignement de l'équateur) en regardant le centre de rotation des étoiles (l'étoile polaire pour l'hémisphère nord, la croix du sud pour l'hémisphère sud, l'axe de rotation terrestre ne devrait pas beaucoup bouger et toujours pointer vers ces étoiles). Si ces étoiles sont très haut dans le ciel, c'est qu'on est proche d'un pôle géographique. Si vous ne les voyez pas (ou très bas sur l'horizon), c'est que vous êtes à l'équateur!

Si le nuits ou les jours sont très très longs, ça indique aussi une position proche des pôles géographiques (mais uniquement dans le cas où on se trouve soit en hiver soit en été, dans les saisons intermédiaires la durée jour-nuit est la même, tout dépendra de la position de la terre sur son orbite lors du passage). Si le pole shift à lieu en hiver (ou en été si vous êtes dans l'hémisphère) cette durée sera un indice (moins d'une demie-heure de nuit ou de soleil c'est limite pour y vivre).

Se rapprocher de l'équateur

Il suffit de se diriger dans la direction du soleil à son Zenith, qui est celle de l'équateur quelque soit l'hémisphère où l'on se trouve. La boussole, corrigée par rapport au soleil (le nord magnétique ne sera peut-être plus à sa place actuelles), nous aidera quand il fait nuit.

Le système vient de s'effondrer

On y est, le système s'est effondré, l'électricité et l'eau ne sortent plus des robinets, l'essence pareil, on ne peut plus se rendre au supermarché du coin qui de toute façon est vidé depuis longtemps. Si on est dans une zone devenue invivable, il va falloir partir vers des cieux plus clément. Si la zone reste vivable, il va falloir s'organiser. Ceux qui mourront les premiers seront ceux qui partiront en ermites avec 5 ans de boites de conserve. Il faudra au contraire se regrouper entre hommes de bonne volonté, chacun apportant sa pierre à l'édifice, car nous sommes tellement spécialisés qu'on ne peut plus vivre en autonomie. Ne pas laisser les enfants crever au bord des routes sous pretexte de protéger la vie de ses propres enfants (la conservation du génôme est un acte purement égoïste, de ce côté-là le film 2012 est une pure abomination avec le chef de famille qui laisse crever tout le monde mais personne de sa famille ne reste sur le carreau). Cette période servira à tester notre avancement spirituel.

Il faudra bien sûr faire la part entre les assistés qui veulent qu'on leur donne tout sans retour, et les malfaisants qui vont chercher à profiter du travail d'autrui.

Si vous avez une arme, les malfaisants vous tueront plus facilement pour acquérir votre arme que n'importe quoi d'autre. Il vaut mieux éviter la prolifération, et gager sur la coopération.

Dangers rencontrés

L'homme tout d'abord. Une grande partie de la population est adepte de Darwin, de la loi du plus fort et de la volonté de domination, d'avoir du confort sans travailler en profitant des autres. Ces gens-là se mettent vite en meute, comme on a vu les bandes de routards de la guerre de 100 ans qui ont ravagés le quercy pendant 50 ans, empêchant tout développement de la civilisation. Leurs instincts sont primaux. Si ils rencontrent un groupe qui possède quelque chose, ils les tueront et prendront leurs biens. Si ils rencontrent un groupe qui n'a pas grand chose, ils les tueront quand même. Au bout d'un moment, quand le gibier se fera rare, ils en laisseront quelques uns vivants pour revenir l'année d'après et repiller leur travail et la nourriture, donnant le choix entre être exécuté ou donner toute sa nourriture et se démerder pour survivre (comme dans le film les 7 samouraïs).

Ces gens-là auront stocké ou récupéré le plus d'armes possibles, ce seront des professionnels de la guerre et des techniques de combat.

A part désarmer ces gens-là en leur proposant la coopération et en leur parlant, en leur donnant envie de s'intégrer dans une société, il n'y a pas grand chose d'autre à faire.

Autre danger, à part l'homme redevenu sauvage, on aura d'autres animaux dangereux pour l'homme, les meutes de chiens errants, les loups et l'ours réintroduits récemment, ainsi que les grands fauves échappés des zoos qui vont proliférer.

Groupes compassionnels

En face d'individus prêts à tuer, il ne faut pas hésiter, car mourir expose le reste du groupe à devoir se passer de vous. De même, ne pas conserver quelqu'un qui ne fait pas sa part dans le groupe et vole les rations au risque de foutre tout le monde dans la merde. Il est dangereux d'exclure quelqu'un du groupe qui va en ressentir de la haine et va vouloir se venger, par exemple en rejoignant un autre groupe et en vous dénonçant, connaissant bien tous les points faibles. Il vaut mieux les éduquer du mieux qu'on peut, et si ça ne suffit pas et que cet individu risque de détruire la communauté, avoir le courage de prendre la bonne décision.

Par contre inutile de laisser crever un enfant au bord de la route sous le prétexte de faire passer ses propres enfants avant la vie d'autrui. La survie ne doit pas se faire en vendant son âme au diable. Ces évenements seront un formidable moyen de tester notre avancement spirituel.

Ruines

Il restera surement des artefacts de l'ancienne civilisation, il serait bien de mettre de côté au fur et à mesure ceux qui pourraient être utiles.

Quitter sa maison

Même si elle résiste aux séismes de 6 qui vont secouer la France, qu'elle résiste aux vents de 250 km/h qui vont souffler sur un toit abimé par le séisme, que des crevasses ne l'ouvre pas, il va être difficile de résister aux pillards qui vont visiter toutes les maisons, et même si ce sont nos voisins, ils risquent de ne pas nous faire de cadeaux du moment qu'ils auront faim.

A moins d'avoir une maison isolée dans la montagne, difficile d'accès, il va être difficile d'éviter les bandes de pillards et l'armée qui va ratisser tout le monde pour saisir les denrées et mettre la poulation dans des camps. Ces gens là resteront normalement dans les endroits faciles d'accès.

Pendant la seconde guerre mondiale, quand les allemands arrivaient toute la population se cachait dans les bois et revenait quand la colonne avait fouillé tout le village. Pendant la guerre de 100 ans dans le massif central, les villageois avient construits des souterrains où la nourriture était planquée et s'y réfugiait. Ces souterrains étaient tellement dangeraux à prendre d'assaut avec tous les pièges que les routards laissaient généralement tomber. Seul le risque d'enfumage est à éviter en obturant de manière complète les entrées.

Le relief pentu, les routes bloquées par les chutes d'arbres et les glissements de terrain, cela dissuadera un peu les visiteurs malveillants de nos abris.

Rétablissement de l'ordre

Dans les petites villes, l'ordre se rétablira assez vite. On ne peut tout simplement pas vivre sans coopération.

Les villages hiérarchistes

Celui qui contrôle la nourriture devient le chef. La religion refait très vite un come back. Oubliez les idées de laïcités, l'office du dimanche redeviendra obligatoire. Il faut juste espérer qu'on ne se resservira pas du coran ou de la bible pour restaurer l'ancien mensonge.

Les survivants seront les élus, il faudra se conformer à la volonté de dieu qui a voulu que le monde technologique s'arrête. Les 2 connards de service (religion et royauté) reprennent là du service. La nourriture rationnée, surveillée par le roi/shériff, sera certainement distribuée après les offices de la messe.

Les exécutions sommaires seront communes. Les gens n'auront pas encore compris la valeur de la vie humaine et l'intérêt quaurait pu leur apporter la personne qu'ils viennent d'abattre.

Les villages altruistes

Il sera impératif de se réapproprier notre vie, d'instaurer le communataurisme et la transparence pour ceux qui gèrent le bien public.

Lors des distributions de ration, il faudra décider qui aura la meilleure part/quantité, ce qu'il faut faire pour la mériter, etc.

La récupération pourra être un boulot intéressant (pour peu que l'on sache à quoi servent les artéfacts trouvés dans les ruines).

Communications

Les radio amateurs qui ont survécus, avec une petite éolienne ou des panneaux solaires, pourront entretenir la communication entre les peuples grâce aux ondes courtes. Les rumeurs dévastatrices existeront toujours, il sera plus que primordial de reboucler l'information.

Agriculture

Petit à petit les hommes vont retourner au début du vingtième siècle dans les campagnes les plus reculées (donc le moyen âge), à savoir passer la majeure partie de la journée à préparer à manger, à se vetir et entretenir son abri. Ca ne se fera pas facilement au début, seule la connaissance et l'expérience permettent de faire pousser efficacement les plantes.

Il faudra plus d'hommes pour cultiver la terre. Plus de dépenses énergétiques impliquent plus de nourriture, c'est la vision américaine de dépense d'énergie. Une nourriture moins difficile à obtenir permet d'en manger moins, c'est ma vision économique et écologique des choses.

Pour travailler la terre il faut des animaux, mais ces derniers consomment beaucoup de nourriture alors qu'ils ne servent que raement. Il faudrait conserver la vision de Pierre Jules Boulanger quand il a conçu la 2cv, à savoir un outil que ne consomme que si on l'utilise, les 6 mois de l'année où il ne sert pas pas besoin de lui apporter du foin, de lui faire un abri, etc.

La philosophie de l'industrialisation, à savoir faire travailler des machines à haute capacité pour diminuer les coûts et se libérer du temps pour progresser hors des besoins de survie peut-être intéressant si on ne veut pas retourner au moyen âge.

Ne prévoyez pas de planter des tournesols ni des tomates qui ont besoin de beaucoup de Soleil ! Beaucoup d'autres légumes seront à leur aise sous ce nouveau climat (sans gelées et humide). Les champignons seront également à l'honneur (même s'ils peuvent accumuler de la radioactivité localement, mais tous les végétaux le feront, alors il faudra compter sur sa bonne santé générale pour contrer cette pollution qui sera mondiale).

Monétisation

Il faudra restaurer la monnaie, un moyen d'échange pratique à transporter avec soi. L'or et l'argent pourraient retrouver leur utilité. Une monnaie basée sur l'heure de traail serait à mon avis plus avantageuse, mais il faudrait pour celà retrouver une informatisation du système pour virtualiser la monnaie.

Les communautés qui vont s'en sortir

Les hommes vont se répartir en 2 groupes, les altruistes et les égoïstes.

Ca se voit déjà dans les 2 philosophies de prepper's (survivalistes) : ceux qui construisent des bunker en s'entourant d'amis militaires et en stockant le plus d'armes possibles, des conserves pour 20 ans pour les membres de leur tribu, qui construisent des chars d'assauts, et qui rêvent secrètement d'une remise à zéro de leur vie ratée pour espérer partir chef d'un groupe car ce sont eux qui auront fédéré les gens en premier et qui possèderont la connaissance survivaliste. Ces gens-là n'hésiteront pas à abattre ou laisser crever des enfants sur le bord de la route sous prétexte que leurs enfants passent en premier. Ceux là n'ont rien compris au sens de la vie qui est l'entraide et quelque part ne méritent pas leur survie.

Et il y a ceux qui cherchent à acquerir de la connaissance, qui développent leurs talents spirtuels et qui cherchent à créer une autre société. Inutile de se préparer à outrance, les connaissances de chacun mises en commun leur permettront de passer tous les caps.

Les communautés de survivants altruistes s'en sortiront mieux que celles égoïstes qui gaspilleront leurs ressources et la vie de leurs membres.

Les communautés égoïstes

Les égoïstes sont les représentants de l'ancien système, qui vont essayer de reconstruire un système obsolète en participant aux guerres intestines des derniers esclavagistes décadents. A cause d'eux, sur Terre, ce sera généralement le chaos, les restant de pays et les élites s'entre-déchirant pour survivre et pour recouvrer leur pouvoir. Le chaos (relatif) régnera sur la planète un certain temps (assez court somme toute), mais pas pour tous !

Les communautés altruïstes

En effet, grâce aux altruïstes, il existera des poches de paix un peu partout autour de communautés soudées et compatissantes. Ils auront compris les mensonges de l'ancien système et rebatiront un monde meilleur. Suivant les cas, ces groupes seront soutenus par les ET qui ont des moyens de les favoriser sans intervenir ouvertement, comme c'est le cas aujourd'hui. Comme souvent avec les contactés-abductés, il n'y a jamais de hasard. Le tout est donc de faire les bons choix de vie. Certaines communautés auront même le droit, à terme, à des visites en bonne et due forme, avec de l'aide technique et matérielle. Encore faudra-t-il que leurs membres en soient dignes. Une évolution spirituelle devra être faite.

Le développement viendra de nous, il faut d'abord supprimer nos pulsions destructrices (nous ne sommes pas matures actuellement pour gérer nos connaissances nucléaires, chimiques et biologiques, connaissances tirées de la technologie annunakis depuis la seconde guerre mondiale).

Les conditions de vie sur terre après le passage de la planète Nibiru va favoriser les communautés soudées et pacifiques, qui seront en harmonie avec les communautés voisinent et s'entraideront au lieu de se faire la guerre pour récupérer les richesses du village voisin (l'inverse donc des tribus gauloises avec un roi, qui voulait toujours dominer les autres rois alentours et s'étendre à leurs places).

Une nouvelle humanité

Les embryons humains modifiés seront lâchés progressivement dans la nature, doté d'un seul cerveau (le conscient et l'inconscient réunis en un seul), capable de connaitre ses vies passées, le but de sa vie et d'utiliser la télépathie.

La disparition des égoïstes ou de l'homme

Une fois que les communautés altruïstes seront majoritaires sur terre (50%? 85%? quel que soit l'effectif), cela voudra dire que l'homme méritait son élévation spirituelle et que c'est bien les annunakis qui avaient faussés son évolution. Les ET vont s'arranger pour que ce temps ne soit pas trop long pour ne pas décourager les âmes de bonnes volonté.

Les derniers spécimens égoïstes seront exilés sur d'autres planètes où ils serviront d'esclaves aux reptiliens. Les hommes altruïstes restants bénéficieront de l'aide ET pour tout reconstruire, la terre sera définitivement une planète du bon côté de la force. En effet, les incarnations seront orientées, et non plus variées comme aujourd'hui. Seuls les entités communautaristes auront le droit de s'incarner sur terre, les ascensionnés y veilleront.

Le but plus tard est de réussir l'élévation dans la dimension supérieure, de tout le système solaire.

Si jamais les altruïstes ne devenaient pas majoritaires, l'homme sera déclaré espèce inapte à l'évolution et les spécimens égoïstes seront exilés sur d'autres planètes où ils serviront d'esclaves aux reptiliens, et une autre espèce intelligence aura sa chance sur la surface de la terre.

Organisation de la communauté

Gouvernance est à prendre au sens gouvernail, pour emmener une communauté dans la direction désirée.

Même chez les ET communautaristes, tu as toujours des "chefs" parce qu'il faut bien coordonner les choses. La grosse différence c'est que ce chef n'est jamais une personne unique et définitive ni même n'est choisie au hasard. Toute communauté a forcément des leaders naturels (qui sont plutôt à ranger dans le champ des sages plutôt que des politiques). Chez les communautaristes, les "chefs" changent très souvent parce que le "leader" sert juste à coordonner, pas à ordonner. Une fois son boulot fini, il retourne à ses occupations précédentes. Lors des abductions par exemple, il y a toujours un coordonnateur, cela permet aux autres de faire leur travail sans se soucier de l'organisation. Celui qui est leader dans cette visite ne le sera pas forcément dans la suivante car contrairement aux ET hiérarchistes, il n'y a pas d'élite qui squatte les postes ! Le Capitaine est donc plus à comprendre comme "pilote" chez les communautaristes (et comme "Capitaine Crochet" chez les hiérarchistes.

.....

Il faut à tout prix éviter le secret, le mensonge d'état, le cloisonnement. Il faut que le peuple sache ce que trame ses dirigeants, il faut que les dirigeants puissent tomber (comme en France avec le crime de haute trahison du président de la république (par exemple en cas de vente de la France à des puissances étrangères comme les Etats-Unis, à des sociétés privées comme pour les accords transatlantique ,ou encore la dette monstrueuse qui alimente les banques privées, et qui aurait permis de poursuivre Sarkozy et de destituer Hollande, si malheureusement cette loi n'avait pas été supprimée début 2007...).

Le cloisonnement procure l’irresponsabilité en bas et la garantie du secret en haut. Le pouvoir prospère sur l’irresponsabilité. Les serviteurs terrestres ne connaissent pas le plan de leurs maîtres. Ils savent qu’ils sont couverts pour leurs bavures sanglantes, mais qu’ils seront durement punis pour tout manque d’obéissance.

Base Autonome Durable (BAD)

Cette base est censée vous faire vivre longtemps une fois les troubles passés (même si la situation ne sera pas encore sécurisée). Elle sera plus grosse en taille, ne pourra pas être déplacée, et restera donc à la merci de bandes armées éventuelles.

Pour résumer, une BAD c'est une ferme à l'ancienne, quand les échanges avec l'extérieur étaient faibles et que la majorité de l'approvisionnement en nourriture et en énergie devait être produit sur place.

Contrairement à une RAS, une BAD n'est pas dans les bois. Elle ne sera pas monoculture. Voir chez Vic survivaliste une bonne définition de la BAD :

  1. Lieu permanent de vie
  2. Approvisionnement indépendant en eau
  3. Indépendant au niveau de l'énergie requise à la vie quotidienne
  4. Production de nourriture (agriculture, élevage) en quantité supérieure à nos besoins
  5. Stockage et traitement de la nourriture produite
  6. Situé dans un lieu sécuritaire (loin des grandes villes ou grands axes de passage)
  7. Pas complètement isolé (lien social)
  8. Peu d'entretien (construction durable avec systèmes passifs)
  9. Production de la majorité (voire totalité) des matières premières organiques nécessaires (cuir, bois, fibres, etc.)
  10. Permet de générer une activité économique en vue du troc ou d'obtention de numéraire

Cette BAD prends donc de la place pour les ateliers où ranger les outils, avoir de la place pour faire les conserves, traiter les récoltes. Ensuite de la place pour le stockage de la nourriture ou des biens manufacturés. On peut le voir comme une communauté ou chaque famille aura des petites maisons et de grands ateliers communautaires.

Survivre au deuxième passage

Le seul réflexe valide quand Nibiru se remontrera dans le ciel sera de prendre de l'altitude. Tous les freins au déplacement qui existent aujourd'hui auront disparus (travail, logement, argent, barrages de police, terrains privés interdits...). Les gens auront compris la leçon du premier passage et ne se laisseront pas berner une seconde fois.

Concernant l'altitude, comme les tsunamis seront plus élevés qu'au premier passage, il faudra prendre une altitude de plus de 300 m par rapport au niveau de la mer. Comme la mer aura monté de 215 m par rapport à aujourd'hui, repérez les lieux qui sont à plus de 515 m d'altitude en 2015 (et qui ne seront plus qu'à 300 m d'altitude lors du 2ème passage).

D'un point de vue purement physique, le second passage sera plus violent pour la Terre, mais, concrètement, pour les humains à ce moment là, il sera des centaines de fois moins grave. Les gens sauront ce qu'il faut faire, se mettront à l'abri et il n'y aura quasiment aucune perte humaine malgré l'importance du passage.

Il faudra ensuite reconstruire mais ça on aura l'habitude...

Page suivante

Nous avons vu dans la page précédente ce à quoi nous allons être exposé, les grandes lignes de la conduite à tenir pour y échapper dans cette page, voyons maintenant comment se préparer au survivalisme.

à suivre...


Retours aux menus supérieurs