Menu du site

Nature Humaine
Organisations humaines>Langues>adam

Première version: 2017-03-21
Dernière version: 2018-04-02

adam (communication humaine)

Sommaire de la page


Préambule

Le adam est une langue minimaliste a priori (repart d'une feuille blanche), à vocation de langue internationale et vernaculaire (de tous les jours). Sa vocation est d'être simple et efficace, rapide à apprendre (il y a pleins d'autres choses à apprendre dans la vie qu'un langage compliqué et ambigu).

Simplicité de :

Cette simplicité le rend facile à apprendre, tout en restant pratique et efficace d'utilisation (moins d'ambiguité que dans le français).

La grammaire va à l'essentiel sans fioriture : moi vouloir apprendre ! Les mots ne changent jamais (pas de conjugaison ni flexion), quel que soit leur temps (présent-passé-futur), leur utilisation (nom, verbe, adjectif ou adverbe) ou leur nombre (singulier ou pluriel).

Pas de suffixes qui compliquent et limitent la construction et le décryptage des mots, que des préfixes commençant par "n" (mots "n*" ne servant qu'à ça).

Le nom du langage, "adam", est l'agglutination de "ad" (communication) et "am" (humaine).

Objectifs de l'adam

Pourquoi un seul langage sur Terre ? Parce qu'il est plus difficile de tuer des humains qui parlent la même langue que soi. Parce qu'éviter de disperser les énergies en traductions ou en incompréhension permet de rediriger l'énergie vers des choses vraiment importantes. Rendre le savoir accessible à tous.

Pourquoi un langage complètement nouveau ? Parce que les langues existantes ont été conçues pour que le peuple, qui n'a pas les clés de décryptage du langage, et qui n'a pas la possibilité de passer beaucoup de temps dans l'apprentissage d'une langue compliquée, ait moins de connaissances que ses dirigeants, et ait des difficulté à manipuler ce langage, passant pour balourd face à quelqu'un de moins intelligent que lui mais parlant mieux. Le langage permet aussi de manipuler et de mentir aux gens sans qu'ils s'en rende compte, tout en mettant des mots compliqués et difficilement compréhensible pour évoquer des idées subversives (capables de mettre à mal l'ordre établi).

Comme exemple d'entourloupe des anciennes langues, cette possibilité d'omettre le sujet : "travailler plus pour gagner plus" : vous avez cru que le sujet était le même ? Pas du tout ! Ça veut dire "les pauvres travaillent plus (et gagnent moins) et les riches gagnent plus (et travaillent moins)".

L'absence ou déformations volontaire de concepts (anarchie ou démocratie, des mots qui disent le contraire de ce qu'ils représentent), que l'on ne peut du coup formaliser ou expliquer facilement, et qui provoquent d'inepuisables quiproquo et incompréhensions entre les hommes.

Les mots qui ont plusieurs significations (pauvreté des anciennes langues), comme le mot "français", qui dans l'esprit de certains veut dire tous ceux qui aiment la culture française, quelque soit leur origine, race, sexe, etc., et qui sont traités de fachos par ceux pour qui "français" signifie "mâle blanc macho hétéro raciste rétrograde chauvin". Ces ambiguités empêchent de bien se comprendre.

Au contraire des anciens langages qui servent les intérêts d'un gouvernement mondial, l'adam en langue universelle sert les intérêts d'une communauté mondiale, égalitaire, où tout le monde maîtrise un langage simple, outil pour communiquer ou mieux comprendre le monde.

Grâce à l'adam, le langage est vite appris et maîtrisé, libérant plein de temps pour apprendre des trucs vraiment utiles et permettre à toute la population, auparavant analphabète ou mettant trop de temps et d'efforts pour lire, de participer pleinement à l'évolution collective.

Tout le monde étant d'accord sur les manques des anciennes langues, il a existé d'innombrables tentatives pour recréer un langage plus simple, mais ces tentatives, souvent téléguidées par les élites, ou faites en ne prenant pas assez de recul, retombent toujours sur la complexité et les tendances d'élitisme (comme l'espéranto).

Sur ces essais, le Toki pona a montré la voie, même s'il est trop limité pour servir de langue auxiliaire. L'adam est un langage créé avec la philosophie du Toki Pona, tout en gardant la puissance d'un langage scientifique.

L'adam veut supprimer tous les défauts des anciennes langues, en étant simple, facile et rapide d'utilisation. Des sons simples, faciles à prononcer, qui ne peuvent se confondre. Plus besoin d'apprendre 20 000 mots par coeur, moins de 300 mots de base suffisent pour pouvoir tout exprimer. Un langage riche, avec des mots n'ayant qu'un seul sens, indépendants du contexte, et ne nécessitant pas de gros moyens intellectuels ou une solide culture préalable. La définition du concept est contenue dans sa formulation, plus besoin de dictionnaire et d'années d'apprentissage.

Voyons maintenant sous le capot si l'adam tient toutes ses promesses !

Caractéristiques générales

Généralités :

Vocabulaire :

Ordre des mots (nom + adjectif : "cheval blanc" au lieu de "blanc cheval") :

Lexique réduit (300 mots de base au lieu de 3 000) grâce à :

Le vocabulaire s'appuie sur l'usage plutôt que sur l'aspect (qui varie selon les époques/technologies). Permet de mieux réfléchir sur ce qui nous entoure, et de retrouver rapidement un concept.
Ex : "plombier" car les tuyaux d'eau étaient en plomb chez les romains. l'adam choisira "tuyauteur", car même si la technologie change, il faudra toujours des tuyaux pour amener de l'eau, quelque soit leur matière.

Pas d'article "un" ou "le", on met juste le nombre devant le nom s'il est supérieur à 1.

Pas de genre, si besoin on rajoute male ou femelle pour définir le sexe.

Prononciation

Mots

Un accent tonique (prononcé plus fort) est porté sur la première syllabe de chaque mot.

Micropause entre chaque mot pour symboliser les espaces, pauses plus longues pour les virgules.

Liaisons entre les lettres d'un même mot, pas de liaisons entre 2 mots.

Si la dernière lettre d'un mot est une consonne, ajouter un "e" derrière pour la prononcer (Ex : "son" se prononce "sone").

Les lettres sont toujours prononcées de la même manière. Ainsi, "eau" se prononce comme le français "hé ha hu" (é + a + u), et non le son "o" de bateau.

Toutes les lettres se prononcent comme dans la majorité des langues du monde, ce qui entraîne 5 différences par rapport au français :

Nombres

base 10

0 = ny, 1 = diy, 2 = fiy, 3 = jiy, 4 = kiy, 5 = liy, 6 = miy, 7 = niy, 8 = piy, 9 = siy.

Si chiffres inférieurs à 1000, inutile de préciser la position du chiffre (ou puissance de 10 correspondante) :

ex : 10 = deny, 11 = diydiy, 21 = fiydiy

A partir de 1000, il faut préciser la puissance ("de") après le premier chiffre.

ex : 1000 = defiy (10 puissance 3, mille). 203 = fiydefiynyjiy

base 6

Principe identique à la base 10, sauf que les paquets font 6 nombres au lieu de 10, et que les lettres se prononcent à la fin en "y" au lieu de "iy".

Pour différencier facilement les 2 bases, les 5 premiers chiffres arabes (12345) sont remplacés par les majuscules des 5 premières consonnes en majuscule de l'alphabet adam (DFJKL).

0 = ny, D = dy, F = fy, J = jy, K = ky, L = ly, D0 = dyny,

Symboles mathématiques

"+" = nopu, "-" = pu, "*" = nofu, "/" = fu, "xy" = x ka y, "x-y" = x kapu y.

Règles d'écriture

Pas de majuscules. Les noms propres (noms de personne, de pays) s'écrivent avec un souligné "_" (tiret du 8) devant (Ex : _elodi). A l'oral, "_" se prononce comme le "ai", "hey" ou "è" français.

Les noms propres sont tous retraduits dans l'alphabet adamique, en prenant la sonorité la plus proche de la langue d'origine.

Les nombres décimaux utilisent le point décimal anglais au lieu de la virgule française (ex : x = 51.254).

V = voyelle et C = consonne. Il n'y a que des mots de base monosyllabes de 2 lettres (CV ou VC) ou de 3 lettres (CCV ou VCC).

Les mots de grammaires commencent tous par "i" et sont sur 2 et 3 lettres (iV ou iVC).

Les autres mots sont décrits à partir d'agglutination (agglomération) de mots de base. Si pour définir un concept nommé il faut plus de 4 mots, il faut alors recréer un mot de base. Soit un mot de 3 lettres (si réutilisé souvent et susceptible d'être agglutiné), soit un mot préfixé par "a" ou "e" suivis d'un numéro d'ordre naturel (minéral, végétal, animal, objet manufacturé, concept).

Il est possible de coder informatiquement l'adam sur 5 bits au lieu de 8 bits.

Grammaire : définition des outils utilisés

résumer le contenu de la sous page.

concepts (vocabulaire)

Résumer ici la sous-page.

Concepts d'action (verbes)

Résumer ici la sous-page.

Construction de phrases

Résumer ici la sous-page

Lexique thématique

Grands principes du lexique adam. exprimer oui-non, les grands nombres, les mots de la journée, du temps, etc.

On verra plusieurs astuces utilisées pour réduire le nombre de mots nécessaires (par exemple, affecter un numéro à une particule (particule 6 = électricité, particule 7 = magnétisme) ce qui évite de créer un nouveau mot à chaque fois qui ne veut rien dire.

Faire le résumé ici.

Dictionnaire sous forme de feuille de calcul

Le format tableur permet de trier dans l'ordre alphabétique adam (dictionnaire adam-français, utile pour lire du adam) ou dans l'ordre alphabétique français (dictionnaire français-adam, utile pour écrire du adam).

La slection d'une colonne puis le ctrl+H vous permet de retrouver rapidement le mot que vous voulez lire.

Voir le tableur ici (format .ods "Calc" de libreoffice, logiciel gratuit).

Reste à faire

cette page est en construction, voici ce qu'il reste à faire.

Exemples de traductions

Voici quelques textes français traduits en adam. On y trouve la classique tour de Babel, ainsi qu'un résumé pour expliquer ce qu'étaient ces dieux sumériens ou grecs qui voulaient empêcher les hommes de discuter entre eux et de s'entraider.

Pourquoi ces choix ?

Lors de l'élaboration de l'adam, il a fallu faire des choix, des solutions qui paraissent illogiques au premier abord mais qui permettent d'obtenir plus de simplicité au final. Pour ceux qui seraient intéressés, rentrons un peu dans la conception d'un nouveau langage.

Pour en savoir plus...

La page wikipédia du toki pona.

Leçon d'apprentissage du toki pona.

Le Ta Ti, une variante du toki pona réduit à 98 mots de 1 syllabe.

Le glosa, je suis tombé par hasard dessus après avoir finalisé le adam, et finalement j'ai abouti un peu au même principe de base, au niveau grammatical tout du moins. J'ai reconstruit sans le savoir en 2017 un langage de 1947... Par contre le langage lui-même ne tient pas les promesses de simplicité annoncés (n'a pas le principe des racines monophonème, ou encore la simplicté de prononciation des nombres, etc.).

Le Toki IO, une simplification intéressante du Toki Pona qui m'a inspiré sur quelques points.

à suivre...


Retour menu sup