Menu du site

Nature Humaine
Vie

Première version: 2014-08-31
Dernière version: 2018-02-13

Vie

s

Sommaire de la page


Préambule

Avertissements préalables sur les sources des infos de cette page.

Nous allons voir la vie dans l'univers, son apparition dans un milieu liquide, son développement, son essaimage sur les autres planètes moins hospitalières, la création d'organismes vivants par assemblages de cellules individuelles travaillant à un but commun, l'organisation en communauté, le développement de ces communautés et leur recherche du divin par l'ascension dans les dimensions supérieures.

Apparition de la vie : la cellule

Il faut d'abord une planète avec de l'eau liquide, pour que les molécules constituant l'ADN puissent se regrouper. Leur agrégation chimique forme une molécule super stable, l'ADN, résistant à pas mal d'agressions chimiques. Pour se protéger, l'ADN s'entoure d'une paroi de graisse protectrice, la membrane. Apparaît alors la cellule, base de toutes les formes de vie de l'univers.

Cette apparition et ce développement de la vie se retrouve sur un nombre incalculable de planètes de l'univers. Il y a aussi les cas où la planète se désagrège, et ces briques élémentaires de vie se retrouvent dans la poussière de l'espace, arrivant à essaimer les planètes proches.

Evolution (reproduction, adaptabilité et sélection naturelle)

Comme toute chose s'abime, la cellule et l'organisme génère des enfants, qui vont faire survivre son ADN en l'améliorant. Les enfants, par redistribution du génôme, ont des caractéristiques légèrement différentes, ce qui leur permet d'être complémentaires dans le cadre de l'entraide, plus résistants en cas de changement brutal de l'environnement, tout en favorisant l'apparition de nouveaux caractères physiques plus adaptés à un environnement changeant. Sachant que la cellule a aussi moyen de modifier la partie active ou endormie de son ADN pour mieux s'adapter à son nouveau milieu, et ensuite transmettre cette évolution à ses descendants (épigénétique).

L'ADN, par ses multiples redistribution, permet une très grande variété de forme de vie, mais pas infinie, ce qui explique que toutes les formes de vies se ressemblent un peu.

Toute forme de vie doit s'adapter aux changements de son milieu : les saisons, les orages, catastrophes naturelles, etc.

Quand un organisme rentre en concurrence avec ses consoeurs pour les éléments nutritifs du milieu (population trop nombreuses ou baisse des ressources), soit elle part plus loin, soit elle s'avère plus performante et survie au détriment des moins adaptées.

Changement de milieu

La vie, afin de multiplier les expériences et les opportunités de développement, se doit d'explorer son environnement et de remplir tout l'espace. Le plus connu de ces changements de milieu est le passage de la vie dans l'océan à la vie sur la terre ferme. Pour cela, les cellules ou organismes se sont dotés d'une membrane permettant de maintenir le milieu d'origine (l'océan salé) autour du noyau de leurs cellules.

Coopération de cellules : l'organisme

Les cellules se regroupent ensembles pour être plus fortes, coopérant face à un problème. Plus la redistribution des ressources à été équitables, plus les cellules individuelles sont fortes et la communauté résiliente.

La coopération montrant son efficacité, les cellules s'assemblent entre elles pour former un organisme vivant. Chaque cellule se spécialise dans une fonction (une pour attraper la nourriture, une pour la bouche, une pour digérer, une pour coordonner l'ensemble, une pour déplacer tout le groupe, etc ...). Un organisme développe une conscience. Certains organismes libèrent un ou plusieurs organes préhensiles pour utiliser des outils et ainsi dépasser les limitations de leur corps physique. Au fil des millénaires, l'organisme vivant se complexifie. L'ADN permet une très grande variété de forme de vie, mais pas infinie, ce qui explique que toutes les formes de vies se ressemblent un peu.

Il y a différents types d'organismes vivants (végétaux, herbivores, etc.), et nous verrons aussi leurs divers comportements (défense, attaque, reproduction, etc.).

Le comportement des organismes multi-cellulaires est le même en général que celui d'un organisme mono-cellulaire, même si une cellule d'un organisme n'est généralement plus autonome (sortie de son organisme, elle meurt).

Coopération d'espèces : l'écosystème

Chaque espèce (ensembles des organismes semblables) joue un rôle au sein d'un écosystème : les végétaux pour produire des nutriments à partir de la lumière, les herbivores pour utiliser ces nutriments, les prédateurs pour réguler les herbivores, etc. Un écosystème est donc comme un organisme vivant.

Si le milieu de nourriture est stable, les prédateurs doivent rester stables. Chaque naissance est l'occasion de se remettre en question et après des luttes dans la même espèce ou vis à vis de luttes avec d'autres prédateurs seuls les plus forts survivent.

Mais la stratégie de coopération marche aussi, des organismes plus faibles mais complémentaires s'associant les uns aux autres pour survivre dans des endroits difficiles, où seule l'alliance permet la survie. Tel organisme capable de mieux assimiler les nutriments sera protégé par un autre organisme, plus spécialisé dans un autre nutriment. Ils forment un super organisme, dont chaque partie pourrait vivre toute seule mais plus difficilement, et serait plus sensible aux aléas. L'exemple typique est la symbiose, par exemple le champignon prélevant les nutriments sur les racines des arbres et lui redonnant des moécules complexes que seul lui peut synthétiser.

L'écosystème est comme un super organisme vivant. A chaque fois qu'on change d'échelle, on retrouve toujours un peu les comportements de la base, comme un univers fractal.

Coopération d'individus : la communauté

Pour la même raison que les cellules qui se sont regroupées pour former un organisme complexe plus fort qu'une cellule seule, les organismes/individus se regroupent entre eux pour former des sociétés/clans plus forts que l'individu seul. Soit la coopération, soit la prédation, d'espèces moins fortes ou même au sein de sa propre espèce (la hiérarchie).

La coopération permet à une espèce de survivre à la sélection naturelle, l'ensemble ou la symbiose (coopération entre espèces) étant plus fortes que l'individu.

Certaines espèces ne suivent pas le mode coopératif, et fonctionnent en mode hiérarchique (une minorité détient le pouvoir et oriente la société dans les intérêts personnels de la classe dirigeante). Notre monde actuel est un bon exemple de ce type de société. Le développement est beaucoup plus long et incertain, toujours voué à un moment ou un autre à l'échec. Ces sociétés sont généralement expansionnistes car très dépensières en ressources, l'exploration de l'environnement étant de faire de leurs habitants des esclaves et de piller leurs ressources. Ces civilisations égoïstes ont perdu le dialogue avec leur âme (car la télépathie enlève la possibilité de mentir à son prochain, de cacher des complots, etc.), et raisonnent au niveau individu au lieu de communauté. Persuadés que tout s'arrête après la mort physique, ils ne pensent pas à améliorer le monde dans le but d'en profiter lors de leur prochaine incarnation.

Développement des communautés

Les communautés se développent, techniquement et spirituellement. Les premiers systèmes stellaires de notre galaxie se forment il y a au moins 14,5 milliards d'années (pour des étoiles proches de nous). En quelques millions d'années, la vie apparait et se complexifie. En quelques centaines de millions d'années, des êtres intelligents apparaissent et fondent les première civilisations.

Les civilisations s'écroulent lors des catastrophes diverses (astéroïdes, variation climatique, famine, guerres de pouvoir, différence de point de vue, attaque de parasite) mais ça repart à chaque fois, jusqu'à ce qu'une civilisation devienne assez sage pour adopter le mode coopératif et travailler tous ensemble pour le bien-être de la communauté et leur développement spirituel. Ils cherchent alors à rencontrer d'autres civilisations pour s'enrichir mutuellement, pour mettre en commun leurs connaissances et forces, ou juste pour étudier des espèces d'autres planètes par intérêt scientifique ou spirituel (essayer de comprendre le grand dessein de Dieu). Sans compter le réflexe naturel de l'aide aux autres qui animent les empathiques.

Une fois la planète entièrement explorée, il est temps d'essaimer sur les autres planètes, planètes proches au début.

Quand une espèce comporte suffisamment d'individus de même orientation spirituelle (altruiste ou hiérarchiques, bien que cette orientation spirituelle soit limitée, seules les plus basses dimensions étant accessible) ils peuvent provoquer l'évolution de toute la planète et des individus de même orientation dans la dimension supérieure, où tout est plus facile, comme le voyage spatial lointain (ce qui booste d'autant leur développement).

Lors de l'ascension, les individus restés en arrière, privés d'énergie vitale, finissent leur vie dans la dimension de la planète qui se meurt et vont se réincarner sur d'autres planètes écoles.

Au bout de plusieurs ascension, l'espèce n'a plus besoin de se réincarner dans un corps physique, c'est ce qu'on appelle les civilisations primordiales. Le système stellaire finit par disparaître, longtemps après que les êtres vivants qui en faisaient partie n'aient plus besoin de support physique.

C'est ainsi que de nombreuses étoiles avaient déjà disparu lorsque notre Terre se forma, relativement récemment dans l'histoire de notre univers (plus de 8 milliards d'années après le big bang). Les civilisations ET proches étaient très nombreuses à assister à la naissance de notre Terre.

Gestion de la vie inter-stellaire

La vie essaime au niveau de base via les poussières issues de planètes ocaniques ayant abrité la vie, mais aussi par l'essor du voyage spatial par les civilisations technologiquement avancées.

L'ascension spirituelle permet d'accéder à des dimensions où le voyage spatial lointain est facilité. Malgré tout, les voyages se limitent aux systèmes stellaires proches, tant les distances sont importantes.

Les civilisations les plus avancées mettent en place un conseil permettant à toutes les nouvelles espèces d'évoluer sans se faire exploiter par des civilisations esclavagistes plus anciennes, ou de sauvegarder les espèces les plus prometteuses en cas de variation trop brutale de leur environnement.

Les civilisations égoïstes sont minoritaires dans l'univers, et de niveau technologique bien inférieur aux civilisation altruistes. C'est pourquoi sur Terre nous n'avons jamais été envahi depuis que l'homme est devenu suffisamment conscient (les Annunakis étant considérés de la même espèce que nous).

La vie dans le système solaire

Tiamat, une géante océanique issue de la dislocation du 3ème soleil (Perséphone), développe naturellement la vie. Au bout de plusieurs milliards d'années, Tiamat se disloque elle aussi, donnant la Terre et la Lune il y a 5 milliards d'années. La Terre se place sur son orbite actuelle, celle de la planète morte Hécate. La vie reprends rapidement grâce aux briques ADN et ARN issues de Tiamat. Les restes de Tiamat, la ceinture principale d'astéroïdes, ensemencent sous forme de météorites les autres planètes biocompatibles du système solaire (alors que par l'absence d'eau liquide la vie n'avait pu se former d'elle-même sur ces planètes).

La Terre est un super monde habitable où la vie foisonne : Elle est à bonne distance du soleil pour avoir de l'eau liquide, elle est suffisamment grosse pour retenir son atmosphère, ce qui la protège des météorites, et son champ magnétique la protège des rayons solaires et cosmiques trop puissants qui détruiraient l'ADN de nos cellules. De plus, le passage destructeur de la planète Nibiru est une aubaine pour la diversité des espèces. Le résultat, c'est que la Terre fait en 1 million d'années plus de diversité que la plupart des autres mondes dans toute leur existence.

Page suivante

Nous avons vu d'où était partie la vie, et vers quoi elle tendait. En gros, nous entrevoyons Dieu derrière le schéma fractal esquissé. Nous avons vu les civilisations ET et leur mode de gestion des autres espèces, regardons maintenant comment les civilisations ET gèrent et protègent la planète Terre.

à suivre...


Retours aux menus supérieurs