Menu du site

Nature Humaine
Organisations humaines>Langues>adam

Première version: 2017-03-21
Dernière version: 2017-09-24

adam (communication humaine)

Sommaire de la page


Préambule

Le adam est une langue minimaliste, à vocation de langue internationale et de langue vernaculaire (de tous les jours). Sa vocation est de simplifier la communication entre les hommes, diminuer l'illetrisme, surtout à une époque où le temps consacré aux études va diminuer drastiquement.

Simplicité de sa phonologie (seulement 15 sons bien différenciés), de sa grammaire (type créole), de son orthographe (un son = 1 lettre), de son vocabulaire (1 mot remplace jusqu'à 20 mots français) et de sa rapidité (mots de 2 à 3 lettres monosyllabes). Cette simplicité le rend facile à apprendre, tout en restant pratique et efficace d'utilisation (moins d'ambiguité que dans le français).

La grammaire dite créole (aussi connue comme "langage petit nègre") va à l'essentiel sans fioriture : moi vouloir apprendre ! Les mots ne changent jamais (pas de conjugaison ni flexion), quel que soit leur temps (présent-passé-futur), leur utilisation (nom, verbe, adjectif ou adverbe) ou leur nombre (singulier ou pluriel).

L'écriture d'un concept (idée) se fait en écrivant plusieurs mots de base à la suite (ce qui forme sa définition). Plus besoin de dictionnaire (excepté pour la centaine de mots de base).

Le nom du langage, "adam", est l'agglutination de "ad" (communication) et "am" (humaine).

Discussion sur ce langage

Pourquoi un langage complètement nouveau ? Les incohérences des anciennes langues nous empêchent de prendre du recul ou d'appréhender correctement le monde : les mots qui changent en permanence de forme, qui veulent dire 50 choses différentes, possibilité de dire le contraire de ce qu'on pense, les mots à rallonge longs à écrire et prononcer (perte de temps), des concepts subversifs qui n'existent pas dans la langues et donc difficiles à formaliser, ou alors nommés par des mots longs et compliqués à retenir). A croire que tous les langages existants ont pour but d'asservir le peuple, de brouiller les choses simples, et de cacher des choses que seule une élite au pouvoir apprends à décrypter en y étant former dès le plus jeune âge (ils n'attendent pas leurs 7 ans pour apprendre à lire et à écrire, et leurs études sont plus longues que celle du peuple)

La complexité inutiles des anciennes langues augmentent l'illetrisme, et font perdre du temps aux enfants alors qu'il y aurait tellement d'autres choses plus importantes à apprendre que de se concentrer sur le simple outil qu'est le langage. Sans compter que toute tentative de discours par un gars intelligent mais ayant des lacunes en ortographe se terminera par "apprends à écrire correctement d'abord".

Si la plupart des langages insistent sur le complément, celui qui subit, ils occultent très souvent la cause, le sujet : les lois sont votées (par qui,? qui les a imposées?), travailler plus pour gagner plus (sujet encore une fois occulté pour masquer le fait que les pauvres vont travailler plus (sans nécessairement gagner plus) et les riches vont gagner plus (sans nécessairement travailler plus)). Pour éviter tout ça, le adam se recentre sur le sujet. C'est la base de tout, le sujet est mis en premier. Son absence est suspecte et saute aux yeux, mettant le lecteur en mode alerte...

Les langages construits existants comme l'esperanto gardent toujours ce côté élitiste, s'opposant à la simplicité en gardant le système de flexion, déclinaison et autre suffixes qui compliquent l'écriture et la lecture. Il faut toujours plusieurs mois ou années pour les maîtriser. Le Toki Pona est facile d'apprentissage mais compliqué et long à l'utilisation, et volontairement limité.

Le adam fait un compromis entre la facilité d'apprentissage (sans être simpliste et limité) et la facilité d'utilisation, il clarifie tout avec des mots n'ayant qu'un seul sens, indépendants du contexte, et ne nécessite pas de gros moyens intellectuels ou une solide culture préalable.

Le but du adam est la simplicité. Des sons simples, faciles à prononcer, qui ne peuvent se confondre. Plus besoin d'apprendre 20 000 mots par coeur, moins de 250 mots de base suffisent. La définition du concept est contenue dans sa description, plus besoin de dictionnaire et d'années d'apprentissage. Plus d'ambiguités, capacité de tout décrire, des mots courts pour augmenter le débit de transmission d'information, et logique (on peut retrouver un concept par simple logique si on ne s'en souvient plus).

Voyons maintenant sous le capot si l'adam tient toutes ses promesses !

Caractéristiques générales

Généralités :

Ordre des mots :

Lexique réduit grâce à :

Les concepts s'appuient sur l'usage plutôt que sur l'aspect (qui varie selon les époques/technologies). un plombier (tuyaux d'eau en plomb chez les romains) devient un tuyauteur (si la technologie change, il faudra quand même des tuyau, quelque soit leur matière, pour amener l'eau). Ça permet de mieux réfléchir sur ce qui nous entoure, et de retrouver rapidement un concept. Enleveur de déchets au lieu d'éboueur !

Les jargons technique, professionnel, générationnel, social, religieux, culturel et autres sont abordés, il y en aura pour tout le monde.

Prononciation

Un accent tonique (prononcé plus fort) est porté sur la première syllabe de chaque mot.

Micropause entre chaque mot pour symboliser les espaces, pauses plus longues pour les virgules.

Liaisons entre les lettres d'un même mot, pas de liaisons entre 2 mots. Si la dernière lettre d'un mot est une consonne, ajouter un "e" derrière pour la prononcer (Ex : "son" se prononce "sone").

Les lettres sont toujours prononcées de la même manière. Ainsi, "eau" se prononce comme le français "hé ha hu" (é + a + u), et non le son "o" de bateau.

Toutes les lettres se prononcent comme en français, sauf :

Chiffre

0 = do, 1 = dy, 2 = fy, 3 = jy, 4 = ky, 5 = ly, 6 = my, 7 = ny, 8 = py, 9 = sy, 10 = de.
Ensuite l'écriture se fait logiquement par dizaine : 11 = dedy, 21 = fydedy (2 fois 10 + 1), 100 = dify (10 puissance 2), 1000 = dijy, etc.

Symboles mathématiques

"+" = nopu, "-" = pu, "*" = nofu, "/" = fu, "xy" = x ka y, "x-y" = x kapu y.

Règles d'écriture

Pas de majuscules. Les noms propres (noms de personne, de pays) s'écrivent avec un souligné "_" (tiret du 8) devant (Ex : _elodi). A l'oral, "_" se prononce comme le "ai", "hey" ou "è" français.

Les nombres décimaux utilisent le point décimal anglais au lieu de la virgule française (ex : x = 51.254).

V = voyelle et C = consonne. Il n'y a que des mots de base monosyllabes de 2 lettres (CV ou VC) ou de 3 lettres (CCV ou VCC).

Les mots de grammaires commencent tous par "i" et sont sur 2 et 3 lettres (iV ou iVC).

Les autres mots sont décrits à partir d'agglutination (agglomération) de mots de base. Si pour définir un concept nommé il faut plus de 4 mots, il faut alors recréer un mot de base. Soit un mot de 3 lettres (si réutilisé souvent et susceptible d'être agglutiné), soit un mot préfixé par "a" ou "e" suivis d'un numéro d'ordre naturel (minéral, végétal, animal, objet manufacturé, concept).

Il est possible de coder informatiquement l'adam sur 5 bits au lieu de 8 bits.

Grammaire : définition des outils utilisés

résumer le contenu de la sous page.

concepts (vocabulaire)

Résumer ici la sous-page.

Concepts d'action (verbes)

Résumer ici la sous-page.

Construction de phrases

Résumer ici la sous-page

Lexique thématique

Grands principes du lexique adam. exprimer oui-non, les grands nombres, les mots de la journée, du temps, etc.

Faire le résumé ici.

Dictionnaire sous forme de feuille de calcul

Le format tableur permet de trier dans l'ordre alphabétique adam (dictionnaire adam-français, utile pour lire du adam) ou dans l'ordre alphabétique français (dictionnaire français-adam, utile pour écrire du adam).

La slection d'une colonne puis le ctrl+H vous permet de retrouver rapidement le mot que vous voulez lire.

Voir le tableur ici (format .ods "Calc" de libreoffice, logiciel gratuit).

Reste à faire

cette page est en construction, voici ce qu'il reste à faire.

Exemples de traductions

Voici quelques textes français traduits en adam. On y trouve la classique tour de Babel, ainsi qu'un résumé pour expliquer ce qu'étaient ces dieux sumériens ou grecs qui voulaient empêcher les hommes de discuter entre eux et de s'entraider.

Pour en savoir plus...

La page wikipédia du toki pona.

Leçon d'apprentissage du toki pona.

Le Ta Ti, une variante du toki pona réduit à 98 mots de 1 syllabe.

Le glosa, je suis tombé par hasard dessus après avoir finalisé le adam, et finalement j'ai abouti un peu au même principe de base, au niveau grammatical tout du moins. J'ai reconstruit sans le savoir en 2017 un langage de 1947...

Le Toki IO, une simplification intéressante du Toki Pona qui m'a inspiré sur quelques points.

à suivre...


Retour menu sup